Le sénateur Kelly Loeffler remet des documents boursiers au milieu des accusations de délit d'initié



L’ancien PDG de Bakkt, aujourd’hui sénateur américain, travaille deux fois plus pour montrer qu’elle est très propre lorsqu’il s’agit de gérer ses finances personnelles.

Jeudi, le sénateur Kelly Loeffler (R-GA) a remis au gouvernement fédéral des documents relatifs aux transactions boursières qu’elle a effectuées juste avant le crash boursier dû au coronavirus. Elle a communiqué ces documents au ministère de la justice, à la Securities and Exchange Commission et à la commission sénatoriale d’éthique, à plusieurs médias rapporté.

Les documents doivent soutenir ses affirmations selon lesquelles elle et son mari, Jeffrey Sprecher, ont agi de manière appropriée en vertu de la loi, selon les rapports. Sprecher est le PDG d’Intercontinental Exchange, la société qui possède Bakkt ainsi que la Bourse de New York.

Cette décision intervient juste après que le FBI ait lancé une enquête sur le sénateur M. Khan. Richard Burr (R-N.C.), qui a également vendu des actions à la suite de la même audition à huis clos du Sénat sur les coronavirus à laquelle Loeffler a assisté en janvier, Le Los Angeles Times a déclaré. Les fédéraux ont confisqué son téléphone portable.

Burr a nié tout acte répréhensible. Et le jeudi, Loeffler des questions esquivées sur le fait qu’elle a été contactée par le FBI. Il n’est pas clair si elle a volontairement fourni les documents pour blanchir son nom, ou si le gouvernement les a demandés.

Délit d’initié

Loeffler a été frappé avec allégations de délit d’initié en mars, après qu’un rapport ait révélé qu’elle avait déversé des millions de dollars en stock entre le 24 janvier et le 14 février, suite au même briefing sur les coronavirus auquel Burr a assisté. Le krach boursier a commencé le 20 février.

Il est illégal pour les membres du Congrès de faire des opérations boursières sur la base d’informations d’initiés qu’ils apprennent de leur travail.

Elle a nié avoir commis des méfaits, affirmant que des conseillers tiers prennent toutes les décisions d’investissement pour elle et son mari.

Pour éviter d’autres critiques sur ses transactions financières personnelles, Loeffler a déclaré plus tard qu’elle allait liquider toutes ses actions. Elle s’est également récusée d’une sous-commission de l’agriculture du Sénat. Pourquoi cela a-t-il posé un conflit potentiel ? Parce que l’ICE – la société de son mari – est réglementée par la Commodity Futures Trading Commission et que la commission de l’agriculture du Sénat supervise la CFTC.

Là où va Loeffler, l’argent suit. Elle aurait également obtenu un 9 millions de dollars après qu’elle ait quitté Bakkt.

Loeffler a été nommé par le gouvernement géorgien Brian Kemp en décembre pour remplacer le sénateur républicain Johnny Isakson, qui a démissionné pour des raisons de santé.

Mais pour terminer le mandat d’Isakson, qui va jusqu’en 2022, elle devra gagner le vote. Lors d’une élection spéciale en novembre, elle affrontera le Trump-ally Doug Collins, un autre républicain, qui a maintes fois reproché à Loeffler sa façon de gérer son argent.

Loeffler n’a pas répondu à Décrypter demande de commentaires.



Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Articles Similaires