Le Sénat explore le changement du DMCA

0
71


Un comité sénatorial étudie la mise à jour de la Digital Millennium Copyright Act (DMCA). L’objectif est de moderniser le DMCA pour faciliter la protection des contenus protégés par le droit d’auteur tout en défendant les droits d’utilisation équitable. L’Internet Archive a répondu à un appel à commentaires en encourageant le comité à garder les choses telles qu’elles sont.

Réforme du droit d’auteur

Le président du Panel sur la propriété intellectuelle du Comité judiciaire du Sénat, Thom Tillis, a fait part de son intention de réviser la législation sur le droit d’auteur afin de mieux tenir compte de l’évolution de l’Internet d’aujourd’hui, ainsi que des nouvelles technologies comme les logiciels et les droits de ces utilisateurs.

L’ampleur du changement en discussion vise à se tenir au courant de la technologie moderne et de la manière dont les utilisateurs interagissent avec elle.

Le sénateur Thom Tillis a écrit:

«Plutôt que de bricoler sur les limites des dispositions existantes, je pense que le Congrès devrait réformer le cadre de la loi sur le droit d’auteur pour mieux encourager la création d’œuvres protégées par le droit d’auteur et pour protéger les utilisateurs et les consommateurs faisant des utilisations licites de produits protégés par le droit d’auteur et de produits logiciels, respectivement.»

Publicité

Continuer la lecture ci-dessous

La première partie qui concerne les éditeurs en ligne vise à répondre aux différences de besoins entre les parties prenantes plus petites et plus grandes.

Ce que Thom Tillis souhaite faire, c’est rationaliser le processus de retrait et en faire un système de non-respect, dans lequel le détenteur du droit d’auteur n’a besoin d’informer qu’une seule fois un fournisseur de services en ligne (OSP) de la contrefaçon.

Par la suite, il incombe à l’OSP de surveiller les violations répétées et de les supprimer sans avoir à charger le titulaire du droit d’auteur.

En outre, il a déclaré que les besoins d’un petit acteur et ceux du petit OSP avaient des points communs et que les lois devraient être conçues pour refléter cela.

Voici comment le sénateur l’a expliqué:

«Le bilan établi lors de mes auditions sur la réforme du DMCA indiquait qu’un principe fondamental de toute réforme devrait être de rendre le droit d’auteur numérique moins universel. La loi doit tenir compte du fait que les petits titulaires de droits d’auteur et les petits fournisseurs de services en ligne (OSP) peuvent avoir plus en commun les uns avec les autres qu’avec les grands titulaires de droits d’auteur et les grands OSP, respectivement.

En conséquence, je pense que nous devrions examiner si la loi sur le droit d’auteur devrait être révisée pour tenir compte de ces différences entre les parties prenantes. « 

Publicité

Continuer la lecture ci-dessous

L’Internet Archive était en désaccord et minimisait les problèmes avec le DMCA comme une perception d’un problème et se demandait si des problèmes avec le DMCA existaient réellement.

Les archives Internet font référence à «perçu»Des problèmes dans leur réponse, c’est-à-dire que ce qui ressemble à un problème n’est qu’une perception d’un problème mais pas réellement un problème.

Réponse de Internet Archive:

«L’idée de diviser le monde en« grands »et« petits »fournisseurs de services en ligne et titulaires de droits d’auteur est intuitivement attrayante comme solution à certains des problèmes perçus avec le DMCA…»

L’organisme à but non lucratif se demande ensuite si des problèmes avec le DMCA existent réellement:

«Cependant, on ne sait pas exactement quels problèmes ces changements résoudraient.»

Les archives Internet indiquent ensuite à quel point les «grandes» organisations sont déjà en mesure de traiter les demandes DMCA d’une manière qui se traduit par une suspension.

«La plupart des grandes plates-formes telles que YouTube et Facebook ont ​​déjà volontairement développé une technologie et conclu des accords avec de grands titulaires de droits afin d’aller au-delà des exigences de
la loi parce que c’était dans leur intérêt commercial de le faire.

Le programme Content ID très discuté de YouTube n’est qu’un exemple parmi d’autres.

Les organisations plus petites et à but non lucratif n’ont probablement pas investi dans ces réponses parce qu’elles n’en ont pas les ressources. »

Bien que l’intention des archives Internet ait pu être de montrer comment le système actuel fonctionne parce que les grandes organisations sont proactives, elles ont également souligné le manque de ressources que les petites organisations doivent être proactives de la manière dont les grandes organisations peuvent le faire.

Cette réponse semble être en accord avec la prémisse du sénateur selon laquelle les petits détenteurs de droits d’auteur et les petits OSP ont un intérêt commun à ce que les petites organisations disposent de moins de ressources que les grandes organisations pour envoyer des avis de retrait et instaurer des politiques de suspension.

Remplacer les avis de retrait par des avis d’abstention

Le président du comité a proposé de rationaliser le processus afin que les titulaires de droits d’auteur n’aient pas à assumer le fardeau d’envoyer constamment des avis de retrait aux mêmes organisations. De cette façon, une fois qu’un avis a été signifié, il incombe au PSO d’éliminer les récidivistes.

La suggestion du sénateur ne traite pas de la façon dont un petit OSP pourrait suivre les multiples infractions.

Publicité

Continuer la lecture ci-dessous

C’est le changement en discussion:

«La section 512 impose aux titulaires de droits d’auteur la charge d’identifier les éléments contrefaits et de demander à l’OSP de supprimer les éléments ou d’en désactiver l’accès. Ce fardeau semble trouver le bon équilibre, mais le fardeau que le système d’avis et de retrait lui-même impose aux titulaires de droits d’auteur est trop lourd; le système est également terriblement inefficace tant pour les titulaires de droits d’auteur que pour les fournisseurs de services.

Je pense que la loi américaine sur les droits d’auteur devrait évoluer vers un système de notification et de suspension – en d’autres termes, une fois qu’un titulaire de droits d’auteur notifie à un fournisseur de services qu’une utilisation d’une œuvre protégée par des droits d’auteur constitue une violation, le fournisseur de services doit, sans autre invite, supprimer les utilisations ultérieures contrefaites en l’absence d’une déclaration de l’utilisateur (que ce soit le propriétaire du droit d’auteur ou non) selon lequel il pense que l’utilisation est autorisée ou autrement autorisée par la loi (par exemple, utilisation loyale). »

L’Internet Archive a fait valoir qu’une approche stagnante serait irréalisable pour cinq raisons:

1. En rendant la suppression de contenu automatique dans le cadre d’une approche de non-respect, cela évite à l’élément humain de juger si quelque chose est effectivement un usage loyal ou une violation du droit d’auteur. Ils soutiennent que l’inspection manuelle ne peut pas être échelonnée, ce qui signifie que la charge devrait incomber au détenteur du droit d’auteur d’identifier les violations.

Publicité

Continuer la lecture ci-dessous

L’Internet Archive a déclaré avoir reçu des notifications DMCA erronées ou appliquées à une petite partie d’une œuvre plus grande, ce qui implique qu’une réponse automatique de suspension supprimerait injustement le contenu non contrefait.

2. Ils ont fait valoir qu’une suspension automatique pourrait entraîner une «censure large» en ce que les OSP devraient utiliser un algorithme développé par un tiers pour prendre la décision. En outre, ce type de système n’a pas de contexte ni ne permet de déposer une notification de contestation contre la suppression du contenu dans le cadre d’une approche automatisée de maintien.

3. Les technologies de filtrage peuvent être contournées avec des liens vers du contenu contrefait.

4. Les systèmes d’avis et de mise hors service seraient contraignants et coûteux pour les OSP. Ils citent que YouTube a dépensé 60 millions de dollars pour développer son système anti-contrefaçon Content ID.

5. Ils ont noté qu’il n’y avait aucune preuve de l’efficacité d’une approche d’avis et de suspension.

De nombreuses modifications DMCA suggérées

Ce ne sont là que quelques-uns des changements apportés au DMCA dont il est question. D’autres changements impliquent la création de meilleurs mécanismes pour contester une demande de retrait, automatisant le processus de retrait. Parmi les changements pour y parvenir, il y a le retrait du litige des tribunaux fédéraux et le renvoi à la Cour des petites créances.

Publicité

Continuer la lecture ci-dessous

Il y a également un signe de tête pour accroître la confidentialité des personnes impliquées en ne supprimant pas les informations personnellement identifiables, y compris les adresses.

Ensuite, il y a aussi l’objectif de protéger l’usage loyal. Étant donné que les accords DMCA entre le créateur contrefait et l’OSP ne s’adressent pas à des tiers qui peuvent avoir droit à une utilisation équitable de l’œuvre, le problème est que la loi DMCA peut décourager l’utilisation équitable et conduire à une augmentation des retraits automatiques de l’œuvre qui ne enfreignent le titulaire du droit d’auteur.

Cette préoccupation est l’une des questions soulevées également par Internet Archive.

Voici ce que le sénateur a écrit:

«L’une des préoccupations concernant les accords volontaires que les titulaires de droits d’auteur et les OSP adoptent pour compléter l’article 512 est que les intérêts de tiers ne sont pas souvent représentés dans les accords.

Cela peut conduire à des préoccupations selon lesquelles certains titulaires de droits d’auteur pourraient être empêchés d’utiliser un OSP ou d’inclure leurs œuvres dans un programme de monétisation d’un OSP, ou que le discours d’utilisateurs et de consommateurs spécifiques puisse être censuré.

Je souhaite protéger ces intérêts, éventuellement en autorisant un examen réglementaire pour m’assurer que les accords volontaires n’interdisent pas les utilisations autorisées par la loi (par exemple, l’utilisation loyale) ou n’imposent pas une charge excessive à des tiers, y compris les titulaires de droits d’auteur non parties à un accord. « 

Publicité

Continuer la lecture ci-dessous

Le DMCA doit-il être mis à jour?

Vingt-deux ans se sont écoulés depuis la création du DMCA. Beaucoup de choses ont changé concernant Internet, la façon dont les utilisateurs partagent le contenu et bien d’autres considérations. De plus, il peut y avoir des moyens d’améliorer le système en facilitant la défense des parties prenantes de leur utilisation équitable du contenu. Être en mesure de plaider devant la Cour des petites créances supprime également la crainte qu’une demande DMCA puisse se transformer en une affaire coûteuse devant la Cour fédérale.

Mais les archives Internet indiquent qu’il n’y a aucune preuve que ce genre de système d’avis et de suspension fonctionnera.

«… Nous n’avons aucune preuve quant à savoir si les systèmes de« maintien »fonctionnent du tout. Le Bureau du droit d’auteur a signalé qu’il ne dispose pas de preuves empiriques suffisantes sur l’efficacité des exigences de non-respect … la ligne de conduite prudente pour le Congrès serait d’attendre de voir quelles preuves se développent à partir des juridictions qui ont investi dans des approches de suspension … »

Que pensez-vous du DMCA? Pensez-vous que cela peut être amélioré?

Publicité

Continuer la lecture ci-dessous

Citation

Lisez les suggestions de réforme du Comité sénatorial et les réponses des archives Internet ici:
Re: Questions du sénateur Tillis sur le projet de loi de réforme du DMCA pour les parties prenantes



tout savoir sur la crypto