Le Royaume-Uni publie des règles pour aider à résoudre les différends découlant des technologies émergentes



Le jeudi 22 avril dernier, le groupe de travail sur la juridiction britannique a publié un nouveau document intitulé «Digital Dispute Resolution Rules» (DDRR). L’intention est de régler efficacement les différends qui surviennent dans le domaine des «actifs cryptographiques, de la crypto-monnaie, des contrats intelligents, de la technologie du grand livre distribué et des applications fintech».

Selon le document, les règles découlent du besoin toujours croissant au sein de l’industrie d’un ensemble distinct de règles pour déclencher le règlement des différends. Le groupe de travail sur la juridiction qualifie ces nouvelles règles de «révolutionnaires» dans leurs capacités et leurs intentions.

Certaines des capacités clés du Règlement comprennent «la résolution arbitrale ou experte des différends dans des délais très courts. Les arbitres doivent mettre en œuvre les décisions directement sur la chaîne à l’aide d’une clé privée. Anonymat facultatif des parties. »

Le règlement offre la possibilité de soumettre les différends dans le domaine à la médiation en vertu de la loi anglaise déjà existante sur l’arbitrage de 1996.

Résolution de problèmes efficace et anonyme

Deux des objectifs clés du DDRR sont la résolution efficace des différends et la possibilité pour les parties au différend de rester anonymes tout au long de l’audience.

Par conséquent, en termes d’efficacité, le tribunal doit résoudre le différend dans un délai de 30 jours par défaut à compter de sa nomination, ou sauf accord contraire des parties concernées. Cette fenêtre est plus courte que les audiences institutionnelles normales. En outre, les différends doivent être résolus principalement sur la base de communications écrites plutôt qu’orales.

Le DDRR permet aux personnes impliquées de rester anonymes les unes envers les autres pendant le processus de résolution des litiges, afin d’être en phase avec les transactions anonymes sur la blockchain. Dans un tel cas, l’identité des personnes impliquées n’est donnée qu’au panel.

D’une part, ces règles donnent une sorte de directives juridiques ou une voie de résolution des litiges numériques. Cependant, ils donnent également aux organes directeurs plus de pouvoir sur les utilisateurs indépendants et les investisseurs dans l’espace. Le DDRR disait:

«Le tribunal aura le pouvoir à tout moment d’exploiter, de modifier, de signer ou d’annuler tout actif numérique pertinent au litige en utilisant toute signature numérique, clé cryptographique, mot de passe ou tout autre mécanisme d’accès ou de contrôle numérique à sa disposition. Le tribunal aura également le pouvoir d’ordonner à toute partie intéressée de faire l’une de ces choses. »

Le Royaume-Uni a récemment publié une série de nouvelles interdictions, réglementations et taxes visant ceux qui existent dans l’espace des actifs numériques. Ces développements bureaucratiques ont incité certaines entreprises telles que ByBit, une plate-forme de crypto trading populaire, à cesser de faire des affaires au Royaume-Uni.

Il reste à voir si les règles énoncées dans les nouvelles règles de règlement des litiges numériques sont un pas dans une direction crypto-avancée vers l’adoption et l’intégration traditionnelles, ou si elles constituent un autre obstacle pour ceux qui opèrent dans l’espace.

Avertissement

Toutes les informations contenues sur notre site Web sont publiées de bonne foi et à des fins d’information générale uniquement. Toute action que le lecteur entreprend sur les informations présentes sur notre site Web est strictement à ses propres risques.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires