Le «Projet Bernanke» de Google favorise Google par rapport aux autres annonceurs


Dans une récente affaire antitrust, il a été allégué que Google accordait à ses propres annonces un avantage injuste au sein du Réseau Display de Google dans le cadre d’un programme appelé «Project Bernanke».

Qu’est-ce que le projet Bernanke et comment en savons-nous?

Dans leur récent dépôt dans le cadre d’un procès antitrust en cours, Google, vraisemblablement accidentellement, a téléchargé des documents sur le registre public du tribunal qui n’ont pas été expurgés. Le Wall Street Journal a vu les documents avant qu’un juge leur permette de déposer à nouveau les documents expurgés.

Publicité

Continuer la lecture ci-dessous

Dans ces documents initiaux, Google a identifié un programme connu sous le nom de «Project Bernanke», dans lequel les documents détaillaient comment Google utilisait les données des enchères passées sur sa plate-forme pour créer des avantages pour ses propres achats de médias.

Le procès anti-trust et le projet Jedi Blue

Le procès auquel Google répondait est une coalition multi-États dans un procès mené par l’État du Texas, alléguant que Google a monopolisé ou tenté de monopoliser des produits et services dans la publicité display et que Google s’est livré à des actes trompeurs et trompeurs lors de l’achat et vendre des annonces graphiques. Le procès allègue que Google diminue la capacité des éditeurs à monétiser le contenu tout en augmentant les coûts des annonceurs.

Publicité

Continuer la lecture ci-dessous

Une partie de la plainte initiale détaillait également un projet portant le nom de code «Jedi Blue», qui était un prétendu accord secret entre Google et Facebook, alors que les entreprises ont convenu que Facebook réduirait les mouvements concurrentiels en échange d’un traitement spécial dans les enchères publicitaires de Google.

Que faisait exactement Google avec le projet Bernanke?

Google utilisait les données des éditeurs pour comprendre ce que les autres annonceurs payaient et ce qu’ils devraient payer pour obtenir des emplacements spécifiques, puis utilisait ces données pour modéliser leurs enchères afin de remporter les enchères les plus importantes pour eux, vraisemblablement aux taux les plus bas. possible.

Les préoccupations concernant le projet Bernanke sont fondées sur le fait que Google est à la fois la plate-forme d’enchères publicitaires et un acheteur d’annonces.

En raison de la position de Google aux deux extrémités du processus d’achat d’annonces, ils ont accès à des données auxquelles d’autres annonceurs – y compris leurs concurrents dans le cadre de l’enchère publicitaire – n’auraient pas eu accès, afin d’éclairer leurs décisions d’achat d’annonces.

Certains qualifient cet avantage injuste de délit d’initié.

L’impact de Bernanke

Dans une présentation qui a été divulguée, le projet Bernanke a été estimé à 230 millions de dollars en 2013 seulement.

La réponse à la poursuite

Le procureur général du Texas a partagé ce qui suit dans une déclaration publique:

Publicité

Continuer la lecture ci-dessous

«Google est un monopole d’un billion de dollars qui abuse effrontément de son pouvoir monopolistique, allant jusqu’à inciter les cadres supérieurs de Facebook à accepter un schéma contractuel qui sape le cœur du processus concurrentiel. Dans ce monopole publicitaire sur un marché échangé électroniquement, Google négocie essentiellement des «informations privilégiées» en agissant à la fois en tant que lanceur, receveur, batteur et arbitre. Ce n’est pas le «marché libre» à l’œuvre ici. Ceci est anti-marché et illégal en vertu des lois étatiques et fédérales. La monopolisation par Google de l’industrie de la publicité display et ses pratiques commerciales trompeuses étouffent l’innovation, limitent le choix des consommateurs et réduisent la concurrence. Le Texas et sa coalition d’États alliés engagent cette action pour lever le voile sur les pratiques secrètes de Google et obtenir des secours pour l’empêcher de se livrer à de futures pratiques trompeuses et trompeuses.  » – Ken Paxton, procureur général du Texas

Publicité

Continuer la lecture ci-dessous

Google soutient que les données acquises via son système sont comparables aux données disponibles via d’autres outils d’achat d’annonces.

Sources:

Le procès antitrust initial

Le journal de Wall Street

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires