Le nombre de poursuites en matière d’accessibilité du Web continue d’augmenter en 2021


Au cours du premier semestre de cette année, le nombre de poursuites en matière d’accessibilité de sites Web aux États-Unis a augmenté. Le commerce de détail continue d’être la cible de tels litiges, selon une analyse des dossiers déposés jusqu’en juin 2021.

Selon une analyse d’UsableNet Inc., le nombre de poursuites en matière d’accessibilité du Web est en passe d’atteindre 4 195 en 2021. Cela représenterait une augmentation de 19,8 % par rapport à 3 503 en 2020. La projection d’UsableNet pour l’ensemble de l’année comprend 2 092 poursuites de ce type déposées au cours du premier semestre de 2021. Selon le rapport, les détaillants ont reçu 73,7% des poursuites en matière d’accessibilité numérique déposées au premier semestre 2021.

En 2020, UsableNet, un fournisseur d’accessibilité de sites Web, a découvert que les plaignants avaient déposé 3 503 poursuites en matière d’accessibilité numérique. Il s’agit d’une augmentation de 21,2 % par rapport à 2 890 en 2019. De plus, 77,6 % des poursuites en matière d’accessibilité numérique déposées en 2020 citaient des détaillants.

Ce que la loi exige

L’étude UsableNet a analysé les poursuites liées à l’accessibilité numérique impliquant des sites Web, des applications mobiles ou du contenu vidéo faisant l’objet d’une réclamation devant les tribunaux fédéraux en vertu de l’Americans with Disabilities Act (ADA) ou des tribunaux d’État de Californie en vertu de la Unruh Civil Rights Act de l’État. L’ADA, promulguée en juillet 1990, interdit la discrimination fondée sur un handicap physique ou mental. De même, la loi Unruh, promulguée en 1959, interdit la discrimination en Californie fondée sur le sexe, la race, la couleur, la religion, l’ascendance, l’origine nationale, l’âge, le handicap, l’état de santé, les informations génétiques, l’état matrimonial, l’orientation sexuelle, la citoyenneté, la langue principale, ou le statut d’immigration en Californie.

Ces lois n’énoncent pas de réglementations détaillées pour les sites Web des détaillants et autres sites destinés aux consommateurs. Cependant, les tribunaux ont statué que les sites Web doivent être « significativement accessibles » à tous les utilisateurs. Cela inclut ceux qui sont aveugles ou malvoyants, qui souffrent de troubles épileptiques ou qui font face au trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH). Par exemple, les détaillants pourraient accueillir les acheteurs aveugles ou malvoyants en rendant leurs sites compatibles avec la technologie de lecture sur écran. Pour les personnes souffrant de troubles épileptiques, les commerçants pourraient proposer une version de site Web qui élimine les flashs et réduit la couleur. Les utilisateurs atteints de TDAH pourraient avoir la possibilité de voir un contenu ciblé avec moins de distractions que le site n’en aurait autrement.

Les petites entreprises font face à la plupart des poursuites judiciaires fondées sur l’ADA en 2021

L’analyse révèle que 369 (74 %) des détaillants classés dans le Commerce numérique 360 ​​Top 500 fait face à des poursuites numériques basées sur l’ADA depuis 2018. Au cours du premier semestre 2021, les plaignants ont déposé 68 poursuites (14%) contre les 500 principaux détaillants ayant de telles poursuites. Mais les plaignants ne se concentrent pas uniquement sur les grands détaillants. Selon UsableNet, les petites entreprises représentent désormais la part du lion des personnes poursuivies dans les affaires d’accessibilité du Web.

Sur les 1 664 affaires déposées devant les tribunaux fédéraux de janvier à juin 2021, 1 115 (67,0 %) visaient des entreprises réalisant moins de 50 millions de dollars de ventes annuelles. Les plaignants ont déposé 549 (33,0 %) poursuites contre des entreprises générant plus de 50 millions de dollars de revenus. Il s’agit d’un changement notable par rapport au premier semestre 2020. À cette époque, les entreprises générant plus de 50 millions de dollars de revenus faisaient face à 56,9% des poursuites fédérales en matière d’accessibilité du Web.

« Nous attirons l’attention sur deux raisons principales pour lesquelles les petites entreprises sont confrontées à la part du lion des poursuites », explique Jason Taylor, stratège en chef de l’innovation chez UsableNet.

Premièrement, dit-il, les cabinets d’avocats demandeurs intentent davantage de poursuites, ce qui signifie qu’ils doivent élargir le bassin d’entreprises qu’ils examinent. Deuxièmement, les avocats de l’ADA disent à UsableNet que les moyennes et petites entreprises sont moins susceptibles de se battre contre un procès et plus susceptibles de régler et de régler rapidement, dit Taylor. « Cela est probablement dû au fait que les petites entreprises peuvent ne pas disposer des mêmes ressources qu’une grande entreprise, comme un avocat interne, pour lutter contre une action en justice ou une réclamation », dit-il.

Pourquoi les entreprises hésitent à aborder l’accessibilité du Web

Une enquête auprès de plus de 500 chefs d’entreprise, gestionnaires, concepteurs de sites Web et développeurs américains commandée par le fournisseur d’accessibilité AudioEye met en lumière les raisons pour lesquelles certaines entreprises sont réticentes à aborder l’accessibilité des sites Web sur leurs sites Web. Les principales préoccupations citées par les personnes interrogées étaient le coût potentiel (73,6 %), le temps qu’il faudrait pour rendre un site accessible et les problèmes de conformité légale (66,9 %). De plus, 51,6 % des personnes interrogées pensent à tort que rendre accessible un site Web existant nécessite une refonte complète.

AudioEye a engagé un partenaire tiers pour mener une enquête en mars 2021. Tous les répondants ont été évalués à l’aide de questions de sélection pour confirmer qu’ils étaient familiarisés avec l’accessibilité numérique. Les répondants ont été contactés par courrier électronique avec un lien pour répondre aux questions du sondage en ligne. Parmi ceux qui se sont qualifiés, 11 % avaient entendu parler de l’accessibilité numérique, 39 % ont déclaré qu’ils étaient « assez familiers » avec l’accessibilité numérique et 49 % ont déclaré qu’ils étaient « très familiers » avec l’accessibilité numérique.

Préféré

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires