Le gouvernement fédéral met à jour ses lignes directrices sur les examens de la sécurité nationale des investissements étrangers


Mercredi, le ministre de l’Innovation, François-Philippe Champagne, a publié des lignes directrices mises à jour pour les examens de sécurité nationale des investissements étrangers au Canada.

Cette décision indique que le gouvernement fédéral intensifie ses efforts pour protéger la propriété intellectuelle (PI) canadienne ainsi que les informations et technologies sensibles de tomber entre les mains de gouvernements étrangers ou d’entités apparentées.

«Nous avons la responsabilité de veiller à ce qu’un tel investissement n’entraîne pas de menaces pour la sécurité nationale.»

Les lignes directrices stipulent que le Canada envisagera d’intervenir dans des accords liés à la fourniture de biens et services essentiels, de minéraux essentiels, de capacités de défense du Canada ainsi que de données et technologies personnelles sensibles, y compris l’intelligence artificielle (IA), la médecine et la biotechnologie, la robotique et l’autonomie. systèmes et science quantique.

«Alors que nous travaillons avec les entreprises pour les aider à se remettre des effets de la pandémie du COVID-19, les entreprises canadiennes peuvent se tourner vers des capitaux mondiaux pour soutenir leur croissance», a déclaré M. Champagne. «Les investissements directs étrangers permettent à de nombreuses entreprises canadiennes de pointe à forte intensité de propriété intellectuelle de se développer et d’atteindre des clients mondiaux. En même temps, en tant que gouvernement, nous avons la responsabilité de nous assurer qu’un tel investissement n’entraîne pas de menaces pour la sécurité nationale, car certaines de ces entreprises canadiennes possèdent des données personnelles sensibles ou développent et fabriquent des technologies sensibles qui font partie de chaînes d’approvisionnement critiques. « 

Les lignes directrices mises à jour, en vertu de la Loi sur Investissement Canada, verront le gouvernement porter un œil plus critique sur certains investissements étrangers dans des entreprises canadiennes ainsi que sur la création d’une nouvelle entreprise canadienne ou d’une entité exerçant des activités au Canada; acquisition du contrôle d’une entreprise canadienne de toute valeur monétaire; et les acquisitions de tout ou partie d’une entité exerçant des activités au Canada.

« Les lignes directrices mises à jour publiées aujourd’hui identifient les domaines qui pourraient présenter des problèmes de sécurité nationale dans les investissements étrangers », a ajouté Champagne. «Les lignes directrices renouvelées offriront davantage de transparence et de clarté aux entreprises canadiennes et aux investisseurs étrangers.»

Le gouvernement du Canada a également annoncé hier de nouvelles lignes directrices pour aider à protéger les investissements dans la science et la recherche dans les universités canadiennes. Le gouvernement a demandé aux membres du Groupe de travail conjoint gouvernement du Canada-universités de créer des lignes directrices spécifiques sur les risques afin d’intégrer les considérations de sécurité nationale dans l’évaluation et le financement des projets de recherche et des partenariats.

CONNEXES: Réaction technique mitigée à un contrôle accru des investissements étrangers alors que les acheteurs étrangers manifestent leur intérêt

L’objectif est que ces lignes directrices permettent de mieux positionner les établissements de recherche canadiens et les bailleurs de fonds gouvernementaux «pour qu’ils entreprennent une diligence raisonnable cohérente dans l’évaluation des risques potentiels pour la sécurité de la recherche.

Dans une déclaration sur l’annonce, il a été dit que «les activités d’espionnage et d’ingérence étrangère de la part d’acteurs humains et cybernétiques constituent de réelles menaces pour l’intégrité de la recherche canadienne, la propriété intellectuelle et les intérêts commerciaux.

Jeudi, le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Bill Blair, a annoncé plus de 500 000 $ sur quatre ans pour améliorer la cybersécurité dans le secteur agricole canadien. Cette décision fait partie de la stratégie nationale plus large de cybersécurité du gouvernement fédéral.

La nouvelle de la mise à jour des lignes directrices fait suite à des mouvements similaires de la part des États-Unis et souligne les préoccupations du Canada de perdre la propriété intellectuelle et les technologies sensibles au profit de pays étrangers. Récemment, le gouvernement fédéral a été critiqué pour le partenariat du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie avec Huawei Technologies pour parrainer la recherche en génie informatique et électrique dans les universités canadiennes. L’agence fédérale aurait alloué 4,8 millions de dollars à des partenariats de recherche universitaire comprenant Huawei. Selon le Globe and Mail, certaines des recherches cofinancées avec Huawei comprennent, entre autres, des projets de communications puce à puce et de systèmes de mémoire de calcul de l’intelligence.

«Notre gouvernement continuera de prendre des mesures au besoin pour protéger la sécurité nationale tout en restant ouvert aux investissements qui profitent aux emplois canadiens et à la prospérité économique», a déclaré M. Champagne à propos des lignes directrices sur les investissements étrangers. »À cette fin, nous consulterons les intervenants concernés sur des mesures supplémentaires qui pourraient renforcer davantage la sécurité économique du Canada.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires

Shipping Revolution Avis

Le dropshipping est un domaine qui prend de plus en plus d’ampleur. Ce dernier requiert des connaissances et des stratégies pour se développer. L’une des