Le gouvernement fédéral étend le Réseau de santé CAN en Ontario et apporte un programme au Canada atlantique


Le gouvernement fédéral investit une somme cumulative de 5,45 millions de dollars dans le programme CAN Health Network. L’investissement vise à prolonger d’un an le programme en Ontario et à amener le programme au Canada atlantique.

«Ce sont des initiatives comme celles-ci qui nous permettent de nous attaquer à nos problèmes de santé les plus urgents.»

L’investissement du gouvernement se compose de 3,25 millions de dollars pour les partenaires de la santé Trillium en Ontario et de 2,2 millions de dollars pour le réseau de santé Horizon au Canada atlantique. Les investissements de l’Ontario et du Canada atlantique sont effectués par l’intermédiaire de FedDev Ontario et de l’Agence de promotion économique du Canada atlantique, respectivement.

Le réseau CAN Health Network vise à réduire les obstacles à l’approvisionnement afin que les entreprises de technologie de la santé puissent rapidement et facilement apporter leurs innovations au secteur de la santé. Grâce au réseau, les réseaux de santé partout au Canada utilisent le financement gouvernemental pour aider les entreprises à commercialiser leurs solutions technologiques et scientifiques.

Le programme fonctionne actuellement en Ontario, dans l’Ouest canadien et maintenant dans le Canada atlantique, avec des plans d’expansion au Québec et dans le Nord afin de créer une plateforme nationale pour le réseau.

Le gouvernement fédéral a effectué un investissement initial de 3,5 millions de dollars pour faire croître le Réseau de santé CAN en Ontario en 2019, ce qui a aidé 15 entreprises à mettre des solutions sur le marché. Avec cette prolongation, le soutien total au programme en Ontario s’élève à 6,75 millions de dollars. Le gouvernement a déclaré que 10 entreprises supplémentaires recevraient un soutien via le réseau.

En juin, la ministre des petites entreprises, de la promotion des exportations et du commerce international, Mary Ng, a indiqué qu’elle était disposée à élargir le réseau, expliquant à BetaKit que le gouvernement envisageait le réseau comme un exemple de la manière dont des initiatives similaires pourraient être entreprises dans différents secteurs.

CONNEXES: Les politiques d’approvisionnement canadiennes ratent la cible pour les startups de technologies propres, selon le Conseil de l’innovation

«L’investissement d’aujourd’hui stimulera un réseau existant qui contribuera à soutenir certaines des entreprises canadiennes les plus prometteuses dans le domaine des sciences de la santé», a déclaré Mélanie Joly, ministre du Développement économique et des Langues officielles du Canada. «Ce sont des initiatives comme celles-ci qui nous permettent de nous attaquer à nos problèmes de santé les plus urgents et de développer des solutions faites au Canada tout en nous aidant à rester à l’avant-garde de l’innovation dans le domaine des soins de santé.

L’approvisionnement dans le secteur canadien des soins de santé est un problème de longue date pour les entreprises qui cherchent à apporter leurs innovations aux établissements de soins de santé. Un sondage réalisé en 2016 auprès des 23 hôpitaux universitaires de recherche de l’Ontario a révélé que la majorité des répondants ont indiqué que les politiques, les directives et les règlements sur l’approvisionnement étaient des «obstacles majeurs» à l’adoption de l’innovation au sein de leur organisation.

Au cours des dernières années, les experts ont souligné les normes d’approvisionnement «extrêmement rigoureuses» du Canada pour les soins de santé, qui font qu’il est extrêmement difficile pour les entreprises de technologie de conclure des accords avec les établissements de santé.

Source de l’image du ministre Ng via Facebook.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires