«  Le frisson de la chasse à l’invention est ce qui me motive vraiment  »


Le professeur Niall English, conférencier, chercheur et entrepreneur, explique comment sa passion pour l’invention le pousse à aller de l’avant avec une deuxième spin-out axée sur la recherche.

Lisez plus d'histoires de la Semaine des ingénieurs.

Après avoir travaillé dans la recherche sur le stockage de gaz pour le gouvernement américain et la R&D pharmaceutique au Royaume-Uni, le professeur Niall English est retourné à son alma mater, University College Dublin (UCD), en tant que chargé de cours en 2007. Il a ensuite gravi les échelons en tant que maître de conférences et maintenant professeur à l’école de génie chimique et des bioprocédés de l’université.

En ce qui concerne la recherche, l’anglais s’intéresse aux nanosciences, à l’énergie et aux matériaux, et aux effets des champs électriques sur les matériaux et les systèmes biologiques. Il s’intéresse particulièrement à l’eau, ce qui l’a peut-être amené à co-fonder AquaB Nanobubble Innovations.

AquaB a développé un moyen économe en énergie de générer des nanobulles, qui pourraient avoir de multiples applications commerciales dans des secteurs tels que l’alimentation et l’agriculture, le stockage de gaz, la biopharmacie, le brassage, la désinfection et le traitement des eaux usées.

La spin-out est la deuxième start-up anglaise. Il a également cofondé BioSimulytics en 2019 avec son collègue UCD, le Dr Christian Burnham, et le directeur commercial Peter Doyle. Basée à NovaUCD, BioSimulytics développe une solution logicielle pour aider les fabricants de médicaments à gagner du temps en identifiant la structure cristalline correcte d’un nouveau médicament.

English a expliqué à Siliconrepublic.com sa nouvelle entreprise et le défi de trouver un équilibre entre l’esprit d’entreprise, la recherche et les conférences.

«  Par-dessus tout, j’aime inventer de nouvelles choses et les breveter pour l’octroi de licences technologiques  »
– PROF NIALL ANGLAIS

Qu’est-ce qui vous a poussé à devenir chercheur?

Honnêtement, en tant que garçon, il construisait des karts à pédales, regardait MacGyver et aidait mon père, mes oncles et mes grands-pères à réparer et à construire des choses. Cela m’a fait m’intéresser avant tout à l’ingénierie.

J’essayais toujours d’inventer de nouvelles choses quand j’étais enfant et mon père m’a inscrit à des bibliothèques dès mon plus jeune âge. Je pourrais aller après l’école pour lire et emprunter des livres sur les inventions. Puis, en vieillissant, je suis devenu plus intéressé par l’élucidation des fondamentaux moléculaires, ainsi que par la modélisation mathématique et les simulations informatiques.

Par-dessus tout, j’aime inventer de nouvelles choses et les breveter pour l’octroi de licences technologiques. Pour moi, cette observation inexpliquée, la chance du hasard et le «frisson de la chasse» de l’invention est ce qui me motive vraiment. Je fais le voyage avec un esprit ouvert.

Pouvez-vous nous parler des recherches sur lesquelles vous travaillez actuellement?

Aux côtés de mon collègue UCD, le Dr Mohammad Reza Ghaani, nous avons découvert comment fabriquer des nanobulles avec une consommation d’énergie bien moindre et sans additif. En 2020, nous avons créé AquaB pour commercialiser cette nouvelle méthode écoénergétique pour générer et libérer des volumes substantiels de bulles de gaz métastables à l’échelle nanométrique dans l’eau.

Mon groupe et moi-même effectuons actuellement beaucoup d’autres recherches fondamentales et appliquées dans ce domaine, avec un intérêt accru pour la commercialisation. En collaboration avec l’équipe de transfert des connaissances d’UCD à NovaUCD, nous avons déposé un certain nombre de demandes de brevet et incorporé AquaB pour commercialiser la technologie. En outre, l’année dernière, nous avons terminé le programme d’accélération VentureLaunch géré par NovaUCD et avons remporté le prestigieux prix de l’eau aux Global Awards 2020 de l’Institution of Chemical Engineers (IChemE).

À votre avis, pourquoi votre recherche est-elle importante?

Un micron équivaut à un millionième de mètre et les bulles de la taille d’un micron sont de minuscules bulles de gaz d’un diamètre inférieur à 50 microns. Ils ont un certain nombre d’applications industrielles, y compris dans le traitement des eaux usées. Cependant, les bulles de l’ordre du micron diminuent en taille et finissent par disparaître sous l’eau en raison de la dissolution rapide de leur gaz intérieur, ce qui limite leur potentiel industriel.

Soutenir Silicon Republic

Les nanobulles sont également de minuscules bulles de gaz, mais à l’échelle nanométrique (nm). Un nanomètre est un milliardième de mètre et, par exemple, une molécule d’ADN a une largeur d’environ 2,5 nm et un cheveu humain a une largeur d’environ 60 000 à 100 000 nm. Contrairement aux bulles de l’ordre du micron, les nanobulles sont métastables thermodynamiquement pendant plusieurs mois, voire plus. Ils ont donc des propriétés de transfert de gaz améliorées et un plus grand potentiel industriel.

Le défi pour les scientifiques à ce jour a été le développement de méthodes faciles à contrôler pour promouvoir la formation de nanobulles et la libération de nanobulles. Notre découverte d’une nouvelle méthode écoénergétique pour générer et libérer des volumes substantiels de bulles de gaz métastables à l’échelle nanométrique dans l’eau, dépassant les niveaux de solubilité naturelle, a relevé ce défi.

Quelles applications commerciales envisagez-vous pour vos recherches?

Notre nouvelle méthode de génération de nanobulles a de multiples applications commerciales, y compris la désinfection. Il a le potentiel d’augmenter la capacité de stocker du gaz directement dans des solutions aqueuses pendant des mois. En outre, il a le potentiel d’augmenter de plusieurs fois les niveaux de gaz dissous, ce qui se traduit par de plus grandes capacités à traiter les eaux usées et à améliorer également le transfert de masse dans les réactions biochimiques et biopharmaceutiques limitées en oxygène, telles que les processus de fermentation dans les industries alimentaire et brassicole.

Jusqu’à présent, la génération de nanobulles était coûteuse en énergie, mais notre méthode d’électrostriction la rend de deux à trois ordres de grandeur inférieure en énergie par rapport aux approches à convection forcée.

Dans notre méthode, il n’y a pas de pièces mobiles ni de contamination de l’eau par des nanoparticules métalliques et des traces de lubrifiant provenant d’aubes de pompes en mouvement, elles-mêmes sujettes à remplacement, entretien et abrasion, fatigue, etc. C’est un rêve opérationnel, de performance et de maintenance!

Quels sont les plus grands défis auxquels vous êtes confronté en tant que chercheur?

Maintenir le financement, l’octroi de licences technologiques et préserver l’infrastructure de recherche.

Je passe bien plus d’un quart de mon temps de travail à faire une simple demande de financement. C’est en plus de donner des conférences, de rédiger et de publier des articles et des articles universitaires, de préparer du matériel pour les demandes de brevet et les accords de licence, et en plus de mes rôles de direction dans deux sociétés dérivées.

Les écarts de temps entre les projets financés signifient que l’élan est perdu dans une direction de recherche particulière. De plus, les travaux portant sur les fondamentaux moléculaires, qui sont l’un de mes principaux domaines de recherche, sont beaucoup plus difficiles à financer en Irlande.

Comme l’a dit Edison, l’invention est une inspiration 1pc, une transpiration 99pc. C’est un match difficile, et pas pour les timides. Cela dit, j’aime beaucoup travailler en tant que conférencier, chercheur, innovateur et entrepreneur.

Quels sont les domaines de recherche que vous aimeriez voir abordés dans les années à venir?

Processus de cristallisation et de conversion d’énergie pilotés par le champ. Les champs électriques externes, par exemple, peuvent modifier à la fois le paysage thermodynamique et cinétique des processus de changement de phase et de transfert d’énergie, par exemple la conversion solaire, la croissance cristalline et la nucléation de manière économe en énergie pour aider à améliorer leurs performances et leur productivité. Je mène des recherches sur ce thème général depuis plus de 20 ans.

Vous voulez des histoires comme celle-ci et plus directement dans votre boîte de réception? S’inscrire pour Tendances technologiques, Le résumé hebdomadaire de Silicon Republic sur les nouvelles technologiques indispensables.

Êtes-vous un chercheur avec un projet intéressant à partager? Faites-nous savoir par email Editorial@siliconrepublic.com avec la ligne d’objet «Science Uncovered».

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires