Le décret Trump peut cibler les blogs, les sites de recettes et les forums


Un nouveau décret du président Trump peut affecter tous les blogs, sites de recettes, sites d’évaluation, sites de commerce électronique et forums en ligne qui publient du contenu généré par les utilisateurs.

Le décret mentionne spécifiquement Facebook et Twitter.

Mais le champ d’application de l’ordonnance comprend tous les sites web qui publient du contenu généré par les utilisateurs et qui est modéré.

Selon le texte publié par la Maison Blanche :

« Art. 7. Définition. Aux fins de la présente ordonnance, l’expression « plate-forme en ligne » désigne tout site web ou toute application permettant aux utilisateurs de créer et de partager du contenu ou de s’engager dans un réseau social, ou tout moteur de recherche général ».

J’ai demandé à Jeff Ferguson, professeur adjoint de marketing numérique à l’UCLA et partenaire d’Amplitude Digital (@AmplitudeAgency) sur la portée de cet ordre exécutif et il a émis cet avis :

« La définition d’une « plate-forme en ligne » telle que définie par le décret présidentiel est très large et peut englober un blog, un forum en ligne, ou même un site de recettes qui permet aux utilisateurs de partager des recettes, en plus des exemples courants de « médias sociaux » qui viennent généralement à l’esprit ».

PUBLICITÉ

CONTINUER LA LECTURE CI-DESSOUS

Je suis d’accord avec Jeff pour dire que la formulation est très large :

« …tout site web … qui permet aux utilisateurs de créer et de partager du contenu … »

Loi sur la décence commune, article 230 (CDA 230)

L’objectif de CDA 230 était de permettre à quiconque de créer un site qui permet aux utilisateurs de créer et de partager du contenu sans se soucier d’être poursuivi pour un contenu publié par un utilisateur.

Cette absence de litiges a permis à l’internet de se développer et a favorisé la liberté d’expression.

Plus important encore, les sites étaient libres de modérer leurs utilisateurs et de ne pas être classés comme éditeurs de ce contenu, une désignation pouvait ouvrir un site à des poursuites judiciaires.

Selon l’Electronic Frontier Foundation (EFF) :

« CDA 230 offre également son bouclier juridique aux blogueurs qui servent d’intermédiaires en hébergeant des commentaires sur leurs blogs. En vertu de la loi, les blogueurs ne sont pas responsables des commentaires laissés par les lecteurs, du travail des blogueurs invités, des conseils envoyés par e-mail ou des informations reçues par le biais de flux RSS. Cette protection juridique peut être maintenue même si un blogueur est au courant du contenu répréhensible ou s’il porte un jugement éditorial ».

PUBLICITÉ

CONTINUER LA LECTURE CI-DESSOUS

Selon le décret, un éditeur qui restreint « l’accès à un contenu qu’il considère comme ‘obscène, obscène, lascif, dégoûtant, excessivement violent, harcelant ou autrement répréhensible’… » pourrait voir son immunité légale levée s’il ne fournit pas un avis adéquat, une explication motivée ou une possibilité d’audience.

Voici la clause spécifique du décret :

« ii) les conditions dans lesquelles une action restreignant l’accès ou la disponibilité de matériel n’est pas « prise de bonne foi » au sens du sous-paragraphe (c)(2)(A) de l’article 230, en particulier si les actions peuvent être « prises de bonne foi » si elles le sont :

…prises après avoir omis de fournir un avis adéquat, une explication motivée ou une possibilité réelle d’être entendu ; »

La définition de ce qui est « répréhensible » peut varier d’un site à l’autre.

De nombreux forums en ligne interdisent les discussions sur la religion et la politique au motif qu’elles sont « répréhensibles », car ce genre de commentaires entraîne des divisions entre les membres du forum.

Et qu’en est-il d’un forum religieux ?

Cela signifie-t-il que les commentaires « répréhensibles » promouvant une religion alternative ne peuvent être restreints sans donner à leur auteur un préavis suffisant, une explication motivée ou une possibilité réelle d’être entendu ?

Le FEP écrit :

« L’article 230 interdit d’imposer la responsabilité de l’éditeur à un prestataire de services pour l’exercice de ses fonctions éditoriales et d’autorégulation. Comme l’a noté le quatrième circuit :

Les poursuites visant à tenir un service responsable de l’exercice des fonctions éditoriales traditionnelles d’un éditeur – telles que la décision de publier, de retirer, de reporter ou de modifier le contenu – sont interdites.

L’objectif de cette immunité statutaire n’est pas difficile à discerner. Le Congrès a reconnu la menace que les poursuites judiciaires fondées sur la responsabilité délictuelle font peser sur la liberté d’expression dans le nouveau média Internet en plein essor. . . . La section 230 a été promulguée, en partie, pour maintenir la nature robuste de la communication sur Internet ».

Plutôt que d’accroître la liberté d’expression, ce décret pourrait faire le contraire en supprimant l’immunité traditionnelle contre les litiges accordée aux forums en ligne, aux blogueurs et à de nombreux autres types de sites web dont le contenu est généré par les utilisateurs.

PUBLICITÉ

CONTINUER LA LECTURE CI-DESSOUS

Citations

Electronic Frontier Foundation :
Exercice des fonctions éditoriales

Article 230 de la loi sur la décence en matière de communications

Maison Blanche :

Décret de la Maison Blanche



Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Articles Similaires