La Liste des narvals 2021 fait le suivi des sorties, augmentations et évaluations notables du Canada au cours de l’année pandémique


La Liste des narvals 2021, qui suit les entreprises technologiques à la croissance la plus rapide au Canada, a mis en évidence plusieurs transactions et sorties importantes après une année sans précédent dans la technologie canadienne.

Au total, 51 entreprises sont maintenant en passe de devenir des licornes, soit une augmentation de plus de 20% par rapport à la liste 2020, qui suivait 42 entreprises liées au statut de licorne.

«Il faut de nombreuses années pour créer une entreprise prospère et la croissance que nous constatons au cours de la dernière année est le résultat d’un modèle de croissance à long terme.»

Vingt-cinq entreprises de la liste 2021 ont levé un total de plus d’un milliard de dollars, la plus importante augmentation de l’année dernière allant à CSI Solar, qui a levé 260 millions de dollars. En 2020, quatre entreprises de la liste de l’année dernière ont été introduites en bourse et cinq ont été vendues.

La liste des narvals, publiée en partenariat avec MaRS Discovery District, Communitech et Invest Ottawa, classe les entreprises financièrement intéressantes en fonction de leur «vitesse financière».

La métrique est dérivée du montant du financement qu’une entreprise a levé, divisé par le nombre d’années d’existence de l’entreprise. Le rapport mesure également le taux auquel une entreprise augmente et consomme des capitaux pour soutenir sa croissance.

La Liste des narvals identifie un ensemble d’entreprises privées canadiennes (c’est-à-dire celles qui n’ont pas été acquises ou qui sont devenues publiques) qui réussissent à évoluer. Les entreprises diplômées sont celles qui sont sorties par le biais d’une offre publique initiale ou d’une acquisition, ce qui les rend non éligibles à la liste. Tous les chiffres monétaires sont en dollars américains, sauf indication contraire.

Cette année, la liste des narvals a introduit une nouvelle métrique pour inclure les entreprises qui évoluent par bootstrap. Le «score de mise à l’échelle» reflète le succès d’une entreprise dans la mise à l’échelle de l’entreprise. Les entreprises figurant sur la liste de cette année qui ont obtenu les meilleurs scores de mise à l’échelle étaient respectivement ApplyBoard, basée à Kitchener-Waterloo, Symend, basée à Calgary et Hootsuite, basée à Vancouver.

Il y a deux nouvelles licornes canadiennes sur la liste de cette année, dont PointClickCare et ApplyBoard. Ces entreprises rejoignent toutes deux Coveo, qui a obtenu le statut de licorne en 2019.

En janvier, PointClickCare a levé un investissement minoritaire stratégique auprès de Hellman & Friedman et de l’investisseur existant Dragoneer Investment Group, donnant à la société de technologie une valorisation de 4 milliards de dollars. PointClickCare s’est classé septième dans la liste des narvals en termes de vitesse financière avec un score de 60,4.

CONNEXES: Malgré la pandémie, les investissements canadiens en CR sont restés élevés en 2020

La start-up Edtech ApplyBoard a levé 170 millions de dollars en financement de série C en 2020, ses 100 millions de dollars initiaux donnant à la société de Kitchener-Waterloo son statut de licorne. ApplyBoard a été la première entreprise classée en termes de vélocité financière avec un score de 87,9.

Bien qu’il ne s’agisse pas techniquement d’une licorne car il est coté en bourse, Nuvei, qui a atteint une valorisation de près de 3 milliards de dollars après sa cotation à la Bourse de Toronto à l’automne, était un autre point fort de la technologie canadienne.

«Il faut de nombreuses années pour créer une entreprise prospère et la croissance que nous constatons au cours de la dernière année est le résultat d’un modèle de croissance à long terme», a déclaré à BetaKit Charles Plant, le fondateur du projet Narwhal.

« Certes, il y avait des entreprises telles que Ritual qui ont été négativement affectées par la pandémie, mais les impacts négatifs du COVID-19 n’ont été réellement ressentis que dans certains secteurs de l’économie tels que les voyages, les divertissements et les restaurants », a ajouté Plant. «D’autres, comme le commerce électronique, ont été des bénéficiaires directs. Donc, dans l’ensemble, nous pourrions continuer à voir une forte croissance même en ces temps difficiles. »

Le plus grand nombre d’entreprises sur la liste venaient de Toronto, suivies par Vancouver et Montréal. Les startups de Calgary, Edmonton et Kitchener-Waterloo figuraient également en bonne place dans la liste de cette année.

La technologie informatique poursuit sa trajectoire forte

La liste des narvals suit les entreprises dans trois secteurs: la technologie informatique, les technologies de la santé et les technologies propres. Au cours des quatre dernières années, la vitesse financière moyenne des entreprises de technologie informatique figurant sur la liste des narvals est passée de 8,7 millions de dollars à 15,6 millions de dollars, tandis que le nombre d’entreprises en passe de devenir licornes est passé de sept à 40.

«Le secteur de la technologie informatique continue d’afficher une forte croissance et cette croissance s’améliore chaque année.»

Sur les 40 entreprises de technologie informatique en voie de devenir des licornes, les entreprises les mieux classées en termes de vitesse financière et de score de mise à l’échelle sont ApplyBoard, Symend, Hootsuite et Wealthsimple, basée à Toronto.

Wealthsimple a perdu son admissibilité à la liste des narvals en 2020, en raison de la révélation que l’investisseur Power Financial détenait collectivement plus de la moitié de la société à l’époque. Un investissement de 114 millions de dollars canadiens dirigé par TCV a donné à l’entreprise une valorisation de 1,1 milliard de dollars en octobre de l’année dernière.

«Le secteur de la technologie informatique continue d’afficher une forte croissance et cette croissance s’améliore chaque année», a déclaré Plant. «Je pense que nous voyons les résultats d’une longue période d’investissements stratégiques dans le secteur, en particulier par les plus gros fonds canadiens et les nombreux fonds américains et étrangers qui investissent maintenant au Canada.

Malgré une dynamique positive, Plant a noté que les entreprises de technologie informatique ont levé moins en moyenne et au total en 2020 par rapport à l’année précédente. Le montant moyen levé est passé de 95 millions de dollars à 36 millions de dollars l’année dernière, tandis que le montant total levé par les entreprises de technologie informatique est tombé à 551 millions de dollars en 2020, contre 2,1 milliards de dollars levés en 2019.

Il convient de noter que les investissements canadiens en CR ont établi un nouveau record en 2019, mais les entreprises de technologie informatique ont quand même levé davantage en 2018 (600 millions de dollars) qu’en 2020.

Les entreprises de technologie de la santé montrent moins d’élan vers l’avant

Healthtech a été l’un des secteurs les plus touchés par la pandémie COVID-19, non seulement en raison des nouvelles demandes de tests rapides et de vaccins, mais aussi de la flambée de la demande de solutions de santé virtuelles.

Parmi les entreprises de technologie de la santé figurant sur la liste de cette année figurent Deep Genomics et MedAvail, de Toronto, et Inversago Pharma, de Montréal. Cinq sociétés sur dix ont levé en moyenne 39 millions de dollars au cours de la dernière année, et cinq sont sur la bonne voie pour l’introduction en bourse si elles maintiennent leur trajectoire actuelle.

L’augmentation moyenne des entreprises de technologie de la santé a chuté au cours des trois dernières années, passant de 111 millions de dollars en 2018 à 38 millions de dollars en 2020. Cette baisse se reflète également dans le montant total levé, qui est passé de 429 millions de dollars en 2019 à 194 millions de dollars en 2020. .

CONNEXES: Comment le COVID-19 a ouvert la voie à un boom canadien des technologies de la santé

Quatre sociétés ont également été diplômées de la liste l’année dernière, notamment Chinook Therapeutics, Repare Therapeutics, Fusion Pharmaceuticals, qui ont toutes été introduites en bourse, et Northern Biologics, qui a été acquise.

Plant a déclaré que ces narvals de la technologie de la santé «ne montrent pas le même élan vers l’avant» que les entreprises de technologie informatique.

«Ces entreprises se retirent en raison du marché très mousseux des introductions en bourse technologiques», a déclaré Plant. «Je suis sûr que ces entrepreneurs ont examiné les évaluations qu’ils pouvaient obtenir dans les sorties publiques et les ont comparées aux évaluations qu’ils auraient obtenues dans un cycle de capital-risque à un stade ultérieur et ont décidé de prendre la voie publique. Reste à savoir s’il s’agissait de la bonne décision à long terme. »

Les technologies propres montrent des signes de potentiel

Parmi la liste des narvals canadiens de technologies propres, on trouve Carbon Engineering, qui a récemment lancé un programme d’achat de retrait de carbone avec Shopify comme premier acheteur.

Parmi les autres narvals de technologies propres, citons CarbonCure Technologies, Li-Cycle et GHGSat, GHGSat ayant levé environ 30 millions de dollars en financement de série B l’année dernière.

Trois des dix entreprises de technologies propres figurant sur la liste de cette année ont levé en moyenne 117 millions de dollars, et sept seraient sur la bonne voie pour l’introduction en bourse si elles maintiennent leur trajectoire actuelle.
Les entreprises canadiennes de technologies propres ont levé un total de 265 millions de dollars en 2020, soit plus du double des 177 millions de dollars levés en 2019. En moyenne, les entreprises de technologies propres ont levé 66 millions de dollars l’an dernier, ce qui est également supérieur à l’augmentation moyenne de 44 millions de dollars l’année précédente.

Image courtoisie ApplyBoard.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires