La crypto-monnaie peut-elle aider à résoudre, plutôt que d'accélérer, le défi du changement climatique ?

Le niveau astronomique d’utilisation de l’énergie nécessaire pour exploiter le bitcoin et d’autres monnaies cryptées est un sujet de discussion controversé depuis plusieurs années. De nombreuses sociétés basées sur la crypto et la blockchain se tournent vers la technologie pour résoudre les problèmes sociaux et environnementaux de notre époque, tels que les chaînes d’approvisionnement durables et les systèmes de décarbonisation et de démocratisation. Cela dit, la consommation d’énergie et les émissions de carbone exponentielles générées par l’algorithme de validation du travail requis pour l’exploitation du bitcoin et d’autres monnaies cryptées sont directement en contradiction avec cette vision de la technologie.

Améliorer l’efficacité du protocole Bitcoin

L’algorithme de preuve de travail est une solution élégante. Le fait qu’il soit coûteux en termes de «travail» de puissance de calcul nécessaire à son fonctionnement est ce qui le rend indestructible. Une solution évidente au problème de la consommation d’énergie consiste alors à continuer d’améliorer ce protocole existant grâce à des gains d’efficacité. Et les innovateurs de tous les jours affluent vers cette nouvelle technologie. La récente mise à jour de Lightning Network, par exemple, permet une combinaison de transactions hors chaîne et sur chaîne, ce qui améliore l’efficacité globale de la plateforme Bitcoin. Les progrès dans les puces informatiques améliorent également continuellement l’efficacité du calcul par rapport à la puissance. L’algorithme de base de Bitcoin signifie toutefois que tant que les revenus seront générés, les mineurs continueront à consommer plus d’énergie. Si la technologie continue à se développer et se développer comme prévu, ces petites concessions ne suffiront certainement pas à sauver l’industrie consommation d’énergie exorbitante.

Développer des protocoles alternatifs

Comme évoqué ci-dessus, ce qui fait du Bitcoin une monnaie énergivore est le processus d’exploitation minière avec la preuve du travail nécessaire pour frapper de nouvelles pièces. La preuve du travail est par nature compétitive et le modèle d’incitation pousse les mineurs à utiliser le plus de puissance de traitement possible. Plus vous utilisez l’énergie, plus vous pourrez résoudre rapidement le chiffrement des transactions, et recevoir votre récompense. Cette croissance exponentielle de la puissance des ordinateurs consomme de l’énergie à des vitesses alarmantes.

Mais d’autres crypto-monnaies et plateformes blockchain expérimentent des protocoles alternatifs avec une consommation d’énergie bien inférieure. Ethereum, la deuxième plus grande crypto-monnaie après le bitcoin, est en train de passer de l’algorithme de preuve de travail à un algorithme de preuve d’enjeu appelé Casper, qui élimine idéalement le processus d’extraction énergivore tout en enregistrant les transactions en toute sécurité. EOS est une plateforme de crypto-monnaie et de chaîne de blocs conçue à l’aide d’un algorithme de délégation de preuve (DPOS). Avec le système DPOS, chaque portefeuille contenant des pièces de monnaie peut voter pour des représentants. Ces derniers valident les transactions, forment un consensus et sont rémunérés pour leurs efforts via le système. EOS est la cinquième plus grande crypto-monnaie, et beaucoup pensent qu’il pourrait ouvrir la voie à des solutions de rechange à la preuve de travail.

Choisir les énergies renouvelables plutôt que les combustibles fossiles

Près des trois quarts des activités minières de Bitcoin ont lieu actuellement en Chine. Les entreprises y ont afflué pour avoir accès à une énergie bon marché, dont la majorité est alimentée par des centrales au charbon. Mais si l’industrie veut réduire ses émissions de carbone, cette tendance doit changer. La bonne nouvelle est qu’il existe d’autres options. Par exemple, les installations minières ont également tendance à se tourner vers les sources d’hydroélectricité, une autre option énergétique relativement bon marché, mais renouvelable. Nous avons vu cela se produire dans un Québec riche en hydroélectricité. En fait, un si grand nombre de mineurs ont fait la queue pour ouvrir des exploitations minières là-bas que la compagnie d’électricité a instauré un moratoire temporaire sur les nouvelles applications, demandant à la Commission de l’énergie de savoir comment procéder.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Articles Similaires

Shipping Revolution Avis

Le dropshipping est un domaine qui prend de plus en plus d’ampleur. Ce dernier requiert des connaissances et des stratégies pour se développer. L’une des