La Corée du Sud sévit contre les transactions cryptographiques illégales



Les responsables sud-coréens ont annoncé qu’il n’y aurait «aucune transaction illégale de crypto-monnaie» dans le pays à l’avenir.

Cela fait suite à une réunion lundi au cours de laquelle les autorités prévoyaient d’éliminer l’utilisation de la cryptographie pour le blanchiment d’argent et d’autres crimes financiers.

Ces autorités comprennent la Commission des services financiers (FSC), le Ministère de la justice, l’Agence nationale de police et le Ministère de la stratégie et des finances.

Les rapports indiquent que le gouvernement prévoit de mettre en place un ensemble de réglementations pour aider à retracer ces transactions. S’appuyant sur la loi stricte entrée en vigueur le mois dernier. À savoir, la loi sur la déclaration et l’utilisation des informations spécifiées sur les transactions financières. Une loi en vertu de laquelle les fournisseurs de services d’actifs virtuels (VASP) doivent vérifier l’identité de leurs utilisateurs.

La répression, qui devrait se poursuivre jusqu’en juin, impliquera un certain nombre d’agences et de régulateurs sud-coréens. Cela comprend le service de surveillance financière et la cellule de renseignement financier, une agence d’État dédiée à enquêter sur la criminalité financière.

Le fait de ne pas signaler toute transaction suspecte entraînera de lourdes amendes pour tous les échanges numériques impliqués.

Selon les rapports, c’est la volatilité du marché de la crypto-monnaie qui inquiète le plus le gouvernement. La réunion de lundi et les décisions ultérieures prises font suite à la récente flambée des prix de la cryptographie. Le Bitcoin (BTC) a atteint à lui seul un nouveau record de plus de 64000 $ la semaine dernière. Cependant, le flash est tombé à 51 600 dollars quelques jours plus tard.

Ils accorderont une attention particulière aux investisseurs étrangers, en particulier ceux basés en Chine. Cette décision fait suite à des spéculations selon lesquelles les investisseurs étrangers ont eu un intérêt accru dans les bourses sud-coréennes et que ces investissements ont augmenté.

La répression de la crypto en Corée du Sud

Ce n’est pas la première nouvelle d’une répression en Corée du Sud cette année. Outre la loi susmentionnée sur la déclaration et l’utilisation d’informations spécifiées sur les transactions financières, certaines bourses sud-coréennes insistaient pour obtenir une preuve d’identité dès février.

Korbit, une bourse de premier plan en Corée du Sud, empêchait les utilisateurs de retirer des fonds jusqu’à ce qu’ils fournissent une preuve de propriété.

Plus récemment, une autre bourse, OKEx, a cessé ses activités en Corée du Sud au début du mois. Il a annoncé sa fermeture dans le pays en mars, citant les lois strictes anti-blanchiment d’argent imposées par le FSC comme raison.

Jusqu’à présent, les rapports indiquent qu’OKEx est le seul échange à cesser ses opérations pour de telles raisons.

Avertissement

Toutes les informations contenues sur notre site Web sont publiées de bonne foi et à des fins d’information générale uniquement. Toute action que le lecteur entreprend sur les informations présentes sur notre site Web est strictement à ses propres risques.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires