La BCE travaille avec 5 entreprises pour tester des cas d’utilisation de l’euro numérique.

Le 16 septembre, la Banque centrale européenne BCE a annoncé les 5 entreprises sélectionnées pour aider à développer l’interface utilisateur de l’euro numérique. Les 5 acteurs incluent le géant du commerce électronique Amazon, CaixaBank, Worldline, EPI et Nexi. En effet, ces entreprises de premier plan ont été choisis parmi les 54 candidats.

La BCE et des entreprises tierces collaborent pour tester l’euro numérique.

Selon la BCE, ils travailleront sur différents domaines du projet de développement de la CBDC. Cela en testant l’intégration de l’euro numérique dans différents cas d’utilisationPar conséquent, chaque entreprise se concentrera sur un cas d’utilisation distinct. 

  • Amazon sera chargé de tester les systèmes de paiement e-commerce.
  • CaixaBank et Worldline seront responsables du prototypage des paiements.
  • EPI et Nexi travailleront sur les paiements au point de vente.

En outre, la Banque centrale européenne est seule responsable du développement du code CBDC et de l’infrastructure. Bien que ces entreprises privées travaillent sur différents cas d’utilisation et intégrations pour l’euro numérique.

Lire aussi : Le Trésor américain a mis sur liste noire 5 adresses cryptos d’un groupe néonazi russe.

Par ailleurs, les prototypes créés par les entreprises ne serviront qu’à tester la fonctionnalité de l’euro numérique. Cependant, selon la BCE, ils ne seront pas utilisés dans les phases ultérieures du projet. La BCE a déclaré que son projet CBDC est dans sa phase finale et qu’il sera prêt au premier trimestre 2023, conformément à ses annonces précédentes.

La BCE a déclaré : « L’objectif de cet exercice de prototypage est de tester dans quelle mesure la technologie derrière un euro numérique s’intègre aux prototypes développés par les entreprises. […] Il n’est pas prévu de réutiliser les prototypes dans les phases ultérieures du projet d’euro numérique »

La BCE évalue les risques liés au lancement de la CBDC

Selon le média local espagnol « El Economista« , la banque craint que le lancement d’un euro numérique n’entraîne une « exfiltration des dépôts des banques commerciales ». C‘est pourquoi elle travaille avec plusieurs fournisseurs de paiement de premier plan?pour analyser les risques et opportunités associées au lancement d’une CBDC pour les particuliers et les entreprises.

En outre, les responsables de la BCE ont récemment déclaré que l’euro numérique sera destiné au commerce de détail, de sorte que son utilisation sera limitée à des types spécifiques de personnes. Cela empêchera les entreprises de l’utiliser pour régler des factures ou pour effectuer des transactions sur des plateformes décentralisées. 

Bonus : Grayscale obtient les droits de distributions de jetons ETHPow auprès de la SEC.

 

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles Similaires

Iran cbdc

L’Iran a lancé un projet pilote pour sa CBDC.

La Banque centrale d’Iran a commencé à piloter l’utilisation de son CBDC « crypto rial », cette semaine, selon une annonce de la Chambre de commerce iranienne. Par ailleurs, la décision de