Kraken annonce l’obtention d’une licence pour opérer à Abou Dhabi.

Kraken, l’une des plus grandes bourses de crypto-monnaie au monde, a obtenu l’autorisation d’exploiter sa plateforme de négociation d’actifs virtuels à Abou Dhabi. Ainsi, la bourse établira un siège régional dans la capitale des Émirats arabes unis, et sera la première bourse à proposer le commerce direct du dirham dans la région.

Kraken s’étend au Moyen-Orient avec l’obtention d’une licence à Abou Dhabi.

L’échange de crypto-monnaie américain Kraken s’étend au Moyen-Orient. Après avoir obtenu une licence complète pour exploiter une plateforme de négociation réglementée aux Émirats arabes unis, il ouvrira également son siège régional à Abou Dhabi.

Curtis Ting, directeur général de Kraken pour L’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique, a déclaré : « Nous sommes très heureux d’opérer directement dans ADGM [Abu Dhabi Global Market] lui-même pour exploiter une plate-forme d’actifs virtuels qui offrira à terme des paires de dirhams aux investisseurs de la région » .

La décision a été divulguée pour la première fois dans une annonce du registre des marchés d’Abou Dhabi. Selon Dhaher bin Dhaher, directeur général du registre des marchés mondiaux d’Abou Dhabi, la société prévoit de démarrer ses opérations au deuxième ou au troisième trimestre.

De ce fait, Kraken sera le premier échange de crypto-monnaie à offrir des fonds directs en dirhams des Émirats arabes unis et l’échange de bitcoin, d’éther et d’une gamme d’autres actifs virtuels, suite aux approbations réglementaires de l’ADGM et de l’Autorité de réglementation des services financiers.

En outre, Curtis Ting a également déclaré que l’échange prévoit de s’étendre davantage dans la région MENA « dans les mois et les années à venir ».

Voir également : La Russie prévoit l’utilisation du rouble numérique pour les règlements internationaux en 2023.

Les EAU avec une clarté de cadre réglementaire attirent les sociétés cryptos

Pour renforcer l’engagement du pays envers les crypto-monnaies, les Émirats arabes unis ont ouvert la voie en termes de réglementation claire depuis 2018, ce qui a ouvert la porte à l’implication de nombreux acteurs de l’industrie. .

Pour rappel, les Emirats Arabes Unis ont intensifié leurs efforts pour attirer les plus grandes sociétés de crypto-monnaie au monde. L’ADGM d’Abou Dhabi a adopté un cadre réglementaire pour les actifs virtuels en 2018, tandis que Dubaï a adopté des lois réglementant les actifs virtuels le mois dernier.

L’une des plus grandes échanges de cryptosBinance, a reçu l’approbation du régulateur d’Abou Dhabi pour fonctionner en tant que courtier-négociant d’actifs virtuels. Cela survient un mois après que la société a obtenu une autre licence pour opérer à Dubaï, dont la société a prévu d’embaucher plus de 100 employés.

L’un des principaux concurrents de BinanceFTX, a également obtenu une licence de fournisseur de services d’actifs virtuels à Dubaï en mars, et a annoncé son intention d’établir un siège régional dans la ville. Les échanges Bybit et Crypto.com ont aussi récemment reçu des licences pour opérer à Dubaï.

Selon un rapport de 2021 de la société d’analyse de chaînes de blocs Chainalysis, les Émirats arabes unis se classent au 3e rang pour l’adoption de la cryptographie au Moyen-Orient, après la Turquie et le Liban.

Actuellement en tendance : Les États-Unis imposent de nouvelles sanctions à la société mineure russe BitRiver et plus de 40 autres entités.

 

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles Similaires