Kepler lève 72,6 millions de dollars canadiens alors que la société cherche à développer son réseau et à s’étendre aux États-Unis


Trois mois après être devenue le plus grand opérateur de satellites au Canada, la startup de technologie spatiale basée à Toronto Kepler Communications a obtenu 72,6 millions de dollars canadiens (60 millions de dollars américains) en financement de série B.

Une partie du financement sera utilisée pour développer l’équipe de 80 personnes de Kepler.

Ce dernier cycle porte le financement total de Kepler à 108,9 millions de dollars canadiens (90 millions de dollars américains) et a été dirigé par Tribe Capital, avec la participation du nouvel investisseur Canaan Partners et d’investisseurs existants, notamment IA Ventures et Costanoa Ventures.

Le produit de la ronde de financement de série B de Kepler aidera Kepler à augmenter la taille de son réseau et à introduire de nouveaux satellites. Le nouveau capital sera également utilisé pour augmenter la taille de l’équipe de Kepler, qui a doublé pour atteindre 80 personnes au cours de la dernière année. La startup a déclaré que son objectif est de passer à 150 personnes d’ici la fin de cette année.

Kepler a été fondée en 2015 dans le but de construire un réseau de télécommunications plus rapide. Pour ce faire, la société développe des constellations de petits satellites en orbite basse qui représentent un dixième de la taille des alternatives. Ceux-ci sont utilisés pour l’échange de données presque en temps réel à partir d’appareils IoT. Les services de données de Kepler sont actuellement principalement utilisés dans les secteurs maritime, aérien et gouvernemental.

L’entreprise cherche maintenant à étendre son réseau pour une couverture en dehors de la Terre et à fournir ses services pour de nouvelles applications dans l’espace, telles que l’observation de la Terre et le tourisme spatial. L’objectif est de connecter des actifs tels que des satellites d’imagerie et des stations spatiales et de déplacer les informations de ces actifs vers la Terre.

« Il existe un besoin croissant de ramener les données générées dans l’espace sur Terre, et c’est un besoin pour lequel Kepler est particulièrement qualifié », a déclaré Wen Cheng Chong, CTO et co-fondateur de Kepler.

Kepler a déjà franchi de nouvelles étapes cette année, en lançant huit satellites en janvier et deux autres en mars. Ces lancements ont porté à 15 le nombre total de satellites en exploitation de la startup, ce qui en fait le plus grand opérateur de satellites au Canada. La startup se targue désormais de pouvoir produire 10 satellites par mois.

Kepler regarde maintenant au sud de la frontière comme une zone d’expansion. Mercredi, la société a annoncé qu’elle créerait une entité et un bureau basés aux États-Unis et envisageait immédiatement d’embaucher dans ses services de vente, de marketing et d’ingénierie pour soutenir cette expansion. Selon un rapport de CNBC, le nouveau bureau sera probablement situé à Washington, DC.

CONNEXES: Felix & Paul Studios livre une caméra spatiale à l’ISS dans le cadre d’une prochaine série

Kepler est déjà présent à l’extérieur du Canada avec son bureau au Royaume-Uni, qui a été établi peu de temps après que Kepler a levé un tour de table de 20,8 millions de dollars de série A en 2018. La startup a déclaré que la création d’une présence aux États-Unis lui permettrait d’accéder à un plus large bassin de clients et les partenaires.

« Nous constatons une demande croissante pour nos produits et services sur le marché américain et en créant une entité locale, nous serons mieux placés pour fournir de la valeur et une assistance sur le terrain aux clients actuels et futurs aux États-Unis », a déclaré Mina Mitry, PDG et co-fondatrice de Kepler.

Kepler est l’une des nombreuses entreprises de technologie spatiale qui cherchent à sortir leurs innovations de l’orbite cette année. Starlink, qui fait partie de SpaceX dirigé par Elon Musk, teste actuellement une nouvelle antenne parabolique et a commencé plus tôt cette année à accepter des précommandes pour son service au Canada.

Les entreprises canadiennes ont également beaucoup contribué à ce secteur et ont connu leurs propres développements notables au cours des derniers mois. MDA, une entreprise de technologie spatiale basée à Brampton, en Ontario, a clôturé un premier appel public à l’épargne de 400 millions de dollars en avril et se négocie maintenant à la Bourse de Toronto.

NorthStar, une startup montréalaise qui a développé une plate-forme de surveillance de la Terre et de l’espace, a commencé la construction de sa flotte de satellites à l’automne 2020. NorthStar prévoit utiliser ces satellites pour surveiller la Terre grâce à un réseau de capteurs optiques.

Source de l’image Kepler Communications via Facebook.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires