Google prévoit de construire un centre de données de 735 millions de dollars canadiens au Québec


Google a dévoilé son intention de construire un centre de données proposé de 735 millions de dollars CA à Beauharnois, au Québec.

Selon un article de blog de l’entreprise, Google a l’intention d’acquérir une propriété à Beauharnois, qui se trouve au sud-ouest de Montréal, et de construire l’installation après l’approbation du gouvernement et le respect de certaines conditions. Google a déclaré que le nouveau centre de données emploierait au moins 20 personnes dans des rôles qualifiés.

«La croissance d’une entreprise de la taille de Google au Québec confirme notre statut de l’un des pôles technologiques les plus dynamiques et les plus verts au monde.
– Pierre Fitzgibbon

Le gouvernement du Québec a publié lundi un communiqué soulignant que la parcelle de terrain que Google espère acquérir comprend 62,4 hectares et est actuellement détenue par Hydro-Québec. Les terres en question sont actuellement zonées en terres agricoles et la province prévoit des mesures de compensation afin d’atténuer les répercussions que le projet pourrait avoir sur les activités agricoles.

Cette décision représente la dernière expansion de Google dans la province de Québec. Les activités du géant de la technologie dans la province remontent à 17 ans, lorsque Google a ouvert son premier bureau à Montréal.

Selon Google, le Québec est une région importante pour aider l’entreprise à atteindre certains de ses objectifs de développement durable, car le Québec est l’un des plus grands producteurs d’hydroélectricité. Google cherche à exploiter l’ensemble de ses activités avec de l’électricité propre toutes les heures de chaque jour d’ici 2030.

«Une fois que le projet proposé démarre, on estime qu’il génère des emplois bien rémunérés, tant pendant la construction que dans l’exploitation du futur centre de données», a déclaré Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation du Québec. de Google au Québec confirme notre statut de l’un des pôles technologiques les plus dynamiques et les plus écologiques au monde. »

CONNEXION: Google ouvre des applications pour le nouvel accélérateur de cloud canadien

Depuis l’ouverture de son premier bureau à Montréal en 2004, Google a pris des engagements ultérieurs envers l’écosystème technologique de la province, comme des partenariats avec des organisations comme Mila. Jusqu’à présent, Google a fait don de 3 millions de dollars à Mila, sa dernière subvention ayant été engagée en novembre. En février 2020, Google a annoncé son intention d’ouvrir un nouveau bureau à Montréal, qui devrait accueillir 1000 employés une fois terminé. Cela faisait partie d’un plan visant à ouvrir un total de trois nouveaux bureaux au Canada.

Un rapport réalisé par Public First en 2020 a révélé que les produits de recherche et de publicité de Google ont contribué à générer une activité économique estimée à 23 milliards de dollars pour plus de 500 000 entreprises au Canada en 2019. Cet impact économique équivaut à peu près à 1,1% de l’ensemble du PIB du Canada.

La nouvelle du centre de données intervient également alors que Google a ouvert un certain nombre de ses programmes d’accélérateurs typiquement américains aux fondateurs et aux startups canadiens. Plus récemment, Google pour les startups a sélectionné deux startups canadiennes pour participer à la première cohorte de son programme d’accélérateur axé sur le changement climatique. Tout cela survient un an après que Google a ouvert son premier accélérateur axé sur le Canada à Kitchener-Waterloo, bien que le programme ait fonctionné pratiquement l’année dernière en raison de la pandémie COVID-19.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires

Toast acquiert xtraCHEF

Pain grillé, une plate-forme cloud basée à Boston, MA pour la communauté des restaurants, acquis xtraCHEF, un fournisseur basé à New York d’une plate-forme de