Fraction Technologies annonce un financement par emprunt et par actions de 289 millions de dollars canadiens alors qu’il cherche à perturber les prêts hypothécaires inversés


La start-up de Vancouver, Fraction Technologies, a annoncé mercredi 289 millions de dollars canadiens dans une combinaison de financement par actions et par emprunt.

Fraction est une startup à l’intersection de la FinTech et de la Proptech, axée sur la fourniture de ce qu’elle appelle des «solutions financières socialement conscientes».

Avec l’annonce de son financement, Fraction sort du «mode furtif» avec le lancement de son produit initial, l’Hypothèque d’appréciation de la fraction, qui permet aux clients de convertir jusqu’à 40% de la valeur nette de leur maison en espèces libres d’impôt.

«L’équipe de Fraction nous a impressionnés par l’ampleur et la profondeur de leur expérience en matière de prêts.»
– Christian Lassonde,
Impression Ventures

Fraction a refusé de divulguer la répartition des fonds propres et du financement par emprunt. Cependant, une source familière avec les détails a déclaré à BetaKit qu’une grande partie des 289 millions de dollars était constituée de dettes. Une déclaration à BetaKit du co-fondateur et PDG de Fraction, Hayden James, a noté que le financement par emprunt comprend à la fois du capital pour développer l’entreprise et pour financer des prêts hypothécaires. La dette a été fournie par une «grande banque mondiale» non divulguée.

La partie capitaux propres du financement, qui représente le capital d’amorçage de la société, a été clôturée en novembre. Les investisseurs en capital-risque comprenaient Impression Ventures, Primetime Partners, Global Founders Capital et Panache Ventures.

Fondée en 2018, Fraction se présente comme une plate-forme numérique innovante qui permet aux propriétaires de gérer et de diversifier la valeur nette de leur propriété «d’une manière qui n’était pas possible auparavant». La mission globale de la start-up est de «donner aux propriétaires de maison des solutions financières socialement responsables» et de perturber le secteur des prêts hypothécaires inversés.

Les clients peuvent utiliser le capital prêté par Fraction pour payer des rénovations domiciliaires, couvrir les dépenses de retraite ou faire d’autres investissements, comme l’achat d’une résidence secondaire.

«Le refinancement d’un prêt hypothécaire à faible taux n’aide pas les propriétaires ayant des besoins immédiats en liquidités pour un revenu de retraite ou des dépenses importantes imprévues», a déclaré Rayan Rafay, cofondateur et chef de l’exploitation et directeur financier de Fraction. «Les prêts hypothécaires inversés peuvent fournir cet argent initial, mais ne protègent pas adéquatement le propriétaire et sont assortis de taux d’intérêt et de restrictions plus élevés.»

CONNEXES: Le rapport présente un aperçu du secteur canadien des technologies de propriété intellectuelle alors que l’immobilier subit une transformation numérique

Fraction offre actuellement ses services en Ontario et en Colombie-Britannique. La startup a indiqué que son financement sera utilisé pour lancer au Canada, élargir son équipe et sa plate-forme technologique, ainsi que se préparer à son lancement aux États-Unis.

Selon l’entreprise, elle a constaté un intérêt «exceptionnel» pour son offre avant son lancement, avec une demande de plus de 20 millions de dollars de la part des propriétaires intéressés.

«L’équipe de Fraction nous a impressionnés par l’étendue et la profondeur de leur expérience dans le domaine des prêts. Poussé par un sens aigu des objectifs qui correspond au nôtre, Fraction facilite l’accès à la valeur nette du logement indépendamment du revenu, de l’âge ou de la profession, de manière juste et transparente, renforçant ainsi la situation financière de l’individu », a déclaré Christian Lassonde, associé directeur chez Impression Ventures, qui rejoint le conseil d’administration de Fraction dans le cadre de l’accord. «Les propriétaires peuvent désormais mieux se situer à la retraite ou utiliser les fonds pour soutenir leur prochaine génération, sans avoir à quitter leur maison ou à la mettre en danger.»

Fraction optimise sur une tendance croissante dans l’espace Proptech et FinTech, qui comprend les goûts d’Opendoor et de Noah. Au Canada, la startup torontoise Proptech Properly a été lancée l’année dernière, permettant aux utilisateurs d’acheter une nouvelle maison en utilisant la valeur nette de leur maison actuelle, avant de devoir la mettre en vente. À l’automne, Properly a obtenu un financement par emprunt de 100 millions de dollars canadiens pour l’aider à supporter ses lourdes dépenses en capital liées à l’achat de maisons.

Source de l’image Pixabay

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires