Ethereum annonce la mise en ligne son premier shadow folk du réseau principal.

Le lundi 11 avril, alors qu’Ethereum approche de sa transition de preuve de participation tant attendue, les développeurs ont lancé le premier « shadow fork » du réseau principal. Son objectif est de tester les hypothèses existantes concernant Test Nest et Mainnet.

Le premier shadow fork désormais en ligne

Selon Parithosh Jayanthi, développeur de la Fondation Ethereum, le fork ajoute des champs liés à la fusion à la configuration testnet existante.

« En faisant cela, nous héritons essentiellement des états/txs du testnet canonique », a-t-il tweeté vendredi.

En héritant de l’état d’un testnet existant, les hypothèses des développeurs sur les temps de bloc et les temps de construction peuvent être testées sous contrainte. Le shadow folk reste connectée aux pairs de la chaîne canonique Ethereum, ce qui signifie que certaines transactions apparaîtront sur les deux chaînes.

Selon le nouvel explorateur de blocs shadow fork, plus de 2 231 000 transactions ont été traitées. Il compte également plus d’un million d’adresses de portefeuille enregistrées et plus de 14,5 millions de blocs avec un temps de production de 13,1 secondes par bloc.

Lors du lancement, un autre développeur de la Fondation Ethereum, Van der Weyden, a qualifié le shadow fork d’« événement historique ».

Bonus : Voyager Innovation devient une licorne après une levée de fonds de 210 millions de dollars pour adopter les paiements cryptographiques.

Pour la préparation de la fusion

Dans le contexte, Ethereum prévoit de faire passer son réseau d’un modèle de consensus de Proof of Work à un Proof of Stake depuis des années. Pour rappel, la PoW ou la preuve de travail nécessite de la puissance de calcul pour construire un bloc, tandis que la preuve de participation nécessite que la crypto-monnaie soit jalonnée. La transition réduira drastiquement les besoins énergétiques d’Ethereum.

La mise à niveau ou « fusion  » impliquera la fusion du réseau principal Ethereum avec la chaîne de balises.
 Ce dernier servira de colonne vertébrale à Ethereum 2.0, analysant et validant en permanence les données de transaction.

Pendant ce temps, le développeur Tim Beiko a déclaré que le succès de ce fork est essentiel pour déterminer  le bon moment de fusion. Le fondateur d’EthereumVitalik Buterin, a déclaré que la fusion devait avoir lieu en juillet de cette année, mais la date de mise à niveau a été repoussée à plusieurs reprises.

Par ailleurs, Jayanthi affirme que Nevermind et Bisu (un fournisseur de logiciels basé sur Ethereum) ont trouvé des problèmes après le fork. Cependant, leur gravité sera légère. Plusieurs autres événements tests pour les fusions Ethereum ont réussi. Par exemple, la fusion de Klin testnet s’est bien déroulée à la mi-mars, fusionnant la couche d’exécution de preuve de travail avec la chaîne de balises. 

Pour aller plus loin : Uniswap Labs lance Uniswap Labs Ventures pour stimuler l’innovation et la croissance dans Web3.

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles Similaires