En concurrence avec la Chine, les États-Unis entrent réellement dans l’industrie du minage du Bitcoin

Le foyer du minage mondial du Bitcoin est sur le point de se déplacer. Historiquement localisées en grande partie en Chine, les activités du minage migrent de plus en plus vers les Etats-Unis d’Amérique. Récemment, Foundry USA a représenté 7,6 % de la puissance informatique du minage global, ce qui en fait le 5e pool minier du Bitcoin au monde. Cette industrie, dont la rentabilité se multiplie au cours des années, a longtemps fleuri sur le sol Chinois. D’autant plus que les mines de bitcoin chinoises alimentent près de 80% du commerce mondial des crypto-monnaies.

Le pays du soleil levant abrite les plus grosses entreprises qui opèrent dans l’activité d’authentification des transactions en crypto-monnaies et la création de nouveaux bitcoins. L’une des stations chinoises les plus réputées dans le minage du Bitcoin, doit être celle d’Antpool. Elle constitue le plus grand pools miniers au monde avec une contribution de 18,6% au hashrate mondial. Ce leader de l’industrie prend en charge dix crypto-monnaies, et récompense quotidiennement les mineurs pour leur puissance de hachage.

Le statu quo prend le chemin du changement. Dans un contexte de succès fulgurant du Bitcoin et les mesures prises par la Chine contre le minage de la crypto-monnaie, les mineurs mettent le cap vers sa rivale économique : Les Etats-Unis. Un exemple illustrant cette migration serait bien le cas de la station chinoise F2Pool, le deuxième pool de minage au monde. En huit ans d’activité, c’est la première fois que la plupart des activités minières de F2Pool sont réalisées en dehors de la Chine. Et en avril dernier, F2Pool affirme que la Chine détenait moins de la moitié du hashrate (puissance de calcul minière) de son pool.

Entre restrictions des autorités et surexploitation énergétique, la situation délicate du minage Chinois

En février 2021, les autorités chinoises ont exigé la fermeture d’installations minières dans la région autonome de Mongolie intérieure, qui représente 8 % du hashrate mondial. La raison derrière cette restriction serait motivée par la réduction de la consommation d’énergie. Le pays asiatique, largement critiqué pour ses déboires dans la préservation de l’environnement, souhaite changer la donne. La Chine entame une vraie guerre contre le minage du Bitcoin qui atteindra une consommation d’électricité de 296,59 TWh (térawatt-heure) d’ici à 2024, équivalent à la consommation de pays à part entière. Plus encore, la facture en émission de carbone s’élèvera quant à elle à 130 millions de tonnes par an, du fait que 40% du minage tire encore son électricité des centrales à charbon.

Dans ces circonstances, la Chine a entamé une politique de limitation de minage du Bitcoin, contraignant de nombreuses entreprises spécialisées, qui jouissaient auparavant de prix de l’électricité très bas, notamment grâce aux grands barrages, à délocaliser une partie de leurs activités et à reconsidérer leurs projets.

Texas, la nouvelle terre du Bitcoin !

Un rapport du Nasdaq anticipe que le Texas est en voie de devenir le nouveau centre pour l’exploitation minière du bitcoin. Grâce aux énergies renouvelables en vogue dans cet état d’Amérique, les intentions des mineurs seraient de les exploiter pour une consommation saine de l’électricité.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires