En attendant le rapport sur l’emploi aux États-Unis, les prix du pétrole chutent.

Une chute brutale sur le pétrole

Poussés par un dollar américain plus faible et une baisse plus importante que prévu des stocks de pétrole brut aux États-Unis, les prix du pétrole ont chuté vendredi, le 3 septembre. Cela après avoir fortement augmenté dans la nuit, et ont légèrement augmenté la semaine précédant le très attendu rapport mensuel sur l’emploi aux États-Unis.

À 04:00 en France, les contrats à terme sur le pétrole brut WTI (West Texas Intermediate) ont chuté de 24 cents, ou 0,3%, à 69,75 $ US le baril. Tandis que les contrats à terme sur le pétrole brut Brent ont chuté de 13 cents, ou 0,2%, à 72,90 dollars US le baril.

Stephen Innes, associé directeur de SPI Asset Management, a déclaré que la raison de la baisse pourrait être que les traders ont construit des positions avant la publication du rapport sur l’emploi non-agricole d’août aux États-Unis, car ils craignaient que le rapport soit plus faible que prévu. .

Les 2 contrats pétroliers de référence ont augmenté de 2% jeudi, faisant augmenter le WTI de 1,5% cette semaine, tandis que le pétrole brut Brent était en hausse de 0,3% par semaine.

La principale raison de la hausse de cette semaine était l’affaiblissement du dollar américain, qui a rendu le pétrole moins cher dans d’autres devises, ainsi que l’impact de l’ouragan Ida.

Selon des sources, environ 1,7 millions de barils de production de pétrole dans le golfe du Mexique ont cessé chaque jour et que l’héliport et le dépôt de carburants ont été endommagés, obligeant l’équipage à retourner sur la plate-forme offshore pour ralentir.

à découvrir également : Face à la faiblesse du dollar américain, les prix du cuivre ont légèrement rebondi, le rapport sur l’emploi aux États-Unis très attendu.

Afin de corriger l’impact sur l’offre, la demande de pétrole a été supprimée à cause du retardement de la réouverture de la raffinerie fermée en Louisiane. Celui-ci qui est en raison de la panne de courant prolongée.

Après que l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés (collectivement appelés OPEP+) ont maintenu cette semaine leur projet d’ajouter 400 000 barils par jour (b/j) au marché au cours des prochaines années, la demande devrait devenir le centre d’attention. Les analystes disent que cela s’inscrit dans le contexte d’une augmentation des cas de COVID-19.

M.Innes, a déclaré : »Maintenant que le catalyseur à court terme de l’OPEP+n’est plus d’actualité, l’attention se porte à nouveau sur la forme de la reprise de la demande, et certains craignent qu’il soit difficile de maintenir le marché en déficit l’année prochaine si l’OPEP+ continue à ajouter de l’offre au rythme prévu de 400 000 bpj »

 

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires

Investir dans Air Liquide

Air Liquide est un groupe français spécialisé dans la production du gaz. La fourniture de technologies est également une de ses principales activités. A travers