Crypto Mining consomme-t-il notre planète?



Les préoccupations concernant l’impact de l’exploitation minière de preuve de travail (POW) et de bitcoin (BTC) sur l’environnement se multiplient. À mesure que l’intérêt pour les crypto-monnaies se développe, il y a une augmentation de la consommation d’énergie.

La consommation d’énergie du réseau Bitcoin a fait des vagues à la fin de 2017. Même les médias grand public rapportaient qu’il consomme plus d’électricité que tout le pays d’Irlande.

À l’époque, le réseau consommait une consommation estimée à plus de 30 térawattheures (TWh) par an. C’est moins que sa consommation actuelle de 95,45 TWh, selon Digiconomist.

L’indice explique que l’impact annuel du bitcoin est de 45,34 tonnes métriques (mt) de CO2. C’est comparable à Hong Kong. Les 10,97 kt de déchets électroniques de la pièce sont similaires à ceux du Luxembourg.

Cependant, une étude de 2020 spécule qu’ils pourraient être sous-estimés. Les chercheurs estiment plutôt que la consommation d’énergie des bitcoins représente «près de la moitié de la consommation électrique actuelle des centres de données mondiaux».

En Chine, les chercheurs ont découvert que l’exploitation minière pouvait même menacer les objectifs de réduction des émissions de carbone.

L’impact environnemental du matériel minier

Outre la consommation d’électricité, le matériel minier contribue au problème mondial des déchets électroniques.

Le minage de Bitcoin a commencé à utiliser de simples GPU et processeurs. À mesure que le besoin d’énergie augmentait, les producteurs ont commencé à créer des puces uniques.

Désormais, l’extraction en masse utilise des circuits intégrés spécifiques aux applications (ASIC). Ils sont spécifiquement destinés à l’extraction de crypto-monnaies sur l’algorithme POW.

Le minage de crypto-monnaie est un espace hautement compétitif. Seules les machines les plus efficaces fonctionnent avec un profit. Les ASIC miniers sont constamment améliorés. En conséquence, chaque nouvelle génération introduite sur le marché signifie que les machines plus anciennes deviennent non rentables.

Le nombre défini de pièces et de blocs motive cette amélioration constante. À mesure que des machines plus efficaces rejoignent la blockchain, le hashrate total de la blockchain augmente également.

La quantité de bitcoins qu’un mineur donné obtient dépend en grande partie de la partie du hashrate généré. Cela permet aux machines plus anciennes de générer moins de bénéfices tout en consommant toujours la même quantité d’énergie.

En conséquence, les mineurs de Bitcoin achètent une quantité incroyable d’appareils informatiques. Ce qu’ils ne peuvent pas réutiliser après avoir perdu leur avantage.

Utilisation d’énergie renouvelable dans l’exploitation minière

Comme expliqué, le minage de crypto consomme beaucoup d’énergie. En effet, les ordinateurs d’extraction de bitcoins ont besoin d’électricité pour fonctionner.

Alors que cela aurait pu être une poignée de mineurs à un moment donné, l’industrie minière s’est développée avec des entrepôts remplis de machines fonctionnant constamment.

En conséquence, si ce système fonctionnait uniquement à l’électricité alimentée par des combustibles fossiles, il serait clair que cela nuit à la diminution de nos ressources.

Cependant, combien l’exploitation minière utilise des sources d’électricité à l’ancienne ou des énergies renouvelables est à débattre.

Un livre blanc sur l’exploitation minière de 2019 de la société de recherche cryptographique CoinShares a révélé que 74,1% de l’exploitation minière de bitcoins est alimentée par des énergies renouvelables. Il s’agit de leur estimation prudente.

Cette consommation d’énergie avant-gardiste se reflète dans certaines opérations minières. BitRiver, un service de colocation pour l’extraction de Bitcoin en Russie et dans les pays de la CEI, confirme que son usine utilise uniquement des énergies renouvelables.

«Nous n’utilisons que de l’énergie renouvelable pour l’ensemble de notre opération, qui utilise actuellement plus de 70 MW d’énergie pour extraire la cryptographie. Alors que la demande des clients nouveaux et existants continue d’augmenter, nous étendons nos installations pour utiliser davantage la capacité totale de 100 MW de notre site », explique Dmitrii Ushakov, COO de Bitriver, à BeinCrypto.

De petites solutions pour de gros problèmes

En plus d’utiliser les énergies renouvelables, certaines entreprises tentent de réduire le coût environnemental de leurs opérations.

Ouchakov explique que son entreprise essaie d’aider les clients à redistribuer leur matériel plutôt que de le jeter. Ils les aident à vendre les plates-formes lors de la revente. Souvent, les personnes intéressées sont des mineurs qui ont accès à une électricité moins chère afin de pouvoir encore réaliser des bénéfices.

«En ce moment, il y a une énorme demande d’équipement de la part des fermes minières qui obtiennent de l’électricité à un prix très bas. En fonction de votre coût d’électricité, qui pour certaines régions peut être proche de la gratuité, l’utilisation de machines d’extraction plus anciennes est avantageuse en termes de coût. Et après cela, l’équipement peut être recyclé comme n’importe quelle autre pièce d’ordinateur. Les ventilateurs sont réutilisables et le boîtier pourrait être réutilisé », explique un représentant de la société de matériel et de logiciels blockchain Bitmain.

Cependant, cette position de revente et de recyclage ne fait que retarder la création d’une grande quantité de déchets électroniques, plutôt que de fournir une solution réelle au problème.

Redistribution des sous-produits de déchets

Les mineurs de bitcoins tentent également de compenser leur consommation d’énergie en utilisant des sous-produits inutiles. Partenariat avec d’autres industries pour utiliser ces ressources pour exécuter leurs opérations minières.

L’extraction de Bitcoin produit beaucoup de chaleur. Selon le représentant de Bitmain, l’entreprise utilise cette chaleur pour garder les pièces de leurs bâtiments normaux dans les régions plus froides.

Dans un autre exemple, d’autres mineurs s’associent à des sociétés d’énergie pour utiliser des sous-produits pour exécuter leurs opérations. En 2020, Crusoe Energy Solutions a conclu un accord avec la société d’énergie Equinor pour utiliser l’excès de gaz naturel de son champ pétrolifère du Dakota du Nord pour extraire du bitcoin.

Cela incite Equinor à ne pas simplement brûler le gaz, qui est nocif pour l’environnement, et à le canaliser vers une production utile.

Mais les énergies renouvelables sont-elles suffisantes?

Alors que la réponse au problème énergétique de Bitcoin semble être une énergie renouvelable, certains pensent que cela peut ne pas suffire.

Un spécialiste de la blockchain de PwC, Alex de Vries, souligne dans son rapport de 2019 sur la durabilité de Bitcoin que même les opérations minières apparemment «vertes» contribuent toujours aux dommages environnementaux.

Il explique que souvent les ressources renouvelables, comme l’hydroélectricité, sont saisonnières et ne peuvent donc pas produire toute l’année l’énergie dont ont besoin les mineurs.

«Contrairement à la demande de puissance des machines d’extraction Bitcoin, qui est constante toute l’année, la production d’hydroélectricité est sujette à la saisonnalité. En conséquence, la variabilité saisonnière de l’hydroélectricité est déjà supérieure à 30% et devrait encore augmenter en raison du changement climatique », dit-il dans le rapport.

En conséquence, la nécessité d’atténuer ces problèmes et de poursuivre l’exploitation minière se traduit par une dépendance continue au charbon non renouvelable et à l’énergie nucléaire.

L’exploitation minière en vaut-elle la peine? C’est une question d’équilibre

Il est difficile de déterminer l’étendue des dommages causés par l’extraction de crypto-monnaies à l’environnement. Cependant, cela ne signifie pas que cela ne devrait pas être une préoccupation de la communauté crypto.

Beaucoup considèrent le bitcoin comme la clé d’un avenir qui protège les droits à la liberté d’expression, à la liberté financière et à une technologie démocratisée.

Bien qu’il contribue à la consommation d’énergie, il est souvent invoqué parmi plusieurs industries qui contribuent de la même manière ou même plus.

Gerry McGovern parle des masses de données consommant actuellement de l’énergie grâce au stockage inutile dans son livre de 2020, World Wide Waste.

Donner des exemples du nombre d’arbres que nous aurions besoin de planter pour compenser les transactions de données. Selon McGovern, les statistiques montrent qu’il faudrait 1,6 milliard d’arbres pour compenser la pollution causée par le spam par courrier électronique.

En outre, 16 millions d’arbres pour compenser la pollution causée par les 1 900 milliards de recherches annuelles estimées sur Google.

L’impact environnemental n’est pas seulement une question de bitcoin, c’est une question de technologie. La façon dont nous construisons notre avenir technologique n’est pas durable et toutes les industries concernées doivent commencer à s’y attaquer.

Avertissement

Toutes les informations contenues sur notre site Web sont publiées de bonne foi et à des fins d’information générale uniquement. Toute action que le lecteur entreprend sur les informations présentes sur notre site Web est strictement à ses propres risques.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires