Communitech, OMERS et les dirigeants de Wealthsimple conviennent que le moment technologique du Canada a créé une «compétition pour l’excellence»


Avec l’explosion récente des accords de financement, des acquisitions et des introductions en bourse, la technologie canadienne traverse un moment historique. Hier, lors d’une table ronde organisée pour les partisans de BetaKit Patreon, les leaders technologiques canadiens ont discuté de ce que l’activité accrue apportera à l’écosystème.

Des dirigeants de Wealthsimple, d’OMERS Ventures et de Communitech ont abordé l’état de l’écosystème technologique canadien le jeudi 27 mai lors du premier événement BetaKit Live exclusif à Patreon, intitulé «Le moment technologique canadien». La conversation était une extension d’une récente lettre du rédacteur en chef de BetaKit Douglas Soltys sur le même sujet.

«Le défi numéro un est le talent, le défi numéro deux est le talent, le défi numéro trois est le talent.»
-Chris Albinson, PDG de Communitech

Le nouveau PDG de Communitech, Chris Albinson, a déclaré que le récent flot de financements, d’acquisitions et de sorties a conduit à «beaucoup de concurrence pour les technologies géniales» au Canada, alors que les entreprises technologiques et les investisseurs se font concurrence pour conclure des accords, et peut-être le plus urgent, acquérir et conserver les talents dont ils ont besoin pour grandir.

«Le défi numéro un est le talent, le défi numéro deux est le talent, le défi numéro trois est le talent», a déclaré Albinson.

Laura Lenz, associée chez OMERS Ventures, a accepté, qualifiant l’acquisition et la rétention des talents de «priorité numéro un» des sociétés du portefeuille de l’entreprise. En réponse à une concurrence accrue, Lenz, qui dirige les investissements canadiens d’OMERS Ventures, a déclaré que l’équipe de direction de la société avait commencé à évaluer ses prévisions de rémunération à l’échelle mondiale.

Le besoin de talents de la technologie canadienne a été exacerbé par un grand nombre d’entreprises américaines qui déménagent ou étendent leurs activités au Canada, ainsi que le passage au travail à distance provoqué par COVID-19, qui ont tous deux conduit à une concurrence accrue pour les personnes hautement qualifiées. Talent.

Mais Lenz a déclaré: «Peu importe ce que vous payez à quelqu’un s’il n’apprécie pas la culture, s’il n’a pas le sentiment de pouvoir mettre sa personnalité authentique au travail, s’il ne croit pas en l’énoncé de mission. de l’entreprise. »

CONNEXES: La technologie canadienne passe un moment. Comment le saisir au mieux?

Au lieu de cela, Lenz a fait valoir que les entreprises technologiques canadiennes peuvent gagner la lutte pour les talents en se concentrant sur la création d’une culture de la qualité. «La culture est primordiale pour tout le monde en ce moment», a déclaré Lenz.

«La mission et la culture comptent beaucoup», a convenu Albinson. «C’est probablement la chose la plus importante.»

Avec 250 millions de dollars canadiens en capital frais, Wealthsimple est parfaitement conscient de la nécessité d’attirer les talents à grande échelle. Paul Teshima, CCXO et responsable des investissements chez Wealthsimple, a noté que l’alignement entre les employés et l’entreprise sur la mission, les valeurs et la culture était un élément clé de la construction de l’entreprise. Le point de vue de Teshima est éclairé par son expérience en tant que fondateur récurrent qui a récemment rejoint Wealthsimple.

Teshima a appelé la culture, la mission, la diversité et la conclusion «au cœur» de ce que fait Wealthsimple. Le CCXO a noté que lorsqu’il s’est joint à la start-up FinTech basée à Toronto, il a rencontré en tête-à-tête toutes les personnes travaillant dans le domaine de l’expérience client chez Wealthsimple.

CONNEXES: Wealthsimple obtient 750 millions de dollars canadiens et réclame une évaluation de 5 milliards de dollars

Au cours du processus, Teshima a découvert qu ‘«ils avaient tous quelque chose dans leur passé qui les avait touchés à dire:’ Je me soucie plus de la liberté financière et de la littératie financière que d’autres choses de ma vie, et je veux rejoindre une entreprise qui aide d’autres Canadiens à réussir cette.' »

«La pièce axée sur la mission est importante non seulement pour les employés, mais aussi pour réussir», a-t-il déclaré.

Les trois panélistes ont également identifié la croissance des offres secondaires dans la technologie canadienne comme un facteur clé de la croissance du secteur. Selon Teshima, il y a eu un appétit croissant pour les accords secondaires, qui, selon lui, ne sont généralement pas bien connus, mais donnent aux fondateurs plus de sécurité financière et leur permettent de prendre de plus grands risques.

Lenz était d’accord. «Il y a dix ans, nous avions l’habitude de froncer les sourcils sur les secondaires, mais je pense que c’est un moyen vraiment intelligent de s’assurer que les fondateurs sont à l’aise et qu’ils atteignent la lune.

Albinson a ajouté le souhait de voir ces types d’accords secondaires discutés davantage, les qualifiant de «partie importante de la construction de l’entreprise».

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires

Investir dans Air Liquide

Air Liquide est un groupe français spécialisé dans la production du gaz. La fourniture de technologies est également une de ses principales activités. A travers