Comment l’innovation axée sur la confidentialité peut éliminer le gaspillage de données


Michael Ingrassia, de Truata, explique comment les entreprises peuvent utiliser les données de manière responsable sans réduire leur efficacité ou créer un gaspillage de données excessif.

On ne peut nier les avantages commerciaux de tirer parti du potentiel inexploité des données. Elle résonne dans les oreilles des dirigeants depuis que les données ont été saluées pour la première fois comme le carburant du futur.

Mais alors que les consommateurs et les régulateurs exercent une pression croissante sur les entreprises pour prouver qu’elles alimentent leur utilisation des données de manière responsable, un sas de confidentialité empêche désormais ces données de circuler efficacement, voire pas du tout, via leurs canaux commerciaux.

Combien de données gaspillez-vous réellement?

Faire face aux complexités inhérentes à la transformation basée sur les données – exploiter la bonne technologie, les bons outils et les bonnes personnes capables d’extrapoler des informations précieuses à partir des données – nécessite des investissements coûteux. Mais en outre, la crainte de ne pas être en phase avec les régulateurs ou de ternir la valeur de la marque auprès des consommateurs entraîne également des répercussions coûteuses pour les entreprises – dont certaines sont évidentes, tandis que d’autres sont plus pernicieuses.

En particulier, la nouvelle vague de paralysie de l’analyse qui entoure les organisations dans notre monde de plus en plus centré sur la confidentialité entraîne de grandes quantités de gaspillage de données, étouffant ainsi la croissance dans une économie où la capacité à tirer parti de l’analyse avancée sera un facteur de différenciation clé entre les entreprises qui luttent pour survivre par rapport à ceux qui prospèrent dans l’industrie 4.0.

De trop libéral à trop conservateur

Le gaspillage de données n’est pas un phénomène nouveau. Au départ, les volumes de données que les entreprises accumulaient n’étaient pas exploités. Pourquoi? Parce que les données étaient un nouvel atout qui nécessitait de nouvelles connaissances et de nouveaux outils.

Cependant, alors que les organisations ont commencé à comprendre comment les données pouvaient être exploitées pour améliorer l’efficacité organisationnelle et l’expérience des consommateurs, nous sommes entrés dans l’ère de la vaste exploitation des données qui, malheureusement, a également entraîné une utilisation abusive croissante des données.

Et c’est là que le pendule a commencé à se balancer. Les consommateurs sont devenus plus conscients de leur identité numérique, les «données pour le gain» sont devenues une pomme de discorde sociétale et les demandes d’intervention réglementaire ont finalement été satisfaites.

Cependant, la fissure du fouet de la conformité par une réglementation et une application améliorées, tout en introduisant effectivement une discipline indispensable aux gestionnaires de données, a également entraîné des dommages collatéraux.

Cela a conduit de nombreuses organisations à se sentir obligées de trop tourner pour traiter leurs données comme un passif potentiel plutôt que comme un atout potentiel pour stimuler la croissance.

Les progrès des données qui ont propulsé tant d’entreprises vers l’avant maintenant, ironiquement, les retiennent, mais cette fois c’est la peur de la façon d’atténuer un risque tangible, plutôt que l’ignorance quant à la façon d’exploiter un actif immatériel, qui conduit à des données de masse. déchets.

Les règles seules ne fonctionneront pas

L’analyse des données est à un point d’inflexion et les entreprises sont à la croisée des chemins car elles évaluent plusieurs facteurs concurrents, dont aucun ne peut être ignoré: la valeur commerciale, la confiance des consommateurs, la conformité réglementaire et la stratégie commerciale. L’apparente incompatibilité de ces facteurs conduit à la paralysie, où aucune décision n’est prise par crainte d’un faux pas.

Afin de briser ce blocage et de faire avancer l’innovation basée sur les données, il est nécessaire de repenser systématiquement la façon dont nous positionnons la confidentialité des données. La conversation ne peut plus se concentrer uniquement sur le respect des règles et réglementations imposées par les gouvernements.

Bien sûr, il faut satisfaire les obligations réglementaires, mais cela ne peut pas devenir l’alpha et l’oméga de l’analyse. C’est trop restrictif d’un récit. Nous devons plutôt être honnêtes et accepter le fait que les règles à elles seules n’aideront pas les entreprises à surmonter les obstacles quotidiens qui se dressent sur leur chemin immédiat.

Soutenir Silicon Republic

Pour se libérer du gaspillage de données causant la paralysie de l’analyse dans laquelle de nombreuses organisations se trouvent actuellement enfermées, elles doivent apprendre des entreprises les plus sophistiquées en matière d’analyse de données. Ces entreprises axées sur l’innovation en matière de données adoptent des technologies améliorant la confidentialité (TEP) pour résoudre leur problème à deux volets: comment obtenir la valeur dont elles ont besoin de leurs données et résoudre les problèmes de confidentialité des données en même temps.

Cette approche axée sur la technologie exige également que les gouvernements, sachant que les outils nécessaires émergent maintenant pour faciliter le changement, soutiennent un positionnement positif et stimulent les incitations sur le marché qui guident une conversation autour de pratiques de données responsables qui favorisent l’innovation, plutôt que de la limiter.

Il est temps que la technologie soit considérée comme la solution au problème plutôt que d’être mise de côté en tant que catalyseur de la crise de confiance qui existe actuellement.

Encourager l’innovation responsable avec les PET

Plutôt que de pousser sans cesse les règles du jeu réglementaires en matière de données, nous pouvons collectivement encourager l’innovation responsable grâce à l’utilisation des PET.

Le passage du récit négatif à celui de l’autonomisation aidera à déclencher un mouvement de changement qui offre aux organisations un moyen de sortir de la prison de la vie privée dans laquelle elles se sont enfermées involontairement. Cela offre une approche pratique pour déverrouiller les données et prend en charge une solution qui nous permettra à la fois de surmonter la crise de confiance et d’alimenter l’économie de confiance.

En adoptant des technologies améliorant la confidentialité qui peuvent mesurer et atténuer le risque de confidentialité, les entreprises peuvent effectuer en toute confiance des analyses de leurs données sans avoir à se soucier des réactions des consommateurs ou de la réglementation.

De plus, étant donné que les PET sont intentionnellement conçus pour libérer de la valeur et protéger la vie privée, ils offrent aux entreprises à la fois une couverture de sécurité et une porte vers de nouvelles opportunités. Et comme les PET sont de plus en plus sophistiqués et adaptés à différents cas d’utilisation, ils permettent aux entreprises de comprendre le retour sur investissement de l’adoption précoce d’une stratégie commerciale centrée sur la confidentialité.

L’innovation sans autorisation peut encore exister

Le succès de l’économie technologique moderne a été alimenté par le principe de l’innovation sans permission, qui affirme que l’innovation prospère dans un espace sans loi – le cyberespace – où il n’y a pas de contraintes réglementaires.

Mais l’idée que l’innovation et la responsabilité des données sont mutuellement exclusives est un canard, car les PET démontrent de plus en plus et de manière convaincante que l’innovation légale n’a pas besoin d’être chahutée comme oxymoronique.

Aujourd’hui, le déséquilibre de pouvoir qui favorisait autrefois les entreprises penche vers les consommateurs, ce qui signifie que l’ère du «mouvement rapide et casser les choses» de Zuckerburg est révolue – surtout si ce qui est brisé est la confiance des consommateurs. Les entreprises qui recherchent un succès lucratif et à long terme fondé sur la fidélité doivent évoluer dans un esprit de confidentialité.

Maintenant que nous avons atteint une ère où nous comprenons comment la technologie peut avoir un impact sur les gens, nous pouvons nous adapter, comme les humains l’ont toujours fait, à de nouvelles façons de penser et de travailler. En plaçant les personnes au cœur de la stratégie et en exploitant une technologie qui protège leur vie privée, les entreprises peuvent continuer à stimuler l’innovation sans compromettre la confiance des consommateurs – et c’est une philosophie d’entreprise «durable à long terme».

En fin de compte, exploiter la puissance des PET aidera non seulement les entreprises à soulager les pressions réglementaires et des consommateurs qui limitent leur flux de données, mais cela garantira également que le plein potentiel de leurs données pourra être exploité de manière responsable pour alimenter la stratégie de croissance de demain. .

Par Michael Ingrassia

Michael Ingrassia est président et avocat général de la société d’anonymisation et d’analyse des données basée à Dublin, Truata.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires

Shipping Revolution Avis

Le dropshipping est un domaine qui prend de plus en plus d’ampleur. Ce dernier requiert des connaissances et des stratégies pour se développer. L’une des