Comment la technologie canadienne s’attaque au problème mondial de l’insécurité alimentaire


Partout au Canada, plus de quatre millions de personnes affirment que l’accès régulier à des aliments sains et abordables est un défi. Dans une récente interview pour la série de balados #CIBCInnovationEconomy, le Dr Sylvain Charlebois et le Dr Michael Gilbert ont parlé de l’insécurité alimentaire et de la façon dont la technologie relève le défi sur plusieurs fronts.

Le Dr Charlebois, professeur à l’Université Dalhousie et directeur du laboratoire d’analyse agroalimentaire de l’université, a déclaré que la chaîne d’approvisionnement alimentaire mondiale est sur des bases faibles. Et chaque fois que des problèmes mondiaux surviennent – qu’il s’agisse de guerres, de pandémies ou d’instabilité générale – le Dr Charlebois a déclaré que le cri de ralliement commun était de nationaliser les chaînes d’approvisionnement alimentaire. À première vue, cela semble être la bonne chose à faire: si vous cultivez tous vos aliments dans le pays, vous n’avez pas à vous soucier des perturbations mondiales.

Bien que le Dr Charlebois affirme que la nationalisation de la chaîne d’approvisionnement alimentaire du Canada pourrait contribuer à l’instabilité alimentaire, les taxes sur le carbone pourraient être un inhibiteur potentiel. Il a expliqué que de nombreux agriculteurs n’ont actuellement d’autre choix que d’utiliser des combustibles fossiles (par exemple, l’un des seuls moyens efficaces de sécher le blé est le chauffage au propane), ce qui signifie qu’une taxe sur le carbone, bien que bonne pour l’environnement, pourrait être préjudiciable aux agriculteurs. et faire grimper les prix de la nourriture.

«Dans l’agroalimentaire, il faut être patient.»

«Si vous imposez une taxe sur le carbone à nos agriculteurs, ils deviennent moins compétitifs», a déclaré le Dr Charlebois.

Pour la plupart des entrepreneurs, ces problèmes peuvent être résolus grâce à l’innovation. Cependant, le Dr Charlebois a dit qu’il y a une autre force qui travaille contre l’agri-innovation: le temps.

«Dans l’agroalimentaire, il faut être patient», a déclaré le Dr Charlebois. L’agriculture est une activité à volume élevé et à faible marge, ce que «les capital-risqueurs n’aiment pas du tout entendre».

Cependant, il y a de la lumière au bout du tunnel. Avec des conversations renouvelées sur la stabilité alimentaire en raison de la pandémie de COVID-19, le Dr Charlebois a déclaré que des entreprises comme Labatt commencent à se rapprocher de la côte et à relocaliser leurs exploitations agricoles, ce qui «apporte de l’espoir aux entrepreneurs et aux investisseurs».

Le Dr Gilbert est l’un de ces entrepreneurs pleins d’espoir. Il est le PDG et fondateur de Semios, une société AgTech qui soutient les agriculteurs dans leur transition de l’utilisation des pesticides. À l’heure actuelle, les pesticides sont l’un des moyens les plus courants de tuer les insectes et de préserver l’intégrité des approvisionnements alimentaires existants. Cependant, les pesticides ne sont pas seulement mauvais pour l’environnement, ils peuvent aussi empoisonner les cultures qu’ils sont censés protéger. En conséquence, la nouvelle législation environnementale dans le monde appelle à une réduction de l’utilisation des pesticides, y compris une réduction obligatoire de 50 pour cent pour les agriculteurs de l’Union européenne.

Semios soutient la réduction des pesticides d’une manière nouvelle: en utilisant des phéromones pour inciter les insectes à ne plus s’accoupler.

Le Dr Gilbert a expliqué que la plupart des dommages causés par les insectes et les ravageurs aux cultures se produisent pendant la phase d’accouplement, car ce sont principalement les jeunes insectes qui ravagent les cultures. La logique veut que si vous pouvez empêcher les insectes de s’accoupler dans votre champ, vous pouvez préserver les cultures sans pesticides. Les phéromones utilisées étant des substances naturelles qui n’affectent que les insectes, il n’y a pas non plus de risque de poison ou de dommages environnementaux pour les cultures.

Le problème avec l’approche phéromone est un problème de spécificité: il faut pulvériser précisément aux bons moments (juste avant une frénésie d’accouplement) et il faut pulvériser la bonne quantité pour être efficace. Semios relève ce défi avec des capteurs IoT dans les champs des agriculteurs.

Les capteurs analysent les données indirectes du moment où l’accouplement pourrait commencer: température, eau dans les champs, humidité et autres facteurs susceptibles d’encourager une large bande d’insectes à s’installer et à s’accoupler dans un champ. À partir de là, il peut programmer automatiquement une pulvérisation de phéromones au bon moment, au bon volume en fonction de l’essaim prévu, pour arrêter les insectes sans nuire au sol ou aux cultures.

Lorsqu’on lui a demandé si les agriculteurs veulent réellement des produits de haute technologie dans leurs fermes, M. Gilbert a mis fin à toute rumeur ou hypothèse selon laquelle les agriculteurs n’aiment pas ou ne comprennent pas la technologie.

«Nous constatons que les agriculteurs croient énormément à la science», a déclaré le Dr Gilbert. «Ils pensent que la science peut résoudre de nombreux problèmes dans un système complexe comme une ferme. Et la technologie permet la science. »


Abonnez-vous au podcast #CIBCInnovationEconomy.


Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires