Cinq promoteurs de BitConnect poursuivis pour marketing et vente de titres non enregistrés



La Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis a intenté une action en justice contre cinq personnes faisant la promotion du défunt échange de crypto-monnaie BitConnect.

Les rapports indiquent que le régulateur fédéral a intenté une action sur les allégations selon lesquelles les défendeurs ont aidé à commercialiser et à vendre des titres sans les enregistrer auprès de la SEC. Leurs activités promotionnelles ont permis de recueillir plus de 2 milliards de dollars auprès d’investisseurs de détail.

Plus précisément, la SEC allègue que les promoteurs ont annoncé le «programme de prêt» de BitConnect entre janvier 2017 et janvier 2018 en publiant une série de témoignages sur YouTube. À l’occasion, ils ont posté les vidéos de témoignages plusieurs fois par jour. Les promoteurs recevaient par la suite une commission pour les liquidités des investisseurs qu’ils pouvaient attirer. Les rapports indiquent que l’un des accusés a gagné plus de 2,6 millions de dollars.

La seconde a partagé un préssortie de s sur leur compte Twitter le 28 mai. Le communiqué énumère leurs allégations en détail, ainsi que les noms des accusés.

Lara Shalov Mehraban, directrice régionale associée du bureau régional de New York de la SEC, a déclaré:

«Nous alléguons que ces défendeurs ont vendu illégalement des titres d’actifs numériques non enregistrés en promouvant activement le programme de prêt BitConnect auprès des investisseurs de détail. Nous chercherons à responsabiliser ceux qui profitent illégalement en capitalisant sur l’intérêt du public pour les actifs numériques. »

La SEC a accusé quatre des personnes d’avoir enfreint les dispositions d’enregistrement des lois fédérales sur les valeurs mobilières. Pendant ce temps, la plainte de la Commission a accusé le cinquième homme d’avoir aidé et encouragé l’offre non enregistrée de BitConnect et la vente de titres.

BitConnect a cessé de fonctionner comme un échange en 2018 au milieu d’allégations de fraude.

Les autres cas cryptographiques de la SEC

La Commission reste également enfermée dans un bras de fer juridique en cours avec Ripple Labs. Ils ont allégué que le PDG de la société Brad Garlinghouse et le cofondateur Christian Larsen avaient mené une offre de titres illégale.

Le 21 mai, des rapports ont déclaré que la SEC avait obtenu le droit d’accéder à d’autres informations de découverte des régulateurs étrangers de Ripple. C’était le résultat d’un problème qui a commencé en avril, lorsque Ripple a soumis une lettre au juge Sarah Netburn, lui demandant d’empêcher la SEC d’essayer d’acquérir ces informations. La lettre affirmait que la SEC contactait ses régulateurs étrangers comme tactique d’intimidation.

Cependant, le juge Netburn a finalement tranché en faveur de la SEC. Elle a déclaré qu’il n’y avait aucune preuve suggérant «que la SEC a émis ses demandes de mauvaise foi».

Des développements plus récents dans SEC vs. Ripple concernent la demande des défendeurs de sceller les pièces à conviction. Le 28 mai, l’ancien procureur fédéral James K. Filan tweeté que la SEC avait déposé une opposition à cette demande. M. Filan, qui a régulièrement commenté le procès sur Twitter, a déclaré que la SEC avait noté le grand intérêt du public dans l’affaire. Il a également évoqué le nombre de participants aux conférences téléphoniques de découverte les 6 et 30 avril.

M. Filan a suivi avec un autre tweet peu de temps après, concernant l’opposition de Ripple à la motion de la SEC pour une autre conférence de découverte.

« La SEC vient également de déposer une réponse à l’opposition de Ripple à la motion de la SEC pour une conférence préalable », lit-on dans le tweet. «Comme la requête initiale de la SEC, la réponse a été déposée sous scellés, nous ne saurons donc pas de quoi il s’agit tant que la question du scellement n’aura pas été tranchée.»

Avertissement

Toutes les informations contenues sur notre site Web sont publiées de bonne foi et à des fins d’information générale uniquement. Toute action que le lecteur entreprend sur les informations présentes sur notre site Web est strictement à ses propres risques.



Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires