Chers fondateurs canadiens, votre temps est venu!


Il y a une piste de discussion fatiguée dans l’écosystème canadien des startups qui montre que notre système ici est cassé. Que vous, en tant que fondateurs, n’êtes pas assez ambitieux, que nous, en tant que VC ne sommes pas assez rapides, que notre gouvernement est trop impliqué … et que dans l’ensemble, notre incapacité à générer l’échelle des succès que fait la Silicon Valley est entièrement le résultat de mauvaises décisions que nous continuons à prendre.

Le monde vous remarque et des étrangers viennent au Canada pour financer vos idées.

J’aime considérer l’écosystème canadien comme une analogie avec un enfant qui grandit. Nous avons atteint le début de la vingtaine et nous avons suivi notre propre chemin pour y arriver. Nous sommes à travers les années difficiles de l’adolescence, nous commençons à nous sentir un peu plus confiants quant à ce que nous avons à offrir au monde, mais nous sommes encore tôt dans le voyage de la vie avec tant de potentiel.

Récemment, j’ai eu la chance de rencontrer deux personnes que j’admire depuis longtemps et que je considère comme des experts de l’écosystème technologique canadien. Mark MacLeod, actuel entraîneur, conseiller et investisseur, et Peter Carrescia, partenaire de capital-risque chez Information Venture Partners, se sont assis des deux côtés de la table. Ils sont tous deux des investisseurs et des opérateurs de longue date.

Ma principale conclusion de la conversation est qu’en tant que groupe, nos perspectives pour l’écosystème technologique canadien sont à un niveau record, et nous convenons tous que nous avons encore du travail à faire. Je lis le chat social comme vous tous et j’ai l’impression que nous critiquons trop vite le marché canadien.

Je voulais équilibrer ce récit et que vous entendiez des voix qui croient en vous, reconnaissent les progrès incroyables que vous faites et partagent des informations (espérons-le utiles!) Du point de vue d’un investisseur. Voici les notes de ma conversation avec Mark et Peter.

Nous sommes un écosystème en transition et assistons à la naissance d’un véritable écosystème d’anges

L’écosystème technologique canadien est unique. Nous avons notre propre mélange d’investisseurs, de fondateurs et d’initiatives gouvernementales. Nous sommes encore en train de mûrir.

Et nous semblons atteindre un point de basculement. Des milliers de nouveaux opérateurs de technologie ont été créés au Canada au cours des dernières années grâce au travail acharné des entrepreneurs, des investisseurs et, oui, du gouvernement. Ces nouveaux investisseurs potentiels créent un environnement très différent de celui qui existait il y a cinq à sept ans, où la majorité des investisseurs providentiels avaient des références commerciales extrêmement impressionnantes, mais aucune expérience technologique réelle (est-ce que quelqu’un se souvient de l’exploitation minière!).

Notre communauté d’investisseurs providentiels est sur le point de recevoir une secousse de Red Bull comme nous n’avons jamais connu. Ces personnes investiront et créeront leur propre entreprise. Peut-être que vous faites partie de ces personnes. Ils obtiennent de la technologie. Vous obtenez de la technologie. C’est tout ce que vous avez connu.

Il y a quelques semaines à peine, un groupe de femmes cadres de Shopify a annoncé Backbone Angels, un groupe d’investisseurs providentiels axés sur le soutien aux fondatrices et fondatrices non binaires en début de carrière, avec un accent sur les Noirs, les Autochtones et les femmes de couleur. entreprises. Il s’agit d’un développement extraordinaire et nous prévoyons que nous en verrons beaucoup plus.

Il y a eu de très nombreuses années où nous avons vu le même petit groupe de noms d’investisseurs providentiels apparaître sur les tables de plafonnement. C’est sur le point de changer.

Nous avons maintenant une nation de fondateurs et de capital-risqueurs de classe mondiale à la recherche d’offres

En 2000, il aurait été très inhabituel de voir un VC américain investir dans une entreprise canadienne. Aujourd’hui, dans l’ensemble, jusqu’aux actions de croissance, il y a probablement plus d’investisseurs américains au Canada que d’investisseurs canadiens.

En tant que fondateurs canadiens aujourd’hui, vous optez pour des balançoires beaucoup plus importantes que celles des fondateurs. Le monde vous remarque et des étrangers viennent au Canada pour financer vos idées. Les sociétés de capital-risque canadiennes ont longtemps été critiquées pour leur réticence au risque. La bonne nouvelle est que nous accélérons et progressons sur la courbe de risque. Peut-être lentement… mais croyez-moi, nous bougeons. Une recherche rapide dans Pitchbook montre qu’en 2016, 1,49 milliard de dollars ont été investis par des sociétés de capital-risque canadiennes dans des entreprises canadiennes, contre 2,66 milliards de dollars en 2020.

Si jamais le Canada a eu un moment pour mettre son empreinte sur la scène mondiale, c’est maintenant.

Les investisseurs canadiens subissent également des fluctuations plus importantes qu’auparavant et prennent conscience du fait que toutes les entreprises dans lesquelles nous investissons ne peuvent pas réussir. Cette compétition fait de nous tous de meilleurs investisseurs, et les fondateurs canadiens sont les bénéficiaires de cette dynamique. C’est juste la nature de l’entreprise.

Une chose que nous n’avons pas encore, c’est l’ampleur des investisseurs de démarrage dans ce pays pour saisir les opportunités créées par les fondateurs avec le soutien d’investisseurs providentiels. Nous avons d’excellents bailleurs de fonds de démarrage comme Version One, Two Small Fish, Golden et quelques nouveaux venus comme Panache, Diagram, Mantella et Ripple pour n’en nommer que quelques-uns.

La bonne nouvelle est que selon l’Association canadienne du capital-risque, 2020 a vu la taille moyenne de transaction la plus élevée jamais enregistrée pour les investissements en phase d’amorçage à 2 millions de dollars, ce qui représente une augmentation de 41% par rapport aux niveaux de 2019 et plus que le double de la taille moyenne des transactions d’il y a cinq ans. . Il y a aussi des fonds d’amorçage américains au nord de la frontière, mais les avantages de prendre de l’argent local au début sont réels et ne doivent pas être ignorés. Nous avons besoin de plus!

Nous devons changer le discours au Canada

Il y a un élan incroyable au Canada en ce moment. La valeur des sorties canadiennes est à un niveau record. Neuf des 25 principales sorties technologiques canadiennes financées par le capital-risque au cours des deux dernières décennies ont eu lieu depuis janvier 2020. Et Toronto fait partie des cinq principaux marchés de talents en Amérique du Nord l’année dernière, aux côtés de la région de la baie, de Seattle et de New York.

L’impact durable du COVID sur l’écosystème mondial du capital-risque ne peut pas non plus être surestimé. L’histoire selon laquelle la probabilité de succès de l’entreprise augmente avec la réinstallation dans la région de la baie n’est plus aussi évidente. Associé à l’apprentissage des VC pour identifier, faire preuve de diligence raisonnable et investir dans des entreprises entièrement à distance a créé une opportunité unique pour les entrepreneurs au Canada.

La combinaison du nombre croissant et de la sophistication des investisseurs, de la confiance et du savoir-faire des fondateurs, et des changements structurels que COVID a accélérés signifie que tout est là pour jouer. Si jamais le Canada a eu un moment pour mettre son empreinte sur la scène mondiale, c’est maintenant.

Nous devons profiter de cet élan. N’ayons pas peur de poursuivre de manière agressive la création d’entreprises mondiales de premier plan. Soutenir la création d’emplois et l’innovation sera toujours bénéfique lorsque les bonnes entreprises deviennent de grandes entreprises sur la scène mondiale.

Aujourd’hui, vous vous tenez sur les épaules de géants. Nous pouvons tous tirer parti des récents succès de l’écosystème canadien, y compris des entreprises comme Shopify, Lightspeed, Wattpad, Verafin et Wave.

Pour notre part, notre équipe d’investisseurs axée sur le Canada n’a cessé de se renforcer. Nous restons concentrés sur les entreprises technologiques en phase de démarrage (série AC). Et ils sont jumelés à une équipe d’experts fonctionnels en talent, en communication et en croissance que je confronterais à certains des meilleurs au monde dans leurs domaines. Nous, et tous nos collègues VC canadiens, sommes là pour vous. Nous vous débrouillons.

Il n’y a jamais eu de moment aussi excitant pour être Canadien. Faisons cela!

Cordialement,
Damien

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires