Chainalysis lance 2 outils gratuits pour détecter les portefeuilles sanctionnés dans l’industrie de la crypto-monnaie.

La société d’analyse de données blockchains, Chainalysis, a annoncé le déploiement accéléré de deux principaux outils de filtrage des sanctions qui seront mis gratuitement à la disposition de l’industrie de la crypto-monnaie.

Le lancement de 2 outils gratuits de filtrage des sanctions

Alors que les pays du monde entier continuent d’utiliser des sanctions économiques en réponse à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, les groupes Web3 décentralisés tels que les DEX, les plateformes DeFi, les DAO et les développeurs DApp recherchent des outils légers pour les aider, eux et leurs clients, à se conformer aux politiques de sanctions. Cela pour permettre aux utilisateurs de vérifier facilement qu’ils n’interagissent pas avec des portefeuilles de crypto-monnaie associés à des entités sanctionnées.

Selon le rapport publié le jeudi 10 mars par Chainalysis, l’outil de filtrage comprend 2 composants principaux du nouveau logiciel de suivi. Ils aideront les échanges à passer au crible les portefeuilles et les transactions pour les activités qui semblent contourner les sanctions économiques.

Le premier outil prêt à l’emploi est un oracle en chaîne.

Les oracles en chaîne sont des contrats intelligents plus spécialisés pour les projets de financement décentralisé (DeFi). Il vérifie que l’adresse du portefeuille de crypto-monnaie a été incluse dans la désignation des sanctions. Cela signifie que tous les portefeuilles inclus sur les listes de sanctions économiques fournies par les États-Unis, l’UE et l’ONU seront automatiquement disponibles pour toute personne exécutant un oracle.

Bonus : La capitalisation boursière des cryptos adossées à l’or a atteint un niveau record d’1 milliard de dollars.

Le deuxième outil est une interface de programmation d’application (API).

L’API dont la sortie est prévue le mois prochain, utilise exactement les mêmes données que l’oracle en chaîne pour vérifier que le portefeuille est inclus dans la liste des sanctions. Cependant, il est conçu pour un plus large éventail d’applications, y compris les échanges cryptographiques centralisés et les interfaces utilisateur mobiles.

Michael Gronager, co-fondateur et PDG de Chainalysis, a déclaré dans le communiqué « qu’il est temps pour l’industrie de démontrer que la transparence inhérente à la blockchain fait des crypto-monnaies un puissant moyen de dissuasion contre le contournement des sanctions. »

Bien qu’on craint de plus en plus que des entités sanctionnées se tournent vers les crypto-monnaies pour contourner les restrictions. Gronager a ainsi ajouté que Chainalysis a accéléré le développement de son outil de dépistage. Chainalysis le mettra alors gratuitement à la disposition de tous les acteurs de l’industrie de la cryptographie. En bref, Oracle et l’API Chainalysis fourniront à toute entreprise, protocole ou organisation de crypto-monnaie un moyen simple de vérifier rapidement si une adresse figure sur une liste de sanctions avant de lui permettre de se connecter à son service.

A découvrir : Bain Capital a lancé un fonds de 560 millions de dollars dédié à l’investissement dans des sociétés de cryptographie.

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles Similaires

Iran cbdc

L’Iran a lancé un projet pilote pour sa CBDC.

La Banque centrale d’Iran a commencé à piloter l’utilisation de son CBDC « crypto rial », cette semaine, selon une annonce de la Chambre de commerce iranienne. Par ailleurs, la décision de