Cette start-up de crypto vient de lever 10 millions de dollars dans une OIC, en 2020



Juste au moment où nous pensions que la ruée vers l’or d’ICO était terminée, une start-up de crypto basée dans la Silicon Valley prouve qu’elle peut encore être réalisée – en quelque sorte.

cLabs, la société à l’origine de la chaîne de magasins Celo, a annoncé aujourd’hui qu’elle avait levé 10 millions de dollars grâce à une vente de jetons de type ICO sur le site Internet de la CoinList plate-forme d’enchères. La start-up de crypto, ainsi que la fondation à but non lucratif Celo, ont vendu 10 millions de pièces stables Celo Gold (cGLD) pour 1 $ chacune à environ 509 investisseurs.

Selon une déclaration du Celo, les investisseurs étaient répartis dans plus de 130 pays. Mais les États-Unis n’en faisaient pas partie.

CoinList, une spin-off d’AngelList, est une plateforme de vente de jetons qui se veut conforme à la réglementation. Pour la vente de jetons de Celo, les résidents américains n’ont pas pu y participer (probablement en raison des lois sur les valeurs mobilières et de cette fâcheuse SEC), tout comme ceux basés dans un certain nombre d’autres juridictions restreintes. Et ceux qui ont participé ont dû se soumettre au KYC et à des contrôles anti-blanchiment, selon la FAQ de la vente.

Auparavant, Celo avait a été soulevé à peu près 25 millions de dollars de financement de sociétés de capital-risque telles que Polychain Capital et la branche crypto d’Andreessen Horowitz, a16z.

Le projet se positionne comme un concurrent de la Balance de Facebook, qui vise également à « bancariser les non bancarisés ». La semaine dernière, Celo a ajouté 20 nouveaux membres à son Alliance pour la prospérité, qui compte plus de 70 membres (dont certains appartiennent également à l’Association de la Balance).

Celo se prépare actuellement à lancer plusieurs nouveaux services financiers adaptés aux téléphones portables, tels que la possibilité envoyer des fonds cryptés à des numéros de téléphoneLes projets de l’Union européenne ont pour but de réduire les coûts et d’améliorer la qualité de vie des citoyens, plutôt que d’utiliser des adresses longues et compliquées, entre autres.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Articles Similaires