Borrowell licencie 20 % de son personnel, citant les institutions financières qui « se retirent » dans le cadre de COVID-19

0
95


La jeune entreprise FinTech Borrowell, basée à Toronto, a licencié environ 20 % de son personnel, alors que les effets de la pandémie COVID-19 continuent de se faire sentir dans le secteur technologique canadien.

Borrowell a licencié 15 employés de son équipe de 75 personnes, ce qui représente un licenciement de 20 % dans tous les départements de l’entreprise. La start-up FinTech a confirmé les licenciements à BetaKit, le co-fondateur et PDG Andrew Graham citant COVID-19 comme catalyseur de la décision.

« Les critères de qualification [for the wage subsidy] doivent être changés, et il n’y a pas de temps à perdre ».

Borrowell offre une variété de services financiers aux particuliers, allant de la surveillance du crédit et des cartes, aux prêts personnels, aux hypothèques, aux investissements, aux assurances et aux services bancaires. À l’heure où les particuliers et les entreprises du Canada sont confrontés à des difficultés financières, même les sociétés comme Borrowell ne semblent pas à l’abri des répercussions économiques de la pandémie.

« Les retombées économiques de la pandémie de coronavirus touchent tous les secteurs de l’économie, y compris les services financiers », a déclaré M. Graham à BetaKit. « Alors que l’inquiétude des consommateurs à propos des finances est montée en flèche, de nombreuses institutions financières se retirent de la souscription de nouvelles affaires, ce qui a un impact sur nous ».

En tant qu’entreprise de référencement et de mise en relation d’individus avec des institutions financières, le fait que ces institutions soient moins ouvertes à de nouveaux clients a eu un impact direct sur Borrowell.

Le PDG a noté que la « décision difficile » de réduire ses effectifs était une démarche visant à « s’assurer que [Borrowell] peut prospérer en tant qu’entreprise sur le long terme ».

RELATIVES : Les entreprises technologiques de Waterloo se joignent aux demandes de modification des subventions salariales dans une lettre adressée au gouvernement fédéral

Bien que le gouvernement fédéral ait pris des mesures pour aider à soutenir financièrement les particuliers et les entreprises pendant cette période, une enquête menée par Borrowell il y a quelques semaines a révélé que trois Canadiens sur quatre ont déclaré avoir subi un stress financier en raison de la COVID-19. Avec des finances serrées, beaucoup de personnes interrogées ont cité comme principale préoccupation le fait de pouvoir se permettre des produits de première nécessité tels que la nourriture et le loyer.

M. Graham s’est exprimé en ligne sur les mesures prises par le gouvernement pour soutenir spécifiquement les entreprises. Le PDG a d’abord demandé au gouvernement d’introduire un programme de subventions salariales et a applaudi l’annonce de l’extension de la subvention à 75 %.

Toutefois, M. Graham s’est joint à d’autres organisations technologiques et à des PDG pour déplorer que le programme, dans sa forme actuelle, n’englobe pas le secteur de l’innovation. Il a fait remarquer que Borrowell pourrait ne pas remplir les conditions requises pour bénéficier des subventions.

« Le programme de subventions salariales du gouvernement est très important pour aider les petites entreprises, mais tel qu’il est actuellement formulé, il ne semble pas conçu pour des entreprises comme Borrowell qui ont connu une croissance rapide », a-t-il déclaré à BetaKit. « Les critères de qualification doivent être modifiés, et il n’y a pas de temps à perdre ».

Graham est l’un des centaines de PDG qui font partie du Conseil canadien des innovateurs (CCI). Le groupe de pression a également demandé au gouvernement fédéral d’étendre les critères du programme de subventions au-delà de la diminution des revenus, ce que de nombreuses entreprises innovantes n’utilisent pas pour calculer la diminution de l’activité commerciale.

Une enquête récente de la CCI, menée après l’annonce des détails du programme la semaine dernière, a révélé que 40 % des PDG de sociétés technologiques canadiennes ont déjà licencié des employés, et 82 % prévoient de le faire dans les semaines à venir.

RELATIVES : Le gouvernement prépare une loi sur les subventions salariales avant de rappeler le Parlement, selon M. Trudeau

Fondée en 2014, Borrowell offre un suivi gratuit des scores et des rapports de crédit, des outils automatisés de coaching de crédit et des recommandations de produits financiers basées sur l’IA. En 2019, la startup a dépassé le million d’utilisateurs, clôturant à peu près au même moment une série B de 20 millions de dollars co-dirigée par White Star Capital et Portag3 Ventures.

En décembre, Borrowell s’est aventurée dans une nouvelle catégorie d’entreprises, en lançant une suite d’outils numériques pour aider les consommateurs à suivre, gérer et payer leurs factures à temps. À l’époque, M. Graham a fait remarquer que l’idée était d’aider les particuliers à soulager leur stress financier en veillant à ce que les factures soient payées à temps.

Borrowell rejoint une liste croissante d’entreprises technologiques canadiennes qui, comme beaucoup d’autres entreprises du pays, prennent des décisions concernant la réduction de leurs effectifs à mesure que les impacts financiers et économiques de COVID-19 s’accroissent. Parmi les entreprises qui ont été touchées, citons Ritual, Mogo, Ecobee, Rangle, Hopper, Opencare, entre autres.

Image reproduite avec l’aimable autorisation de Borrowell



tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here