Blockchains LLC rêve d’une ville intelligente frappe le ralentisseur



Les villes intelligentes peuvent être considérées par certains comme les systèmes de gouvernance et de gestion de la ville du futur. Mais dans le nord du Nevada, les commissaires se sont opposés à l’idée d’une «zone d’innovation» semi-autonome.

Les commissaires du comté de Storey, dans le Nevada, ont voté contre la proposition de ville intelligente de Blockchains LLC avec le soutien du gouverneur démocrate Steve Sisolak. Cette proposition demande au gouvernement d’autoriser Blockchains à construire sa ville sur les 67 000 acres de terrain qu’elle possède dans le comté.

En plus des commissaires de comté, un district hydrographique du comté de Storey a également voté contre la législation.

Ces deux refus sont un ralentisseur pour l’entreprise, qui se targue «d’innover à une vitesse illimitée». L’entreprise estime que la ville prendra 10 à 15 ans pour se construire, mais ce n’est qu’une fois approuvé par le gouvernement et donné le feu vert. Il espère percer en 2022.

Une grande partie de l’opposition à l’idée de cette «zone d’innovation» est la nature semi-autonome de sa gouvernance proposée. Les commissaires de comté désapprouvent le concept d’une zone autonome, distincte des règles et règlements du comté.

La vision de la ville intelligente de Blockchain LLC

Le fondateur de Blockchains LLC, Jeffery Berns, considère le Nevada comme un État accueillant pour l’innovation blockchain après avoir voté pour reconnaître la technologie blockchain. Il considérait cela comme une indication qu’il serait ouvert à son projet de construire une ville intelligente.

En 2018, il a acheté le terrain sur lequel il espère construire un mini-État de haute technologie basé sur l’innovation technologique, en particulier en ce qui concerne les blockchains.

L’entreprise explique la vision de Berns sur son site Web en tant que ville au-delà de ce qui est actuellement «intelligent». Plutôt que d’avoir simplement des capteurs, des assistants intelligents et des technologies similaires, cette ville intelligente vise à tout construire à partir de zéro.

«Les résidents, les entreprises, les organes directeurs et les services publics au sein de la communauté auront besoin d’une fondation fondée sur la confidentialité et les contrôles d’accès sécurisés, ainsi que sur la connectivité générale, la transparence et l’efficacité», explique la société.

Comme le soulève le rejet de la proposition par les commissaires, la zone d’innovation vise à n’utiliser les ressources et la gouvernance du comté que jusqu’à ce qu’elle se considère prête. À ce moment, le conseil peut voter pour assumer ces responsabilités.

Succès de la ville intelligente

Il n’y a pas encore de ville intelligente entièrement construite à partir de zéro, comme Berns entend le faire. Jusqu’à présent, la plupart des endroits considérés comme des villes intelligentes ou sur leur chemin sont de grandes villes mondiales populaires qui font ce que Berne ne veut pas, en s’appuyant sur les infrastructures déjà en place.

La ville la plus connue pour cela est Singapour. La cité-État a été incroyablement publique sur sa vision de se transformer en une ville intelligente avec son programme Smart Nation. Ce programme entend transformer Singapour en une cité-état propulsée par l’innovation numérique, du gouvernement aux citoyens.

L’une de ces innovations est le tableau de bord «Virtual Singapore». Il s’agit d’un modèle 3D dynamique, et le gouvernement se fait le champion d’une plate-forme de données collaborative en tant que solution intégrée à la vie urbaine. La plateforme collecterait des données pour aider le gouvernement à prendre des décisions concernant la gestion des ressources, la planification urbaine, la recherche et le développement.

À un niveau plus pratique et réalisable, des villes comme Barcelone et New York ont ​​appliqué les principes de la ville intelligente pour les améliorations environnementales, en particulier les lampadaires intelligents. Ces lampes à capteur LED permettent aux villes d’économiser de l’argent sur leur facture énergétique et devraient pouvoir avoir plus de cas d’utilisation à l’avenir au fur et à mesure que la technologie progressera.

Le côté obscur des villes intelligentes

Singapour semble intégrer ses initiatives de villes intelligentes avec le soutien et les investissements publics. Ce n’est pas le cas de tous les pays qui lancent des programmes de technologie intelligente. Cela a soulevé des questions sur les protections pour les citoyens et la relation entre la technologie et l’autorité.

Le rêve de Berne d’avoir tout le monde, du gouvernement aux citoyens privés, sur un registre public numérique traçable répond aux préoccupations liées à la surveillance et au contrôle.

Si la construction d’une telle ville améliorera la sûreté et la sécurité grâce aux protections, à la surveillance et à l’analyse accrues qu’un tel système intégré crée, elle soulève également des préoccupations concernant la surveillance pour le contrôle.

Déjà dans les pays autoritaires, les gouvernements utilisent des technologies intelligentes comme l’intelligence artificielle pour contrôler leurs citoyens. La Chine utilise un logiciel de reconnaissance faciale pour capturer les criminels. Par exemple, ceux qui sont recherchés par la police et même les jaywalkers honteux et ceux qui ont des amendes impayées sur des panneaux d’affichage publics massifs.

Bien que ce soit dans le contexte des gouvernements nationaux, une grande partie de l’inquiétude autour de ces propositions semi-autonomes est qu’elles pourraient glisser dans un régime autoritaire basé sur la technologie puisqu’elles se gouvernent elles-mêmes.

Le calendrier pour les villes intelligentes est encore loin, avec des projections pour la plupart plus petites devenues vertes par les gouvernements locaux. Des idées plus controversées telles que la construction de villes autonomes à partir de zéro sans contrôle gouvernemental prendront probablement encore plus de temps.

Avertissement

Toutes les informations contenues sur notre site Web sont publiées de bonne foi et à des fins d’information générale uniquement. Toute action que le lecteur entreprend sur les informations présentes sur notre site Web est strictement à ses propres risques.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires

Google lance Search Console Insights

Google introduit une nouvelle expérience appelée Search Console Insights, conçue pour aider les propriétaires de sites à mieux comprendre leur public. Cette expérience combine les