BioNTech va étendre la production de vaccins en Afrique


La société de biotechnologie a déclaré que l’établissement de capacités de fabrication en Afrique prendrait probablement environ quatre ans.

BioNTech, la société de biotechnologie qui s’est associée à Pfizer pour livrer son vaccin à ARNm contre le Covid-19, a annoncé son intention d’établir des installations de production en Afrique.

Selon le Financial Times, le cofondateur et directeur général de la société allemande, Ugur Sahin, a déclaré qu’il n’y avait aucune raison pour que la production de vaccins en Afrique ne soit pas possible d’un point de vue technologique. « Et parce qu’il n’y a plus de raison, nous devons rendre cela possible. »

Cette décision s’inscrit dans le cadre d’une action plus large de l’UE pour lutter contre les maladies au-delà de Covid-19, car elle cherche à augmenter la capacité de fabrication sur le continent. Le mois dernier, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s’est engagée à investir 1 milliard d’euros pour construire des centres de fabrication de vaccins en Afrique.

Les plans de BioNTech ont été décrits dans un appel entre Sahin et von der Leyen avant le sommet du G7.

Von der Leyen a déclaré que l’UE voulait aider à promouvoir une « initiative forte pour investir dans l’ARNm, avec nos partenaires africains ».

« Nous unissons nos forces de manière à ce que chacun apporte les meilleures compétences dont il dispose », a-t-elle déclaré.

Sahin a déclaré qu’il visait à ce que BioNTech ait trouvé et formé un partenaire en Afrique pour « remplir et terminer » les doses de vaccin dans environ 12 mois, ce qui permettrait d’importer des vaccins en Afrique en vrac.

Cependant, il a ajouté que le processus de création d’installations capables d’effectuer les étapes de fabrication les plus techniques prendrait probablement environ quatre ans.

Bien que le renforcement des capacités de fabrication prenne du temps, la nouvelle technologie utilisée pour développer des vaccins à ARNm pourrait s’avérer extrêmement utile dans la lutte contre d’autres maladies sur le continent une fois les installations opérationnelles.

Soutenir la Silicon Republic

« Ce n’est que le début », déclare le Dr John Cooke, directeur médical du programme RNA Therapeutics au Houston Methodist Research Institute.

« Les vaccins à ARNm peuvent être utilisés pour cibler presque tous les agents pathogènes », explique Cooke. « Vous entrez le code d’une protéine particulière qui stimule une réponse immunitaire. … C’est essentiellement illimité.

La pénurie de vaccins en Afrique

Pfizer et BioNTech ont également convenu de fournir aux États-Unis 500 millions de doses de vaccin, qui seront données à environ 100 pays à revenu faible et intermédiaire inférieur, y compris ceux de l’Union africaine.

Plus tôt cette semaine, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a exprimé son inquiétude face à la résurgence des infections à Covid-19 dans de nombreux pays africains, affirmant que les systèmes de santé ne sont sérieusement pas préparés à une augmentation des cas.

Selon BBC News, les cas sont sur une tendance à la hausse dans 14 pays et les nouveaux cas ont augmenté de plus de 30 % dans huit pays au cours de la semaine dernière.

L’OMS a également déclaré que l’Afrique est confrontée à une grave pénurie de vaccins dans le même temps, avec un déficit estimé à 700 millions de doses.

Sahin a déclaré que la société de biotechnologie se sentait obligée de mettre son vaccin à la disposition du plus grand nombre de personnes dans le monde.

« L’accord d’aujourd’hui souligne que les efforts conjoints des secteurs privé et public fournissent des solutions pour aider à mettre fin à cette pandémie », a-t-il déclaré.

Les livraisons de 200 millions de doses commenceront en août 2021 et se poursuivront jusqu’à la fin de l’année. Les 300 millions de doses supplémentaires pour 2022 seront livrées entre janvier et fin juin 2022.

Lors du sommet du G7 aujourd’hui (11 juin), les dirigeants devraient s’engager à fournir 1 milliard de doses de vaccin contre le coronavirus aux pays les plus pauvres dans le cadre d’un plan visant à vacciner le monde d’ici la fin de 2022.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires