Apple fait l’objet d’une enquête par le chien de garde britannique de la concurrence


Le régulateur britannique examine si le fabricant d’iPhone impose des conditions abusives ou anticoncurrentielles aux développeurs utilisant l’App Store.

Le mois dernier, la chef de la concurrence européenne, Margrethe Vestager, a averti le géant de la technologie Apple qu’il devait accorder un traitement égal à toutes les applications de sa plate-forme à la suite d’une mise à jour de la confidentialité de la société.

À présent, la Competition and Markets Authority (CMA) du Royaume-Uni a lancé sa propre enquête sur le fabricant d’iPhone à la suite de plaintes selon lesquelles ses conditions générales pour les développeurs d’applications sont injustes et anticoncurrentielles.

Dans un communiqué, l’AMC a déclaré que les plaintes des développeurs se concentrent sur les conditions qui signifient qu’ils ne peuvent distribuer leurs applications sur les iPhones et iPads que via l’App Store.

«Ces plaintes soulignent également que certains développeurs qui offrent des fonctionnalités, des add-ons ou des mises à niveau ‘in-app’ sont tenus d’utiliser le système de paiement d’Apple, plutôt qu’un système alternatif», a-t-il déclaré. « Apple facture une commission allant jusqu’à 30% aux développeurs sur la valeur de ces transactions ou à chaque fois qu’un consommateur achète son application. »

«Tendances inquiétantes»

L’enquête du régulateur examinera également si Apple détient un monopole en ce qui concerne la distribution d’applications sur les appareils Apple au Royaume-Uni. Comme ce n’est que le début de l’enquête de l’autorité, aucune décision n’a encore été prise sur le point de savoir si Apple enfreint la loi.

Soutenir Silicon Republic

Andrea Coscelli, directeur général de la CMA, a déclaré que les plaintes concernant Apple utilisant cette position sur le marché pour fixer des clauses abusives qui restreignent la concurrence justifient un «examen minutieux».

«Notre examen en cours des marchés numériques a déjà révélé des tendances inquiétantes», a-t-elle déclaré.

«Nous savons que les entreprises, ainsi que les consommateurs, peuvent subir un préjudice réel si les pratiques anticoncurrentielles des grandes technologies ne sont pas contrôlées. C’est pourquoi nous insistons pour mettre en place la nouvelle unité des marchés numériques et lancer de nouvelles enquêtes partout où nous avons des raisons de le faire. »

Apple est déjà confronté à un certain nombre de sondages de la Commission européenne (CE). En juillet 2020, il a lancé deux enquêtes antitrust sur l’entreprise technologique, examinant les pratiques liées à l’App Store et à Apple Pay.

Par ailleurs, après des mois de querelles, le fabricant de Fortnite, Epic Games, a également mené son combat avec Apple en Europe, déposant sa propre plainte antitrust auprès de la CE à la suite d’actions similaires qu’il a prises aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Australie.

Plus tôt cette semaine, la date du 3 mai 2021 a été fixée pour le procès Apple contre Epic Games. Le verdict pourrait également avoir un impact considérable sur d’autres vitrines numériques, telles que Xbox Live et PlayStation Store.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires