Amazon veut innover pour sortir de la pandémie

0
122

(Bloomberg)-Certains employés de l’entrepôt d’Amazon.com Inc. à Troutdale, dans l’Oregon, considèrent le projet pilote de test des coronavirus dans leur établissement comme une sorte de loterie. Les directeurs ont pris contact avec les employés ce mois-ci et, avec leur permission, les ont testés pour la maladie.

Les tests auto-administrés, proposés sous forme de prélèvement nasal ou de salive, sont expédiés aux laboratoires sous contrat avec Amazon. Si tout se passe comme prévu, les échantillons peuvent être envoyés par avion cargo d’Amazon à un laboratoire que la société est en train d’installer près de sa principale plate-forme de fret aérien dans le nord du Kentucky.

De nombreuses entreprises tentent de maintenir leurs activités à flot en ces temps difficiles : Amazon veut innover pour sortir de la pandémie.

Ce mois-ci, le détaillant a affiché des dizaines d’offres d’emploi pour des employés de laboratoire dans la ville d’Hébron, de l’autre côté du fleuve, en face de Cincinnati, dont un directeur de laboratoire, des techniciens et des assistants qui analyseront les échantillons recueillis auprès de certains des 900 000 employés d’Amazon. À Sunnyvale, en Californie, siège du groupe de matériel Lab126 d’Amazon, la société recherche des microbiologistes et des chercheurs, ainsi qu’un avocat pour superviser les aspects juridiques de l’initiative de laboratoire.

Le projet de test, pour lequel Amazon prévoit de dépenser quelque 300 millions de dollars au cours des trois mois se terminant en juin, est l’élément le plus visible d’un vaste effort de l’entreprise qui a amené les dirigeants d’Amazon à réaffecter des équipes dans toute l’entreprise pour traiter les éléments du coronavirus. Le mois dernier, la société a déclaré qu’elle prévoyait de dépenser environ 4 milliards de dollars pour les dépenses liées au COVID-19 au cours du deuxième trimestre de l’année. Amazon est très discret sur ses plans, mais l’éventail des initiatives lancées jusqu’à présent laisse entrevoir l’ampleur de l’ambition de la société de prospérer dans un monde bouleversé.

Lorsque le coronavirus a commencé à perturber les opérations d’Amazon et à rendre ses employés malades en mars, la société a surtout jeté des gens sur le problème – en engageant 175 000 travailleurs pour gérer une augmentation des commandes en ligne et en remplaçant les employés qui s’abritaient chez eux. Dans le même temps, Amazon a commencé à réaffecter des ingénieurs à la recherche de solutions de haute technologie pour relever les défis logistiques et opérationnels liés aux opérations pendant une pandémie.

Certains des projets lancés par Amazon au début du coronavirus commencent à porter leurs fruits. La semaine dernière, la société a déclaré qu’elle avait commencé à fabriquer des écrans médicaux basés sur des modèles développés en collaboration avec un groupe d’amateurs et dont l’utilisation a été approuvée par les Instituts nationaux de la santé. Les ingénieurs en robotique s’efforcent d’adapter les entrepôts de l’entreprise, construits à l’origine pour une efficacité maximale, à une période où le contact en personne et le travail d’équipe sont dangereux. L’entreprise a récemment installé dans certaines installations une machine qui permet de trier les articles entrants dans des bacs, évitant ainsi aux employés des déplacements qui les faisaient souvent passer devant leurs collègues.

Amazone, N° 1 dans la 2020 Digital Commerce 360 Top 1000, a soutenu d’équiper les caméras qui recouvrent ses entrepôts de logiciels permettant d’analyser des groupes de personnes, un effort pour identifier les lieux où les employés se rassemblent en violation des directives de distanciation sociale. L’entreprise a récemment dévoilé un chariot autonome qui roule sur des surfaces de dynamitage avec une lumière ultraviolette qui tue les virus.

« Cela fait partie de la culture de la construire soi-même » plutôt que de s’en remettre à des spécialistes extérieurs, explique Charlie Kindel, un ancien amérindien qui, un jour a dirigé des équipes travaillant sur l’assistant vocal Alexa.

Amazon se structure autour de petites équipes décentralisées. En période de changement des conditions du marché ou de crise, la rapidité et la flexibilité priment sur l’expertise en la matière, explique M. Kindel. « Il n’y a aucun scrupule à aller voir une équipe et à lui dire que nous avons besoin de vous pour faire autre chose », dit-il.

Amazon Web Services a rejoint une coalition d’entreprises mettant des ressources informatiques à la disposition des chercheurs qui analysent les données COVID-19 ou qui travaillent sur des traitements pour la maladie. Le groupe d’informatique en nuage a également offert son soutien à des dizaines d’autres initiatives, certaines avec des crédits gratuits, d’autres par le biais d’une extension des relations commerciales existantes. Lorsque l’État du Rhode Island a demandé de l’aide pour faire face à la hausse des demandes d’allocations de chômage, AWS a demandé à une cinquantaine d’employés des équipes de vente et de soutien d’abandonner une partie de leur travail habituel ou de faire des heures supplémentaires pour construire et surveiller un système permettant de faire face au déluge.

L’entreprise est le principal bailleur de fonds d’une étude menée au Centre de recherche sur le cancer Fred Hutchinson, qui vise à examiner les taux d’infection, la transmission de la maladie et l’immunité. Le Dr Alpana Waghmare, l’un des concepteurs de l’étude au sein du groupe de recherche, qui est situé près du siège d’Amazon à Seattle, affirme qu’il n’est pas rare que les bailleurs de fonds s’impliquent dans le projet. Mais Amazon adopte une approche particulièrement pratique, en pesant sur la conception de l’étude et en prêtant le soutien d’informaticiens, dont certains ont une formation en biologie.

« Je sais qu’ils ont un réel intérêt à comprendre la science, comme nous le faisons, de l’évolution de l’immunité », déclare M. Waghmare.

Certains employés de l’entreprise, qui travaillent à domicile depuis début mars, disent qu’ils s’attendent à ce que l’entreprise mette en place des tests pour le personnel en col blanc avant de leur demander de retourner au bureau. Amazon, qui a refusé de commenter les futurs plans de tests de coronavirus, a déclaré que les travailleurs dont le rôle peut être exercé à distance peuvent travailler à domicile jusqu’au début du mois d’octobre.

L’importance de l’initiative de test est apparue clairement lorsque, moins de deux semaines après le début du projet pilote, un employé de l’entrepôt de Troutdale, situé à l’est de Portland, dans l’Oregon, a reçu un diagnostic de Covid-19. L’un des collègues de cette personne a déclaré que ses collègues et lui-même étaient surpris qu’il ait fallu autant de temps pour qu’un cas de coronavirus apparaisse dans leurs rangs. En l’absence de communication officielle d’Amazon sur la propagation du virus, de nombreux employés ont passé les deux derniers mois à comparer leurs notes sur les médias sociaux alors que des épidémies se sont déclarées dans les installations de l’entreprise à travers les États-Unis.

Eric Topol, fondateur et directeur du Scripps Research Translational Institute, déclare que l’initiative de test interne d’Amazon est une réaction à l’arrêt de l’effort fédéral et aux attentes de l’entreprise qui s’attend à devoir faire face au virus pendant longtemps.

« Le problème, c’est que nous envisageons une situation sur deux ans, voire trois ans », explique M. Topol, qui a échangé ses idées sur les moyens de suivre la santé des employés avec une connaissance impliquée dans le travail de santé d’Amazon. « Et c’est pourquoi il est sage d’investir dans un programme qui améliore la sécurité de tous ».

Les tests eux-mêmes ne nécessitent pas beaucoup d’expertise, il s’agit surtout de rassembler du personnel et des équipements et de demander une certification aux autorités de réglementation fédérales et étatiques, explique M. Topol. Le défi pour Amazon consistera à choisir parmi la gamme de tests disponibles, qui évolue rapidement, et à rassembler l’expertise clinique nécessaire pour interpréter les résultats.

« L’investissement dans une plate-forme particulière pourrait être obsolète dès qu’elle sera mise en service », explique M. Topol. « C’est une cible mouvante. »

À l’entrepôt d’Amazon à Troutdale, l’un des rares sites où l’entreprise mène son projet pilote, les employés sont informés qu’ils peuvent voir les résultats de leurs tests en trois jours seulement. Les résultats apparaissent dans l’application pour smartphone qu’ils utilisent pour suivre leurs équipes, disent les employés.

Un employé de Troutdale, qui a parlé de la condition d’anonymat, dit que le pilote de test a introduit un nouveau thème dans les messages sur la vie ces jours-ci chez Amazon : les employés partageant les nouvelles des tests négatifs qu’ils ont obtenus au travail. « Je pense que cela permettra de générer la confiance que les collègues autour de vous ne sont pas infectés », dit-il.

Comment protéger les salariés français du coronavirus ?

Comme nous l’avons vu durant ce mois d’avril 2020, le Tribunal de Nanterre a sommé les entrepôts d’Amazon situé en France de réduire la livraison aux seules commandes des produits de premières nécessités, jugeant que les risques pour les employés étaient trop élevés. Résultat, le groupe Amazon a pris la décision de fermer ses sites français jusqu’au 5 mai. L’impact pour les clients a été moindre, car les livraisons des commandes sont arrivés des entrepôts européens, avec des délais juste un peu plus longs. Depuis début mai, l’activité française a repris. Se pose donc la question de la sécurité des salariés français chez Amazon, mais plus globalement dans toutes les entreprises basées sur le territoire national. Si le groupe Amazon est à pied d’œuvre en participant aux recherches médicales du virus covid-19, en délivrant notamment des tests salivaires à ses employés sur ses sites aux États-Unis et en faisant appel à un chariot tueur de virus par l’utilisation d’une lumière ultraviolette, toutes les entreprises ne peuvent pas en faire de même. Cela demande des moyens financiers colossaux en cette période de crise. La solution qui reste donc à la portée de tous est bel et bien le respect des gestes barrières, à savoir :

  • le lavage des mains avec du savon durant au moins 30 secondes ou l’utilisation du gel hydroalcoolique
  • la distanciation physique d’au moins un mètre entre les personnes
  • le port du masque

En ce qui concerne les masques, il convient également d’avoir du matériel adapté et en quantité suffisante pour chaque employé. Sachant que le virus mesure 3 microns, il convient d’avoir un masque de protection dont le filtre est conforme aux normes EN149 et EN14683. C’est notamment le cas d’ObjetRama qui propose en plus des masques chirurgicaux, des masques personnalisables avec un logo ou des motifs et à des prix abordables. Avoir un masque personnalisé va inciter davantage les personnes à le porter et donc à limiter la propagation du virus. ObjetRama a même une gamme spéciale enfant garanti sans produits nocifs avec le label Oeko-Tex.

 

tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here