Almon de Toronto termine le développement de la technologie des véhicules autonomes


Almon, une entreprise de Toronto qui fournit des services et des produits d’entretien des infrastructures, a récemment terminé un projet de technologie de véhicule autonome avec le Réseau d’innovation pour les véhicules autonomes (AVIN).

Almon a reçu près de 1 million de dollars pour ce projet au cours de l’année dernière, dont 253 000 dollars du gouvernement de l’Ontario.

Le projet a été dirigé par le Centre d’innovation de l’Ontario (anciennement appelé Centres d’excellence de l’Ontario) et a permis à Almon de développer un ensemble de modernisation pour l’automatisation des camions lourds. Almon a travaillé avec la start-up d’automatisation torontoise X-Matik pour moderniser un camion Peterbilt 2020 avec des actionneurs et des capteurs, et le laboratoire des systèmes de véhicules mécatroniques de l’Université de Waterloo pour développer les algorithmes nécessaires pour permettre un fonctionnement autonome.

Almon a été fondée en 1981 et propose une gamme de solutions routières et d’infrastructure. En 2019, Almon a lancé son programme de développement de camions autonomes et s’est associé à l’Université de Waterloo et à AVIN pour le développement.

Almon a reçu près de 1 million de dollars de financement pour ce projet au cours de l’année dernière, dont 253 000 dollars du gouvernement de l’Ontario par le biais du fonds de partenariat de R&D d’AVIN, avec une contribution supplémentaire de 685 000 dollars de l’industrie.

La première application de cette technologie nouvellement développée est celle des camions de contrôle de la circulation. Ces camions, qui sont équipés d’un atténuateur monté sur camion (TMA), sont également connus sous le nom de crash trucks et sont couramment utilisés sur les routes où des travaux de construction ou d’entretien sont effectués à proximité de voies de circulation actives.

«La triste réalité est que les gens se blessent trop souvent dans des collisions liées à la zone de travail», a déclaré Jamie Ally, vice-président de l’ingénierie chez Almon. «Notre objectif est d’améliorer la sécurité routière et de réduire les coûts d’assurance, en introduisant des systèmes autonomes capables de détecter et d’éviter les collisions, de réduire les risques, d’automatiser les travaux dangereux et, à terme, de sauver des vies.»

Avec des tests supplémentaires, Almon espère retirer le conducteur du camion accidenté et donc retirer un conducteur humain de ce que l’entreprise a appelé un «travail dangereux sur la route». Almon travaille également à équiper ces camions de systèmes avancés d’assistance à la conduite pouvant offrir un régulateur de vitesse adaptatif et un freinage d’urgence.

CONNEXES: À la suite d’un partenariat avec Loblaw, Gatik reçoit près d’un million de dollars du gouvernement de l’Ontario

En 2016, le gouvernement de l’Ontario a lancé un programme pilote de 10 ans pour permettre l’essai de véhicules autonomes sur la voie publique sous certaines conditions. L’année suivante, l’Ontario a lancé AVIN, investissant 80 millions de dollars sur cinq ans dans le programme dirigé par le Centre d’innovation de l’Ontario. AVIN vise à établir des partenariats à travers la province pour développer la technologie des véhicules autonomes.

Dans son dernier budget provincial, le gouvernement de l’Ontario a engagé 56,4 millions de dollars pour créer un nouveau programme axé sur la fabrication de véhicules électriques, appelé Ontario Vehicle Innovation Network. Le programme faciliterait les partenariats entre les startups, les universités, l’industrie automobile et le secteur des batteries et «s’appuierait sur les succès» du programme AVIN existant.

Vic Fedeli, ministre du Développement économique, de la Création d’emplois et du Commerce de l’Ontario, a déclaré que le projet d’Almon illustre comment la technologie des véhicules autonomes peut améliorer la sécurité routière des conducteurs et des équipes d’entretien.

«Alors que notre gouvernement s’efforce d’aider les entreprises à se remettre de la pandémie du COVID-19,
[AVIN] favorise la croissance des petites et moyennes entreprises technologiques et positionne l’Ontario pour la compétitivité à long terme », a ajouté Fedeli.

Almon est l’une des nombreuses entreprises qui créent de nouveaux produits au sein de l’industrie automobile canadienne. Clutch, qui a levé ce mois-ci 60 millions de dollars de financement, propose une plateforme de vente de voitures en ligne. NuPort Robotics, également financé par AVIN, travaille actuellement sur une nouvelle initiative de camionnage automatisé pour poids lourds aux côtés de Canadian Tire. Gatik, une entreprise de technologie automobile basée à Toronto et aux États-Unis qui s’est associée à Loblaws en 2020, a également récemment reçu des capitaux du fonds de recherche et développement d’AVIN.

Le paysage du financement pour ce type de projets semble se développer au Canada. La semaine dernière, BlackBerry a lancé un fonds de 50 millions de dollars pour aider les startups de l’écosystème automobile axé sur les données à commercialiser leur technologie à l’aide de la plate-forme de données de véhicules intelligents de BlackBerry.

Source de l’image Almon.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires