Alibaba vendra bientôt les produits de luxe Richemont en ligne

Le groupe de luxe suisse Richemont a formé un partenariat avec le géant chinois du commerce en ligne Alibaba, l’un des signes les plus convaincants de la façon dont les forces combinées de la Chine et de la vente au détail en ligne transforment l’industrie mondiale du luxe. L’accord représente un changement important pour l’industrie du luxe, qui a pris du retard dans l’adoption de la vente au détail en ligne, et a considéré le commerce électronique chinois avec suspicion face aux inquiétudes qu’il encourage la contrefaçon.

L’industrie du luxe se lance de plus en plus dans l’e-commerce

Richemont, numéro deux mondial du luxe après le groupe français LVMH, s’est concentré sur le commerce en ligne, un segment en pleine expansion dans le secteur du luxe. Johann Rupert, président de Richemont, a déclaré: « Notre offre numérique en Chine en est à ses commencements et nous sommes convaincus que ce partenariat avec Alibaba nous permettra de devenir un acteur en ligne significatif et durable sur ce marché. » L’accord est attendu depuis peu vu que M. Rupert a racheté cette année Yoox Net-a-Porter, la société de luxe en ligne anglo-italienne fondée par Federico Marchetti.

Lors d’une téléconférence, M. Rupert a évoqué les bouleversements provoqués dans le secteur du luxe par les nouvelles technologies, et par l’émergence de la Chine en tant que principal moteur de la croissance. «Il n’existe dans le monde aucun groupe de produits de luxe capable de rattraper Alibaba en termes d’écosystèmes. Il est regrettable que tous les groupes de produits de luxe se retrouvent face au dilemme d’un prisonnier où tout le monde se bat, alors que nous entrons sur un marché aussi rapide que la Chine, nous n’avons tout simplement pas les outils », a t-il déclaré.

Les spécialistes du domaine du luxe estiment que le secteur mondial a triplé depuis 1996, pour un montant de 280 milliards d’euros en 2018, pour atteindre 390 milliards d’euros en 2025 au total. Cette croissance a été alimentée récemment par les acheteurs chinois, à la fois à la maison, et à l’étranger. De manière cruciale, les ventes ont augmenté considérablement au cours des deux dernières années, en particulier parmi les chinois qui effectuent des achats en ligne. Les Millennials représentent désormais entre 40 et 60% des ventes mondiales des grandes marques Louis Vuitton, Gucci et Cartier. Leur poids était encore plus élevé pour les ventes de luxe en Chine.

M. Rupert a déclaré au Financial Times : «La vitesse du changement ici [en Chine] est plus spectaculaire que dans toute autre société à laquelle j’ai assisté. . . Tout est mobile. À moins que vous n’ayez des applications mobile friendly, vous n’allez tout simplement pas toucher les gens. »

Alibaba fournira la technologie, la logistique, le paiement et le support marketing de l’entreprise. L’accord couvre à la fois les consommateurs chinois faisant leurs achats chez eux, et à l’étranger. Sur le risque de vente de produits de luxe contrefaits sur des sites Web chinois, M. Rupert a déclaré que Richemont « ne penserait jamais à entrer dans une situation où nous nous sentions mal à l’aise ». « Nous avons examiné leurs systèmes et ce qu’ils ont fait pour lutter contre la contrefaçon et je suis convaincu qu’il s’agit d’un scénario à très très très très faible risque », a t-il ajouté. Michael Evans, président d’Alibaba, a déclaré que le groupe chinois avait « investi beaucoup de temps et d’engagement dans le traitement de la contrefaçon ». Les risques sont donc très faibles, voire même inexistants. Jusqu’à présent, ni Richemont ni Alibaba n’ont précisé la valeur de cet accord, ni le montant qu’ils avaient l’intention d’investir.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Articles Similaires