Alerte et mise en garde spéciale pour certains articles de Noël

0
74

Une enquête menée par la DGCCRF révèle des chiffres inquiétants concernant les produits de Noël vendus sur internet. L’enquête en question annonce que 75% des produits testés sont non-conformes, et pire encore 39% présentent un danger pour les utilisateurs.

Les jouets et objets de Noël en ligne de mire

Les résultats officiels résultants de cette enquête de la DGCCRF pourraient bien inquiéter plus d’un, mais surtout les parents. En effet, en dehors des objets de Noël (Guirlandes électriques, déco, etc.), les jouets (peluches et autres…), les déguisements, etc. qui ont été testés présentaient un éventuel danger pour ses acheteurs. Et le plus alarmant, c’est qu’il s’agit bel et bien de produits que nous pouvons tous consommer auprès des grands sites e-commerces les plus connus et les plus fréquentés actuellement, comme Amazon, Cdiscount, Fnac, Aliexpress, et même Wish.

Des produits dangereux

Afin de pouvoir mener à bien ses tests et enquêtes, un « client mystère » a alors sélectionné et acheté 46 produits sur ces différents sites de vente en ligne mentionnés plus haut. Le verdict tombe : 75% de ces articles sont non-conformes, et 39% dangereux. Pour entrer dans les détails, 3 des 8 guirlandes électriques testées se sont avérées à risques. Il en est de même pour 5 jouets sur 8 en latex, 4 peluches sur 14, et 6 costumes sur 16. Les peluches par exemple avaient des yeux facilement détachables. Et pourtant nous le savons tous que les tout-petits adorent les enlever, et les ingérer. Rajoutés à cela, les fameux yeux contenaient même du plomb…

Pour citer un autre cas, des déguisements de lutin de Noël contenaient aussi des phtalates, et de l’arsenic. Et pire encore, car là il s’agit des jouets 1er âge, donc destiné aux bébés. Des jouets de dentition destinés à être mâchouillés contenaient de nitrosamine, qui est très cancérigène, et 4 autres jouets du même type contenaient aussi du phtalate bien au-delà de la limite accordée.

Quelles sont les répercussions ?

Si vous aussi vous vous demandez quelles ont été les mesures prises ? Rassurez-vous, car la DGCCRF s’est assurée de publier une liste officielle, et consultable pour répertorier tous ces produits testés. Et pour rassurer encore plus les cyber acheteurs, cette liste sera encore mise à jour et actualisée au fil du temps, car d’autres analyses sont en cours. Et la mesure qui a été prise en plus de cela a été d’enlever dans les plus brefs délais ces produits nocifs à la santé sur les différents sites cybermarchands. La DGCCRF rappelle alors à tous ces sites, les lois et les règles de conduite à respecter par ces derniers, dans le but d’assurer la sécurité des produits vendus sur la toile (code de conduite publiée par la Commission européenne).

Qu’est-ce qui devrait alerter les consommateurs ?

Si 56% des Français ont déclaré une intention de réaliser leurs emplettes de Noël sur internet, la vigilance est alors de mise afin de ne pas se laisser séduire pas ses produits à risque. Dans un communiqué de presse, le secrétaire d’État chargé du numérique, Mounir Mahjoubi a alors décidé de mettre en garde toute la clientèle sur les prix des articles qu’ils vont acheter. « Un prix excessivement attractif doit être vu comme un signal d’alerte, qui justifie une attention particulière avant d’acheter ». Le prix ne devrait pas être le seul critère de choix, mais surtout prendre le temps de comparer les produits.

Enfin, Mounir Mahjoubi a profité de l’occasion pour inciter les acheteurs à soutenir les « TPE et PME », et de pense à acheter auprès des e-commerces responsables.

tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here