Airly lève 3,3 millions de dollars de financement


Airly

Airly, Inc., une société de technologies propres basée à Palo Alto, en Californie, qui fournit des données ultra-locales, précises et prédictives sur la qualité de l’air pour aider à lutter contre la pollution atmosphérique à l’échelle mondiale, a levé 3,3 millions de dollars de financement.

Le cycle a été dirigé par Firstminute Capital, avec la participation du fondateur d’Uber Garrett Camp via Expa, du PDG de Bolt Markus Villig, du rédacteur en chef fondateur de WIRED David Rowan, du fondateur de Pipedrive Ragnar Sass et de Ferry Heilemann, co-fondateur de Leaders for Climate Action. et d’anciens investisseurs, notamment Sir Richard Branson Family Office et Konstantin von Unger, membre du conseil d’administration de Henkel.

La société a l’intention d’utiliser les fonds pour étendre sa plate-forme de qualité de l’air alimentée par l’IA à l’échelle mondiale et d’élargir son équipe avec l’ajout de talents en vente, en marketing et en ingénierie dans plusieurs pays, doublant approximativement son effectif actuel de 35 personnes d’ici la fin de 2021.

Dirigé par le PDG et co-fondateur Wiktor Warchałowski, Airly fournit des informations exploitables sur la qualité de l’air avec ses algorithmes basés sur l’IA qui prédisent la pollution de l’air pour les prochaines 24 heures avec une vérifiabilité allant jusqu’à 95%. Airly offre aux clients du monde entier une plate-forme d’intelligence environnementale en installant des réseaux de capteurs qui suivent tous les marqueurs de pollution clés – particules (PM1, PM2,5, PM10) et gaz (NO2, O3, SO2 et CO). Le département R&D de la société s’associe également à des sociétés de mobilité pour déployer des voitures et des scooters équipés de capteurs afin de suivre la qualité de l’air avec une résolution encore plus élevée.

Les clients comprennent plus de 600 gouvernements locaux et villes, dont Hong Kong, Jakarta, Oslo, Grenade, des entreprises telles que Philips, Virgin, Innogy, PwC, Veolia et Skanska.

Airly ouvrira des bureaux au Royaume-Uni et aux États-Unis car il double le nombre d’employés.

FinSME

26/03/2021

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires