Zoom ne veut pas crypter les appels gratuits pour pouvoir travailler avec le FBI

0
79


La société de communication Zoom n’a pas l’intention d’ajouter un cryptage de bout en bout aux appels de ses utilisateurs gratuits, afin d’apaiser le FBI. En attendant, elle développe un tel cryptage de bout en bout pour ses clients commerciaux, grâce à son acquisition de Keybase le mois dernier.

« Les utilisateurs gratuits, c’est sûr, nous ne voulons pas donner cela parce que nous voulons aussi travailler avec le FBI, avec les forces de l’ordre locales au cas où certaines personnes utiliseraient Zoom dans un mauvais but », a déclaré Eric Yuan, le PDG de Zoom, lors de la conférence de presse de une conférence téléphonique Zoom le mercredi.

Zoom s’est transformé en un service indispensable au milieu de l’épidémie de coronavirus. Les citoyens étant bloqués, les réunions typiques du 9-5 ont migré en ligne. Mais si cette évolution a été une aubaine pour l’entreprise de communication, elle n’a pas été sans écueils.

Au cours des derniers mois, les protocoles de sécurité de Zoom ont été mis à rude épreuve. Ce test de stress mondial a mis en évidence une myriade de problèmes de sécurité et a provoqué une surenchère de la protection de la vie privée. En avril, la société a affirmé que sa méthode de le cryptage de bout en bout a été dégonflé, car il a été constaté que Zoom avait accès à des données utilisateur non cryptées. Peu de temps après, des rapports ont révélé que des pirates informatiques pouvaient voler les mots de passe de Zoom client Windows vulnérable.

Zoom arrière

Cette nouvelle n’est pas très bien accueillie par certains. Les entreprises ont déjà commencé à boycotter Zoom en raison de l’absence de contrôle sur la vie privée. Le plus notable est SpaceX, qui a interdit à son employé d’utiliser Zoom en avril, citant « d’importantes préoccupations en matière de vie privée et de sécurité ».

Aujourd’hui, après ce dernier affront apparent, d’autres s’empressent de prendre le train en marche.

« Je viens d’annuler mon abonnement @zoom_us pour mon cabinet d’avocats, que j’avais récemment acheté pour m’aider à faire des consultations à distance avec des clients pendant le verrouillage de COVID-19 », a tweeté l’avocat Joel Alan Gaffney en réponse à l’annonce de Zoom.

Le journaliste Adam L. Penenberg a également condamné cette décision. « Parce que les gens qui peuvent se permettre de payer Zoom ne commettent pas de crimes », a-t-il dit en riant.

Néanmoins, selon un porte-parole de Zoom s’adressant à The Independent, la société a l’intention fournir un cryptage de bout en bout aux utilisateurs qui vérifient leur identité. On ne sait pas si cela s’étendra aux utilisateurs gratuits, mais il y a peut-être encore de l’espoir.



tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here