Urbit lance de nouveaux outils pour son internet décentralisé

0
138



Urbit, une start-up soutenue par a16z et Peter Thiel, a présenté hier un nouvel ensemble d’outils pour sa plate-forme de serveurs personnels décentralisés.

Appelée OS 1, la nouvelle application comprend une application de messagerie de groupe, un tableau de messages, un système de prise de notes et plusieurs applications simples, comme une horloge ou un compteur météo. Le système est composé de carrés blancs propres et de listes discrètes.

OS 1 se situe quelque part entre un « logiciel de productivité » et un « réseau social » », ont déclaré les développeurs d’Urbit, ajoutant : « Nous pensons que c’est le début d’une toute nouvelle race d’informatique sociale ».

Le système de chat est conçu dans le respect de la vie privée. « Lorsque vous discutez avec des gens, les messages sont envoyés d’égal à égal. Le système est, en fait, décentralisé et pseudonyme par défaut. Personne ne sait rien sur vous en dehors de votre Urbit ID », ont écrit les développeurs.

L’objectif d’Urbit est d’héberger des serveurs non pas sur une infrastructure centralisée comme Amazon Web Services, mais sur un réseau décentralisé. Il s’agit d’un réseau d’ordinateurs personnels en nuage ; puisque les individus gèrent leurs propres serveurs, ils n’ont pas besoin de s’appuyer sur une infrastructure centralisée.

Le réseau sur lequel Urbit opère est un protocole peer-to-peer décentralisé et crypté.

Il comprend une machine virtuelle appelée « Nock », un système d’exploitation, « Arvo », un langage de programmation, « Hoon », et un réseau peer-to-peer, « Ames ».

Chaque personne sur le réseau est identifiée par son Urbit ID, un nom court que l’on peut posséder avec une clé privée. Les identifiants des utilisateurs sont stockés sur la chaîne de blocage Ethereum (bien que ce soit la seule partie du réseau qui utilise Ethereum).

Son créateur, Curtis Yarvin, est controversé pour ses convictions dans le Dark Enlightenment, un mouvement politique qui prétend s’opposer aux valeurs démocratiques, égalitaires et libérales.

Le mouvement, que beaucoup appellent une partie du droit d’auteurLe monde est divisé en micro-États fondés sur la race, où le marché libre sépare les élites et les populations « de rebut ». Depuis, Yarvin a à gauche Tion, la société de San Francisco qui fabrique Urbit.

Conseils

Vous avez un tuyau ou une information privilégiée sur un projet de crypto, de chaîne de blocage ou de Web3 ? Envoyez-nous un courriel à l’adresse suivante : tips@decrypt.co.

tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here