Une enquête d’OMERS révèle que le flux de transactions a augmenté ou s’est maintenu pendant le COVID-19 pour la plupart des VC canadiens


Un an après le début de la pandémie, les recherches suggèrent que pour la majorité des entreprises canadiennes de capital de risque (CR), les transactions ont augmenté ou sont demeurées relativement constantes, selon un récent sondage mené par OMERS Ventures.

En janvier, OMERS Ventures, la division d’investissement axée sur la technologie d’OMERS, l’une des plus importantes caisses de retraite au Canada, a sondé 99 entreprises de CR en Amérique du Nord et en Europe, dont 24 pour cent étaient canadiennes.

Étant donné que la pandémie aura probablement un impact durable sur la façon dont les VC évaluent les entreprises en vue de leurs investissements, OMERS a déclaré avoir décidé de partager ses conclusions pour aider la communauté à s’adapter. Le nouveau rapport, qui a été publié aujourd’hui, fait suite à l’enquête d’OMERS de juillet 2020 et vise à illustrer comment le comportement et l’activité des VC ont changé en raison du COVID-19.

Vingt-cinq pour cent des entreprises canadiennes de CR interrogées ont vu plus de transactions que la normale.

«Nous avons estimé que le moment était venu de mener à nouveau notre étude, pour capturer le sentiment actuel sur la façon dont les VC abordent l’investissement aujourd’hui, et tout changement durable que nous devrions nous attendre à voir dans le processus de transaction dans un monde post-COVID», a écrit Alyssa Spagnolo, associé chez OMERS Ventures.

Parmi les entreprises canadiennes de capital-risque auxquelles OMERS s’est entretenu, 46% ont vu le même nombre de transactions qu’avant le COVID-19, tandis que 25% ont vu plus de transactions que la normale. D’un autre côté, 21% ont vu les transactions baisser d’au moins un quart, tandis que 8% ont vu les transactions baisser d’au moins la moitié.

Le rapport a révélé que la collecte de fonds était considérablement concentrée dans la seconde moitié de 2020, ce que Spagnolo a attribué à la demande refoulée de l’accalmie des premiers mois après la pandémie, «ce qui a créé un environnement chaud et a effectivement attiré plus d’activité sur le marché.  » Dans un article récent de Medium, Laura Lenz, partenaire de capital-risque d’OMERS, a également noté une augmentation générale de la vitesse de sortie des technologies canadiennes de retour de capital-risque.

Toutes les entreprises canadiennes de capital-risque interrogées ont déclaré avoir conclu une transaction entièrement à distance d’ici 2021, contre seulement 33% en juin 2020, ce qui, selon OMERS, indique que les entreprises sont devenues plus à l’aise avec les transactions à distance.

La plupart des entreprises canadiennes de CR interrogées ont également déclaré être disposées à conclure des transactions à distance. Cinquante-six pour cent ont déclaré avoir conclu des transactions à distance via un nouveau processus, tandis que 19% seulement les ont menées de la même manière qu’auparavant. Un plus petit nombre (15%) sont prêts à conclure des accords à distance, mais trouvent un moyen de se rencontrer en personne de manière socialement distante, tandis que 6% à peine refusent de conclure des accords à distance.

CONNEXES: Bold Commerce lève 35 millions de dollars canadiens de série B soutenue par OMERS

Pour 81% des sociétés de capital-risque canadiennes interrogées, la façon dont ils passent le temps a changé. Plus d’un quart ont augmenté le temps qu’ils consacrent à l’approvisionnement, un cinquième a renforcé leurs efforts de réseautage. Seize pour cent ont choisi de consacrer plus de temps à leur portefeuille existant, tandis que 14 pour cent ont renforcé leur travail de diligence.

Pendant la pandémie, les entreprises canadiennes interrogées ont déclaré consacrer plus de temps aux appels de références. «Cela est probablement dû au fait d’avoir moins d’occasions de rencontrer d’autres personnes dans la vraie vie, lors d’événements, par exemple, et d’avoir besoin de faire preuve de créativité pour trouver des moyens de réseauter», a écrit Spagnolo. Ils ont également exprimé une préférence pour les marchés qu’ils connaissent et les VC amicaux sur la table des plafonds.

D’autres processus ont perdu de la popularité, notamment une préférence pour les fondateurs qu’ils ont rencontrés dans la vraie vie, ce qui est logique étant donné que pendant la pandémie, cette approche limite considérablement le pool d’entreprises disponibles.

Bien qu’ils prévoient de recommencer à voyager dans une certaine mesure après la pandémie, la plupart des VC interrogés déclarent être plus heureux parce qu’ils voyagent moins en raison de la pandémie, et la grande majorité déclare qu’ils feront la plupart de leurs réunions avec les fondateurs pratiquement à l’avenir.

Photo par Anna Shvets via Pexels.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires