Un groupe de hackers anonymes cible la police à Minneapolis

0
2

[ad_1]

Le groupe hacktiviste Anonymous a publié une vidéo le 28 mai, promettant que la prétendue détention le meurtre de George Floyd. Quelques jours plus tard, le site web du département de police de Minneapolis a montré des signes des cyberattaques du groupe.

Samedi, les sites web de la police de Minneapolis et de la ville de Minneapolis étaient inaccessibles – frappés par une attaque apparente par déni de service. Au moment de la mise sous presse, les deux sites semblent toujours affectés. En outre, il semble que 795 adresses électroniques et mots de passe aient été piratés du site et aient fait l’objet d’une fuite en ligne, bien que cela n’ait pas été confirmé.

Des millions de personnes dans le monde entier protestent contre la brutalité policière liée à l’assassinat de George Floyd. Les chants de « Je ne peux pas respirer » – certains des derniers mots prononcés par Floyd avant sa mort – peuvent être entendus dans toutes les villes d’Amérique, du Minnesota à la Californie et jusqu’à La Maison Blanche elle-même. Lundi, les fonctionnaires de Santa Monica ont décrété un couvre-feu à la suite des manifestations du week-end. Et de l’autre côté de l’étang, les Londoniens ont ignoré le verrouillage des coronavirus pour se regrouper devant le 10 Downing Street en solidarité avec leurs frères américains.

Dans la vidéo qui a été diffusée, une silhouette floue – portant le masque de Guy Fawkes et le sweat à capuche noir, signature du groupe – menace la police de Minneapolis, en promettant de « dévoiler » une litanie de prétendues transgressions policières.

« Les officiers qui tuent des gens et commettent d’autres crimes doivent être tenus pour responsables, tout comme nous tous », affirme le hacktiviste. « Nous ne faisons pas confiance à votre organisation corrompue pour rendre la justice, nous allons donc exposer vos nombreux crimes au monde entier. Nous sommes légion. Attendez-vous à nous voir ».

Anonymous est de retour

Le groupe de piratage informatique incognito, qui a un penchant pour la réparation des torts, ne s’est pas contenté de démanteler les sites web officiels. Des rapports ont fait surface dans d’autres États, selon lesquels des hacktivistes auraient détourné les systèmes radio de la police de Chicago pour faire passer l’émission « Fuck the Police » de la NWA et, curieusement, de la musique polka, en boucle.

Les Anonymous ont pris conscience de la situation en 2008, après avoir déclaré la guerre à l’Église de Scientologie. Depuis lors, les hacktivistes en liberté ont participé à plusieurs mouvements allant d’Occupy Wall Street à à la traîne du groupe terroriste Isis.

L’une des dernières fois où les Anonymous ont émergé, c’était après que la police ait tiré sur l’adolescent noir Michael Brown. Le groupe a piraté le site web de la mairie de Ferguson, menaçant de nouvelles cyberattaques si des manifestants étaient blessés ou arrêtés.

Dans les années qui ont suivi, le groupe est devenu obscur. Beaucoup de ses membres ont été traqués et arrêtés pour leur rôle. Un membre clé est devenu un informateur du FBIet travaille actuellement comme testeur de pénétration de plomb pour la société de sécurité Rhino Security Labs. Soit les membres restants sont sortis de l’ombre, soit il s’agit d’un Anonyme entièrement nouveau.

[ad_2]

tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here