Un contrat de 500 000 dollars pour le dépistage de coronavirus est attribué à une entreprise controversée spécialisée dans l’IA

0
91


La faculté de l’entreprise d’IA exigera de nombreuses données personnelles à des fins qui ne sont actuellement pas claires.


Points clés à retenir

  • Le gouvernement britannique a attribué un contrat à une société d’IA pour l’aider à faire face à la pandémie de coronavirus.
  • Le contrat indique que les données, y compris les médias sociaux et les notes de crédit, seront traitées.
  • Certaines parties du document ont été expurgées, de sorte que l’objectif de la collecte de données reste flou.

Partager cet article

Les défenseurs de la vie privée et les groupes de défense des droits civiques ont fait part à juste titre de leurs préoccupations concernant la surveillance de l’État résultant des efforts de « traçage » des coronavirus. Le Royaume-Uni semble maintenant intensifier ses efforts pour obtenir des données personnelles de grande portée, soi-disant pour aider à tracer les coronavirus.

Le Guardian rapporte que le ministère du logement, des communautés et du gouvernement local a attribué un contrat d’une valeur de 400 000 livres sterling (~503 000 dollars) à la société d’Amnesty International Faculty, dont une copie a été demandée en vertu des lois sur la liberté d’information.

Le contrat précise que l’entreprise peut analyser des données, notamment des profils de médias sociaux, des factures de services publics et des scores de solvabilité.

Cependant, il a été partiellement censuré.

SIMETRI Pro BTC Trader
SIMETRI : des bénéfices de 919%.

La manière dont ces informations doivent aider l’entreprise à respecter son accord avec le gouvernement britannique concernant le dépistage des coronavirus reste floue. L’extrait pertinent du contrat, précisant « trois domaines où un soutien immédiat est nécessaire », est présenté ci-dessous.

Coronavirus traçant un contrat de faculté expurgé

Faculty est l’une des entreprises qui a travaillé avec la campagne controversée Vote Leave dans le cadre du référendum britannique Brexit de 2016.

La campagne a déjà été critiquée par les défenseurs de la vie privée après qu’il est apparu que les utilisateurs de Facebook n’avaient pas consenti à ce que leurs données soient utilisées pour des publicités ciblées en faveur de la sortie de la Grande-Bretagne de l’UE.

Aujourd’hui, un groupe de campagne a menacé d’intenter une action en justice en raison de l’incertitude persistante quant à la mesure dans laquelle les entreprises privées utilisent les informations confidentielles des citoyens.

Gagner plus intelligemment avec Cred
Gagner plus intelligemment avec Cred

Malheureusement, il semble que la population en général ne partage pas les préoccupations des militants de la protection de la vie privée.

Un récent sondage indépendant commandé par le Financial Times a révélé que deux tiers des Britanniques étaient favorables à un suivi téléphonique du gouvernement pour aider à lutter contre la pandémie.

Cependant, la lutte contre la propagation du coronavirus par la recherche des contacts peut se faire de différentes manières, dont certaines sont plus intrusives que d’autres pour la vie privée.

Comme indiqué précédemment par Crypto Briefing, différentes applications sont en cours de développement, dont une option offrant une protection accrue de la vie privée en adoptant une approche décentralisée de la collecte et du stockage des données. Le NHS britannique a développé sa propre solution, qu’il n’a pas encore déployée.

Mais comme le gouvernement britannique a choisi d’adopter une approche voilée quant à l’objectif de la collecte de données, le risque est que les citoyens ne connaissent pas le niveau de confidentialité appliqué à leurs données.

Partager cet article

tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here