Selon le PARI, 97 % des 250 millions de dollars du Programme d’aide à l’innovation sont déjà engagés

0
63


Quatre-vingt-dix-sept pour cent des 250 millions de dollars du Programme d’aide à la recherche industrielle (PARI) COVID-19 Programme d’aide à l’innovation (PAI) ont été engagés en faveur des entreprises canadiennes.

L’IRAP a engagé 97 % des 250 millions de dollars, dont plus de 100 millions ont été distribués aux entreprises.

Le programme a été annoncé à la mi-avril et les candidatures ont été ouvertes plus tard dans le mois. L’IRAP a actuellement engagé 97 % des 250 millions de dollars, dont plus de 100 millions ont été distribués aux entreprises, a déclaré le vice-président de l’IRAP, David Lisk, à BetaKit lors d’une récente interview.

Plus de 4 200 entreprises de tout le pays ont demandé à bénéficier du programme fédéral d’aide COVID-19, qui offre une subvention salariale pour une durée maximale de 12 semaines aux employeurs qui ne sont pas admissibles à la subvention salariale d’urgence du Canada (CEWS). Les entreprises admissibles peuvent recevoir 847 $ par semaine par employé ou entrepreneur, soit un total de 10 164 $ par employé. Les entreprises reçoivent 80 % du financement au départ et les 20 % restants une fois qu’elles sont en mesure de prouver qu’elles ont utilisé les fonds pour les salaires des employés.

Lisk a déclaré à BetaKit que parmi les 4 200 candidats, 70 % (2 967) étaient qualifiés pour avancer dans le processus de financement. Le vice-président de l’IRAP n’a cependant pas voulu partager le nombre d’entreprises qui devraient effectivement recevoir un financement, notant que les chiffres peuvent fluctuer.

RELATIVES : Le gouvernement révèle des détails sur le financement de 962 millions de dollars des agences de développement régional COVID-19

« Parfois, le cabinet se retire parce qu’il n’a pas compris, au moment de la demande, ce que certains des [requirements] et ils ne sont pas vraiment admissibles », a déclaré M. Lisk. « Il y en a quelques-uns qui sont tombés à cause de cela. Il y en a d’autres qui ont fait une demande de CEWS et d’IAP, et qui ont ensuite reçu le CEWS ».

« S’ils sont éligibles pour l’ECWS, ils ne peuvent pas la refuser … si vous répondez aux critères, vous êtes assuré d’obtenir l’argent », a-t-il ajouté. “[The IAP is] pour les entreprises qui ne répondent pas aux critères, afin que nous puissions soutenir les entreprises en démarrage qui ne génèrent pas de revenus et qui en génèrent avant ».

L’engagement de 250 millions de dollars du gouvernement du Canada, destiné spécifiquement aux jeunes entreprises canadiennes en phase de démarrage et à forte croissance, fait suite aux appels du secteur canadien de l’innovation qui déplorait que les programmes d’urgence fédéraux existants n’aient pas inclus les jeunes entreprises.

Le gouvernement fédéral a annoncé le programme PEI le 17 avril et les candidatures ont été ouvertes moins d’une semaine plus tard. Dans la semaine du 11 mai, le PARI mettait déjà en place des contrats pour les entreprises et les premiers dépôts ont été effectués. M. Lisk a fait remarquer que le PARI était bien placé pour mettre rapidement en place un tel programme, étant donné que sa main-d’œuvre était principalement basée à distance avant la pandémie et que les exigences en matière de travail à domicile étaient obligatoires.

Le financement du PIA a été accordé à des entreprises de deux catégories : les start-ups à fort potentiel ayant moins d’un million de dollars de revenus ; et les entreprises à forte croissance qui se développent rapidement et utilisent leurs revenus des ventes pour embaucher du personnel opérationnel, mais qui ont besoin d’investissements pour soutenir des activités innovantes en raison de la pandémie.

RELATIVES : Black Swan #9 – Calgary et Toronto cherchent à stopper l’hémorragie

Bien que le PEI rende une subvention salariale fédérale plus accessible aux entreprises canadiennes en démarrage qui n’étaient pas admissibles au programme CEWS, une récente enquête du Conseil canadien des innovateurs (CCI) a révélé que 25 % de ses centaines de membres ne sont toujours pas admissibles au programme CEWS et au PEI du PARI et ont mis à pied et non réembauché des travailleurs pendant la pandémie.

Le mois dernier, le Premier ministre Justin Trudeau a annoncé que le CEWS était prolongé jusqu’à la fin du mois d’août. Aucun engagement de ce type n’a été pris pour le PEI. Lorsqu’on lui a demandé s’il était prévu d’étendre le programme ou de fournir des capitaux supplémentaires, M. List a répondu à BetaKit qu’il n’avait pas eu connaissance de conversations à ce sujet.

Lisk a déclaré à BetaKit qu’il s’attend à ce que le reste des 250 millions de dollars soit entièrement engagé d’ici juillet.

Source de l’image Wikipedia



tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here