Le projet de blockchain immobilier de Ripple en Colombie échoue après de nouvelles nominations gouvernementales.

Le projet de blockchain immobilier de Ripple en Colombie échoue après de nouvelles nominations gouvernementales.

Le projet de Ripple de symboliser l’immobilier en Colombie se heurte à une résistance politique. Cela survient après qu’un nouveau gouvernement prend ses fonctions. Pendant des décennies, le pays a souffert d’une répartition inéquitable des terres. Dans l’ancien système, un seul titre de propriété était téléchargé dans le registre XRP.

Le projet de tokenisation immobilier en Colombie de Ripple interrompu

Un projet d’enregistrement des titres fonciers en Colombie en partenariat avec Ripple Labs semble avoir rencontré des difficultés et pourrait ne jamais se concrétiser. Pourtant, le ministère colombien des technologies de l’information et des communications s’était auparavant associé à la société de développement de logiciels Peersyst Technology pour enregistrer les titres fonciers sur XRPL. Ainsi, l’ancien régime estime que le registre visible publiquement pourrait assurer une répartition appropriée des terres.

En outre, le nouveau gouvernement semble ne pas soutenir le plan. Par ailleurs, le nouveau président propose une réforme agraire où l’État rachète les terres inutilisées ou utilisées illégalement. Cela pour ensuite les réattribue aux agriculteurs ruraux.

Bonus : Le PDG et l’équipe de réglementation de FTX ont rencontré des responsables de la Maison Blanche.

Le président précédent qui a soutenu l’utilisation du grand livre de Ripple a levé 1 700 000 hectares de terres pour le fonds foncier de l’État, permettre aux communautés de cultiver. Malheureusement pour Ripple, un seul titre de propriété a été ajouté au registre des terres à 310 miles de la capitale du pays, Bogota. Peersyst ajoutera d’autres documents connexes, créant un certificat public lié à ces documents.

Le directeur par intérim de l’Agence foncière colombienne ayant déclaré que :  » l’objectif de l’agence cette année ne comprend pas le transfert des données foncières vers XRPL. Il a ajouté qu’il n’était pas défini dans les projets stratégiques du département des technologies de l’information du pays. »

L’évolution de la bataille juridique entre Ripple et la SEC

Pour rappel, la SEC a pousuivi Ripple Labs ainsi que son co-fondateur et son PDG, en décembre 2020. Cela pour avoir prétendument vendu du XRP sans l’enregistrer en tant que titre. Elle réplique que le XRP a été utilisé comme un moyen de transfert de fonds, et non comme un investissement. 

Récemment, la SEC a déposé une motion soutenant l’exclusion du témoignage de l’expert de Ripple. Cette affaire a été longue. De plus, il a des ramifications pour les statuts d’autres crypto-monnaies en tant que valeurs mobilières.

A lire aussi : La filiale australienne de Binance utilisera le cadre WEF pour renforcer la protection des utilisateurs.

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles Similaires

Iran cbdc

L’Iran a lancé un projet pilote pour sa CBDC.

La Banque centrale d’Iran a commencé à piloter l’utilisation de son CBDC « crypto rial », cette semaine, selon une annonce de la Chambre de commerce iranienne. Par ailleurs, la décision de