Réaction mitigée des milieux technologiques à l’examen plus minutieux des investissements étrangers, les acheteurs étrangers ayant manifesté leur intérêt

0
70


Les réactions des membres de la communauté technologique canadienne ont été mitigées en ce qui concerne la décision du gouvernement fédéral, la semaine dernière, de renforcer la surveillance des investissements étrangers dans les entreprises canadiennes pendant la pandémie.

« Cela pourrait être dangereux si ce n’est pas géré efficacement … mais cela pourrait aussi sauver des entreprises canadiennes. »
– Elaine Kunda, Disruption Ventures

Cette décision intervient alors que BetaKit a appris qu’un acheteur étranger avait exprimé son intérêt à la Canadian Advanced Technology Alliance pour l’achat d’une entreprise canadienne « à bas prix » dans le contexte du ralentissement de la COVID-19.

La nouvelle politique du gouvernement s’inscrit dans un effort pour freiner les « comportements d’investissement opportunistes », car de nombreuses entreprises canadiennes s’inquiètent des liquidités et de la chute des valorisations dans le contexte de la crise mondiale.

Dans son point de presse de dimanche, le Premier ministre Justin Trudeau a souligné que cette politique est un moyen de soutenir les startups canadiennes.

« Nous reconnaissons également qu’il y a peut-être quelques startups aux idées brillantes qui sont confrontées à un manque de liquidités en ce moment et que nous voudrions beaucoup rester canadiens pour les années à venir, qui pourraient être exposées à des investisseurs étrangers prédateurs », a déclaré le premier ministre.

« Nous sommes vraiment heureux que ce soit sur le [government’s] radar », a déclaré Suzanne Grant, PDG de la Canadian Advanced Technology Alliance (CATA).

Grant a déclaré à BetaKit que l’organisation avait déjà reçu des courriels d’une société étrangère non divulguée qui avait exprimé son intérêt pour l’achat d’une société technologique canadienne « à bas prix ». M. Grant a déclaré que les courriels avaient été reçus après le début de la pandémie, mais qu’il ne fournirait pas de détails supplémentaires à ce sujet. Elle a toutefois précisé que la CATA a identifié d’autres petites entreprises rachetées par de grandes sociétés et des puissances étrangères.

« Si nous pouvions faire financer les entreprises et qu’il n’y avait pas de risque, ce serait encore mieux », a déclaré M. Grant.

RELATIVES : Le gouvernement fédéral engage 250 millions de dollars supplémentaires dans le cadre du PARI pour soutenir les entreprises en démarrage à forte croissance

La nouvelle politique s’applique à toutes les entreprises canadiennes, mais elle met particulièrement l’accent sur les entreprises du secteur de la santé publique et celles qui fournissent des biens et services essentiels, a déclaré la division de l’examen des investissements d’Innovation, Science et Développement économique Canada (ISED) dans un communiqué du 19 avril.

Au Canada, les investisseurs étrangers sont tenus de déposer une demande auprès du ministre de l’Innovation, de la Science et de l’Industrie (actuellement Navdeep Bains) et d’obtenir une approbation préalable. En vertu des dispositions relatives à l’examen de la sécurité nationale de la loi sur Investissement Canada, qui s’applique aux investissements étrangers, le gouvernement peut bloquer un investissement, autoriser un investissement sous certaines conditions ou ordonner le désinvestissement d’une opération déjà réalisée.

La période de surveillance renforcée s’appliquera jusqu’à ce que l’économie se remette des effets de la pandémie de COVID-19. Le gouvernement a déclaré qu’il sera encore plus vigilant dans l’examen des investissements étrangers réalisés par des investisseurs publics ou privés qui sont étroitement liés à des gouvernements étrangers ou soumis à leurs directives.

« Le gouvernement « doit veiller à ce que ces mesures soient temporaires ».
– Brian Kingston, Conseil canadien des entreprises

« Certains investissements au Canada par des entreprises d’État peuvent être motivés par des impératifs non commerciaux qui pourraient nuire aux intérêts économiques ou de sécurité nationale du Canada, un risque qui est amplifié dans le contexte actuel », indique la déclaration de l’ISED.

Kim Furlong, PDG de l’Association canadienne du capital-risque et des capitaux privés (CVCA), a qualifié de « noble » l’intention de cette politique d’atténuer les comportements prédateurs pendant la crise.

« Cependant, pour vraiment comprendre l’impact, nous devrons mieux comprendre comment il est appliqué dans la pratique », a déclaré M. Furlong à BetaKit. « À cet égard, la CVCA est tout à fait disposée à travailler avec le gouvernement pour garantir que les activités commerciales compétitives et innovantes ne soient pas entravées ».

La décision du Canada de resserrer le contrôle des investissements étrangers survient moins d’un an après que la CVCA ait rédigé une lettre exhortant les agences américaines à exempter les investisseurs canadiens d’une loi visant à accroître la surveillance des investissements étrangers dans les entreprises américaines. Le Canada a par la suite été exempté de cette réglementation, qui visait à répondre aux préoccupations croissantes de sécurité nationale concernant l’exploitation de certains investissements par des étrangers.

Elaine Kunda, associée directrice de Disruption Ventures, a déclaré à BetaKit qu’elle ne soutiendrait pas à long terme la récente mesure du gouvernement canadien. Elle a fait valoir qu’une telle décision devrait s’accompagner d’un soutien financier supplémentaire pour les start-ups qui sont à court d’argent.

RELATIVES : Le ministre Bains déclare que la rétention des talents technologiques de haut niveau est essentielle à la reprise économique du Canada

« Cela pourrait être dangereux si ce n’est pas géré efficacement », a-t-elle déclaré. « Mais cela pourrait aussi sauver des entreprises canadiennes. Il faut espérer que cela s’accompagne de nouveaux investissements du gouvernement afin que ces entreprises n’aient pas à dépendre d’investissements étrangers ou d’une prise de contrôle ».

Jim Balsillie, président du Conseil des innovateurs canadiens (CCI), a déclaré dimanche au Globe and Mail que le changement de politique confondait les investissements directs étrangers et les investissements de portefeuille étrangers. Il a noté qu’il ignore l’éventail des actifs nécessaires pour protéger les intérêts des Canadiens.

Grant a fait écho au point de vue de Balsillie selon lequel la politique ne définit pas clairement les investissements étrangers.

Lundi, la CCI a déclaré à BetaKit qu’elle était actuellement en pourparlers avec le gouvernement fédéral pour tenter d’actualiser la déclaration de politique afin de « mieux refléter les besoins de l’écosystème et des entreprises canadiennes ».

Le Canada n’est pas la première nation à adopter une réglementation plus stricte sur les prises de contrôle étrangères pendant la COVID-19. L’Australie a temporairement renforcé ses règles sur les prises de contrôle étrangères à la fin du mois de mars, craignant que des actifs stratégiques ne soient vendus de manière défavorable en raison de la pandémie. L’Union européenne a également averti que la crise pourrait « amplifier le penchant des acteurs économiques étatiques à investir stratégiquement dans des secteurs critiques et futurs » dans les nations européennes.

Il semble que le gouvernement canadien ne fasse que suivre l’exemple des autres nations, a déclaré Matt Roberts, associé de ScaleUP Ventures.

RELATIVES : L’ACCV demande au gouvernement d’étendre les programmes de la BDC et de prendre des mesures supplémentaires pour soutenir les jeunes entreprises canadiennes

« Je ne vois pas cela comme un point négatif ou positif », a déclaré Roberts à BetaKit.

M. Roberts a également spéculé sur le fait que le Canada pourrait cibler des pays qui ne sont pas inclus dans les accords de libre-échange existants, comme la Chine. Il a cependant observé que le gouvernement chinois ralentit sa capacité à déplacer des capitaux hors de sa propre juridiction.

Brian Kingston, vice-président du Conseil canadien des entreprises, appelé la décision une « réponse prudente », dans un tweet, mais a souligné que le gouvernement « doit s’assurer que ces mesures sont temporaires ».

Photo par Floriane Vita sur Unsplash



tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here