Rapport : Le Canada classé quatrième écosystème de démarrage au niveau mondial alors que Toronto et Vancouver chutent pour la deuxième année

0
136


Bien qu’il soit classé dans les quatre premiers, le Canada a perdu une place dans le classement mondial des écosystèmes des start-ups de StartupBlink pour 2020, car les grands centres technologiques de Toronto et Vancouver ont également vu leur classement des écosystèmes chuter.

Selon StartupBlink, le principal problème qui sépare le Canada des trois premiers pays est sa capacité à créer des licornes et des startups « très populaires ».

Les États-Unis, le Royaume-Uni et Israël, ainsi que le Canada, ont une fois de plus conservé les quatre premières places pour les pays ayant les écosystèmes de démarrage les plus solides. Cette année, Toronto et Vancouver ont toutes deux connu une baisse notable de leur classement, la première perdant neuf places et la seconde 12. Toronto, Vancouver et Montréal figurent parmi les 50 premiers écosystèmes de StartupBlink, bien qu’il n’y ait plus une seule plaque tournante canadienne parmi les 20 premières villes.

Dans son rapport de classement, StartupBlink a déclaré que le principal problème qui sépare le Canada des trois premiers pays est la capacité du Canada à créer des licornes et des startups « très populaires ». En particulier, la startup d’EdTech, ApplyBoard, a récemment atteint le statut de licorne après avoir levé 100 millions de dollars et revendiqué une valorisation de 2 milliards de dollars.

La liste 2020 des narvals a également récemment indiqué que le Canada est en voie d’améliorer considérablement son record de licornes, notant une augmentation de sept à 42 entreprises technologiques canadiennes en voie de dépasser la valorisation d’un milliard de dollars.

« Le Canada a un potentiel énorme », note le rapport. « Compte tenu de l’intérêt substantiel du secteur public relativement efficace dans la croissance de l’écosystème, et de l’abondance relative des ressources, il n’y a aucune raison pour que les écosystèmes de démarrage canadiens ne jouent pas un rôle encore plus important dans la création de pôles mondiaux massifs ».

Dans le rapport de StartupBlink pour 2019, Vancouver a perdu six places pour atteindre 24, et Toronto a perdu quatre places pour atteindre 15. Pour 2020, Toronto se classe 24e au niveau mondial, Vancouver 37e, et la position de Montréal est restée la même que l’année dernière, à 49e.

RELATIVES : L’absence d’activité de la CVCA causée par la pandémie ne se reflète pas dans le premier trimestre 2020, selon Kim Furlong de la CVCA

StartupBlink utilise des algorithmes qui analysent des dizaines de milliers de points de données pour classer les écosystèmes de démarrage de 100 pays et 1 000 villes. L’algorithme de classement a été élaboré en coopération avec ses partenaires de données de CrunchBase, Semrush, ONUSIDA et Meetup. Plus de 40 gouvernements, municipalités et organisations de développement économique ont également participé au rapport.

« Il n’y a aucune raison pour que les écosystèmes de démarrage canadiens ne jouent pas un rôle encore plus important dans la création d’énormes hubs mondiaux ».

Le classement d’Ottawa a augmenté de six places, passant à 57, ce qui place la ville dans le top 50. Edmonton a également progressé de quatre places pour atteindre 91 et Calgary a grimpé de 14 places pour atteindre 97. Cela porte à six le nombre total de villes canadiennes dans le top 100, ce qui constitue un nouveau record pour l’écosystème des start-ups du pays.

Quant aux villes classées parmi les 150 premières, Kitchener-Waterloo, Québec et Victoria ont enregistré un léger recul, tandis que Kingston a vu son écosystème se classer au 144e rang.

Le rapport cite l’Edmonton Economic Development Corporation (EEDC) comme un moteur clé de l’essor de la ville, ajoutant que le secteur public exprime son enthousiasme pour les start-ups locales. En particulier, le conseil municipal d’Edmonton a voté en décembre pour modifier le mandat de l’EEDC et réduire les responsabilités de l’organisation. Depuis, la ville a voté la création d’une nouvelle entité d’innovation indépendante de l’EEDC.

Dans une nouvelle section du rapport consacrée à COVID-19, le Canada s’est classé troisième dans le monde pour l’innovation COVID-19, et Toronto quatrième dans le monde. StartupBlink a noté que malgré la baisse du classement général de la ville, celle-ci a encore le potentiel d’être une plaque tournante mondiale. Calgary a également fait mieux, se classant au 70e rang.

Il n’y a qu’une seule nouvelle entrée canadienne dans le classement de StartupBlink en 2020 : Oakville, classé à 380. La diminution du nombre de grandes métropoles canadiennes signifie que Toronto est désormais classée 10ème en Amérique du Nord, après 9 villes des États-Unis, tandis que Vancouver est classée 15ème au niveau régional et Montréal 19ème.

Le Canada possède aujourd’hui 2,9 % des 1 000 premiers écosystèmes mondiaux. Selon StartupBlink, pour que le Canada conserve un statut élevé au niveau mondial, les start-ups devront être « moins réticentes au risque » et adopter la mentalité des entrepreneurs américains.

Source de l’image Wikimedia Commons.



tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here