Pourquoi le cours de l’or va profiter d’une tendance haussière ?

0
316

L’or a toujours été la principale valeur refuge dans laquelle les investissements s’orientent en cas de craintes d’éventuelles crises économiques. Face aux inquiétudes actuelles de voir le dollar américain dévaluer à cause d’une probable récession et du ralentissement de l’économie mondiale, la ruée vers le métal jaune commence un nouvel épisode.

Par contre, si le cours de l’or a particulièrement progressé ces dernières années, on assiste actuellement à une certaine stagnation. En raison de certains facteurs, les analyses prévoient néanmoins que le précieux métal est loin d’avoir terminé son ascension. En effet, la compilation de nombreux indices avec les contextes économiques et géopolitiques actuels démontre que l’or va bientôt atteindre de nouveaux sommets.

L’or, une valeur refuge mondiale

Alors que les cours des actions des marchés boursiers dépendent surtout de la situation économique et des performances de certains secteurs d’activités, celui de l’or dépend surtout de l’évolution de la demande. Par ailleurs, le statut de valeur refuge du métal jaune est surtout basé sur la volatilité moindre de son cours. En effet, contrairement à celui d’autres produits financiers et d’investissement, ce dernier semble être immunisé contre d’éventuelles tendances baissières.

Les investissements en or protègent des aléas économiques et géopolitiques

Lorsque les monnaies et les actions dévaluent, l’or se démarque par une hausse de sa valeur, d’où son rang de valeur refuge par excellence. Actuellement, après une longue période de stagnation, une nouvelle tendance haussière pourrait être en vue, notamment à cause des inquiétudes liées au risque d’une récession. D’après les analystes, ce sont surtout ces craintes qui vont alimenter la prochaine hausse du cours du métal jaune.

D’ailleurs, les prévisions émises par les acteurs économiques et les indicateurs du marché nourrissent ces inquiétudes et réduisent la confiance des consommateurs et des entreprises. Ces derniers vont ainsi réduire leurs investissements dans les marchés, d’où une accélération de l’entrée dans la récession. D’ailleurs, la plupart des précédentes crises ont été incubées et accentuées par ce type de prédictions auto-réalisatrices.

Les inquiétudes économiques et géopolitiques se multiplient en faveur de l’or

D’après James Paulsen, responsable de la stratégie d’investissement de Leuthold Group, la possibilité de sombrer dans une récession à cause des craintes suscitées par celle-ci est de 25%. Par ailleurs, en dehors du ralentissement économique US et la forte probabilité de voir le dollar dévaluer, la guerre commerciale Chine-USA et le risque d’ouverture d’un autre front commercial Europe-USA va aussi accélérer les prises de position sur l’or.

De plus, les demandes seront surement multipliées par les inquiétudes liées au Brexit, les incertitudes politiques au Royaume-Uni et en Italie, ainsi que l’essoufflement de l’industrie allemande.

L’or résiste à la dévaluation du dollar US

Le fait est que l’or propose un ratio inversé par rapport à l’inflation. Les USA pourraient notamment alimenter l’inflation pour abaisser la valeur du dollar américain et réduire la charge de leurs dettes. Ces dernières s’élèvent en effet actuellement à 1 000 milliards USD par an et constituent 22% du budget fédéral annuel.

Une inflation US et une baisse du dollar en vue

Si la part de la dette américaine atteint actuellement 78% du PIB du pays, les autorités estiment qu’elle pourrait s’élever à l’équivalent de 100% de ce PIB d’ici 2030. Une baisse du dollar grâce à certains dispositifs d’inflation sera donc nécessaire pour soulager ce lourd endettement américain.

Avec la forte probabilité d’une inflation économique US et la baisse du cours du dollar, les consommateurs seront poussés à réaliser des achats d’or massifs pour préserver leurs épargnes. La hausse de la demande se répercutera ainsi par une montée du cours de l’or. Tom Winmill, gérant du Midas Fund, affirme que l’once d’or pourrait même atteindre les 2 000 dollars d’ici deux ans.

Les achats d’or se multiplient face à la politique protectionniste de Donald Trump

Tom Winmill souligne également que les banques centrales ont déjà augmenté leurs volumes d’achat aurifère depuis 50 ans, pour éviter de trop s’adosser sur le dollar. Les plus grandes acquisitions dans le métal jaune ont notamment été réalisées par la Chine, la Russie et la Pologne. De son côté, Ralph Aldis, co-gérant de portefeuille chez US Global Investors and Precious Metals Funds et US Global Investors World Precious Minerals Fund, affirme que les investissements dans les fonds communs de placement sur l’or ont considérablement augmenté depuis le mois d’août. D’après lui, cela prédit un fort engouement pour le métal jaune d’ici peu.

Actuellement, il y a plus de consommateurs qui s’intéressent à l’or et ceux-ci ont augmenté le montant moyen de leurs achats en or, d’où une augmentation du volume des flux financiers vers les fonds de placement. Les achats ont surtout lieu lorsque de bas niveaux du cours aurifère ont lieu. Cette précipitation vers le métal jaune est alimentée par le risque d’une récession en 2020, lequel est accentué par le doute quant à la réelle volonté de Donald Trump à résoudre le conflit commercial Chine-USA.

En effet, le président américain veut surtout redynamiser le secteur manufacturier US, en y attirant les investisseurs pour rapatrier les entreprises et leurs infrastructures de production, lesquelles sont actuellement surtout externalisées en Chine. Par ailleurs, les consommateurs profitent des prix actuellement bas de l’or pour y investir. En effet, selon Barrick Gold, la production aurifère sera amenée à baisser de 45% d’ici 2030, si le secteur n’attire pas de nouveaux investissements miniers. Une éventuelle pénurie du métal jaune pourrait ainsi fortement augmenter sa valeur durant la prochaine décennie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here