Parier sur Bitcoin ? N’oubliez pas la gestion des risques

0
77


Points clés à retenir

  • Pas de risque, pas de récompense. Mais prendre plus de risques qu’on ne peut en supporter peut mener à la catastrophe.
  • La définition du risque par transaction et des stop losses juste au-delà des niveaux d’invalidation est le principe fondamental de la gestion des risques.
  • La meilleure façon de déployer judicieusement les capitaux est de prendre des opérations qui compensent adéquatement les risques pris par les opérateurs.
  • Une fois qu’un commerçant a acquis de l’expérience, il peut faire preuve de moins de discipline et utiliser un cadre dynamique de gestion des risques.

Partager cet article

La première étape pour devenir un commerçant Bitcoin rentable est de suivre une approche disciplinée de la gestion des risques. Dans ce guide, Crypto Briefing présente quelques tactiques de gestion des risques qui contribueront grandement à accroître la rentabilité.

Pas de récompense sans risque

Le risque et la récompense sont les deux faces d’une même pièce.

Ies investisseurs sont récompensés pour le montant du risque qu’ils prennent. C’est précisément pour cette raison qu’investir dans des technologies naissantes comme Bitcoin et Ethereum rapporte bien plus que le marché boursier traditionnel.

Mais chaque commerçant, qu’il soit de détail ou institutionnel, a un appétit pour le risque qui est défini par divers paramètres, tels que la taille du corpus d’investissement, les niveaux de revenus, l’âge et d’autres facteurs.

Savoir évaluer son profil de risque est la pierre angulaire de la gestion du risque.

Prendre des risques qui dépassent son seuil est une recette pour le désastre. Les pertes peuvent s’aggraver rapidement, anéantissant des comptes de commerce entiers.

Cela arrive bien trop souvent – surtout en cryptographie.

Copier les paramètres de gestion des risques des traders sur les médias sociaux peut également dévaster les comptes de trading. Cela n’a de sens que si l’on a un passé et un seuil de risque similaires à ceux du trader qu’on imite.

Un opérateur dont la taille standard des positions est de 100 dollars ne peut pas imiter la gestion des risques d’un opérateur qui ouvre activement des positions de 100 000 dollars.

Sans gestion des risques, il est impossible de devenir rentable. En effet, les traders rentables laissent leurs positions gagnantes se dérouler et réduisent leurs pertes de manière précoce.

Dans ce guide, le Crypto Briefing présentera un cadre de base pour la gestion des risques.

Mise en place de la gestion des risques

Dimensionnement des postes et arrêt des pertes

Le commerce consiste à minimiser les pertes et à maximiser les gains. Cela dit, le processus est plus un art qu’une science, variant d’une personne à l’autre.

OKCoin - Profitez de la faiblesse des échanges

Mais la première règle de la gestion des risques est de se poser des questions : Quelle est la part de perte que je peux me permettre de supporter sur un seul commerce ?

En général, il est recommandé de limiter le risque par transaction à 1-3% du total de son compte de trading.

Ce concept est toutefois soumis à une large Interprétation erronée.

Certaines sources affirment à tort que cela signifie que vous devez saisir chaque transaction avec une taille de position qui représente 1 à 3 % de votre portefeuille total. Mais cela signifie en réalité que vous devriez être prêt à mettre en danger 1 à 3 % de vos actions.

Par exemple, si Alice a un compte de trading de 1 000 $, cela ne signifie pas que sa position notionnelle doit être de 10 à 30 $ ; cela signifie qu’elle doit être prête à perdre un maximum de 10 à 30 $ sur chaque transaction.

Mais comment s’assurer de limiter les risques de cette manière ?

Un commerçant peut s’assurer que sa perte par transaction a une limite supérieure lorsqu’il utilise un stop loss.

Les Stop Loss ne doivent pas être placés arbitrairement. Il faut plutôt le placer au point où leur idée de commerce est invalidée.

Supposons que le prix de la CTB soit de 9 500 dollars, et que Bob pense qu’il y a de la place pour plus de hausse, mais si la CTB passe à 9 280 dollars, la structure du marché devient baissière, et cette idée est invalidée. Bob, dont le compte de trading vaut 25 000 dollars, a décidé qu’il ne risquerait pas plus de 250 dollars par transaction.

Ainsi, Bob achètera une CTB à 9 500 $, plaçant un stop loss à 9 250 $, limitant ainsi sa perte maximale à 250 $ (9 500 $ – 9 250 $).

Une vue réelle du commerce de Bob, via TradingView

Mais pourquoi Bob le place-t-il à 30 $ en dessous de son niveau d’invalidation ?

Parce que lorsqu’un certain niveau semble être le point d’invalidation pour de nombreux acteurs du marché, les baleines vont faire monter le prix juste au-delà de ce niveau afin d’obtenir des liquidités et de diriger le prix dans la direction opposée.

Cred - Sain et sauf

C’est juste une étape supplémentaire de précaution sur les marchés de la cryptographie hyper-volatile.

Sélectivité commerciale

Un aspect sous-estimé de la gestion des risques consiste à s’assurer que l’on ne prend que les transactions dont le rapport risque-récompense est favorable. Dans le pire des cas, le ratio risque-récompense devrait être celui où le gain potentiel est égal à la perte potentielle.

Cela signifie que si un opérateur prend un risque de 10 $, le profit minimum de l’actif atteignant son prix cible devrait être de 10 $.

Les transactions dont le risque de récompense est inférieur à un n’ont aucun sens car le commerçant risque de perdre plus qu’il ne pourra jamais gagner.

Avec un risque de récompense de 6, un trader reçoit 6 unités de récompense pour 1 unité de risque, via TradingView
Avec un risque de récompense de 0,87, un trader ne reçoit que 0,87 unité de récompense pour 1 unité de risque, via TradingView

Pour compléter cela, certains négociants ont un risque de récompense minimum beaucoup plus élevé.

En ne prenant que des transactions où le ratio risque-récompense est, disons, de trois ou plus, les traders peuvent s’assurer qu’ils ne risquent leur capital que lorsque le gain potentiel est supérieur de deux ordres de grandeur.

Construire un plan dynamique avec l’expérience

Chaque trader utilisera différents styles de négociation qui ont des mérites et des inconvénients variés.

Après une période suffisante de discipline avec des règles strictes, les opérateurs peuvent commencer à modeler leurs paramètres de risque autour de leurs forces et de leurs faiblesses.

Certains peuvent commencer à utiliser un seuil de rentabilité parce que leur capacité à localiser les zones de profit est inférieure, et d’autres peuvent augmenter/diminuer le risque qu’ils prennent en fonction du rapport risque/récompense.

En fin de compte, il n’existe pas de cadre unique pour la gestion des risques et les échanges commerciaux. Chaque individu est chargé de fixer ses propres paramètres de risque et de les ajuster jusqu’à ce qu’il trouve un système qui fonctionne.

Une gestion disciplinée des risques est la première étape vers la rentabilité des transactions.

Partager cet article

tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here