Oxford aurait fait avancer la proposition de l’OCE pour OneEleven

0
85


Oxford Properties aurait choisi une proposition des Centres d’excellence de l’Ontario (OCE) pour reprendre l’incubateur OneEleven, récemment fermé, a appris BetaKit.

De multiples sources familières avec le processus ont dit à BetaKit qu’Oxford ne reçoit plus de propositions d’autres parties intéressées, et a choisi à ce stade d’aller de l’avant avec l’OCE, notamment un partenaire fondateur de OneEleven. On s’attend généralement à ce que l’OCE attende l’approbation du gouvernement provincial avant d’annoncer publiquement son projet de reprise de OneEleven.

Des sources familières avec le processus ont dit à BetaKit qu’Oxford ne recevait plus aucune autre proposition et qu’à ce stade, il ne faisait qu’avancer avec le CEO.

Un porte-parole d’Oxford a refusé de commenter l’offre gagnante, se référant plutôt à la déclaration qu’il a partagée avec BetaKit mardi.

« Nous nous sommes engagés à trouver une solution à long terme pour les membres de OneEleven mais, comme ces négociations sont en cours, nous ne pouvons pas commenter les propositions spécifiques que nous avons reçues », peut-on lire dans la déclaration d’Oxford. « Nous pouvons vous assurer que toutes les propositions reçues ont été dûment prises en considération. Notre intention est de faire avancer la proposition qui est la mieux adaptée pour soutenir les intérêts des membres de OneEleven et de toutes les parties prenantes ».

Un porte-parole du CEO a également refusé de confirmer qu’il avait gagné la proposition, déclarant à BetaKit que « tant que nous n’aurons pas avancé dans les discussions avec les partenaires, notre position publique restera la déclaration du CEO que j’ai partagée hier ».

« Nous explorons toutes les options, avec une variété de partenaires, pour parvenir à un résultat positif qui soutienne au mieux les entreprises de OneEleven », a ajouté le porte-parole. « Nous sommes impatients de fournir plus de détails dès qu’ils seront confirmés ».

BetaKit a été le premier à rapporter hier que plusieurs organisations ont soumis des propositions pour acquérir l’incubateur technologique fermé, notant l’implication de l’OCE, du MaRS et d’une autre partie non identifiée avec une proposition de son cru. En fin de journée, le Globe and Mail a révélé que ce parti était le fondateur de Paramount Fine Foods, Mohamad Fakih. Une décision sur la proposition qui serait retenue pour relancer OneEleven était attendue à Oxford cette semaine.

Lorsqu’on lui a demandé hier les détails de sa proposition, un porte-parole de l’OCE a révélé qu’il n’y avait guère plus qu’un intérêt à utiliser un modèle à but non lucratif pour soutenir les entreprises de OneEleven. OneEleven a été initialement fondée en 2013 comme une entreprise à but non lucratif par le CEO, l’Université Ryerson et OMERS Ventures. Il a été constitué en entité à but lucratif en juillet 2018 par Oxford et OMERS.

RELATIVES : Le conseil d’administration a communiqué la décision de fermeture au directeur exécutif de OneEleven

L’accord pour OneEleven comprendrait un transfert de la marque OneEleven ainsi que de ses bureaux, situés au 325 Front Street dans un immeuble appartenant à Oxford Properties. Le porte-parole d’Oxford a fait remarquer à BetaKit que « OneEleven n’est pas vendu » et qu’Oxford n’est pas censé recevoir de bénéfices de l’accord.

« Il est dommage qu’Oxford ait fermé les portes avant d’explorer cette option. »

« L’entreprise est en cours de liquidation et les droits de dénomination seront transférés à l’organisation qui la dirigera », a déclaré le porte-parole.

Oxford et OCE ont tous deux refusé de se prononcer sur la question de savoir si les propositions en question comprennent un nouveau contrat de location potentiel pour l’espace du 325 Front Street. Notamment, OCE est également locataire au 325 Front Street.

Des questions subsistent quant à la valeur actuelle de l’incubateur. Depuis la fermeture de OneEleven en avril, un tiers des bureaux de l’incubateur ont été libérés, selon un porte-parole d’Oxford. Des questions subsistent également quant à la raison pour laquelle Oxford a choisi de fermer OneEleven en premier lieu, étant donné que l’organisation se trouve dans le même bâtiment.

Des sources proches de OneEleven ont déclaré à BetaKit qu’avant la fermeture, le personnel avait présenté au conseil d’administration de OneEleven un plan visant à maintenir l’accélérateur opérationnel tout au long de l’année sans expulser les locataires ou licencier le personnel, avec la possibilité de chercher un nouveau propriétaire pour l’incubateur. Ce plan a été rejeté par le conseil d’administration, notamment composé de représentants d’OMERS et d’Oxford, dont le président du conseil d’administration et ancien PDG de OneEleven, Dean Hopkins, en faveur d’une approche de liquidation.

BetaKit a confirmé avec l’OCE et la ville de Toronto en avril qu’aucune demande d’aide n’avait été faite par OneEleven ou Oxford à l’une ou l’autre organisation avant la fermeture de l’incubateur de Toronto.

« C’est formidable d’entendre que d’autres parties sont intéressées par la reprise de OneEleven », a déclaré à BetaKit Chris Rickett, directeur de COVID-19 (atténuation et redressement des entreprises), ville de Toronto. « Je pense que cet intérêt témoigne de la valeur que OneEleven et son équipe ont apporté aux entreprises technologiques de Toronto – et de ce que cela signifie pour l’écosystème technologique plus large de la ville ».

« Il est dommage qu’Oxford ait fermé les portes avant d’explorer cette option », a poursuivi M. Rickett. « S’ils l’avaient fait, les sociétés membres de OneEleven n’auraient pas été laissées en plan et l’image de marque de l’organisation n’aurait pas été ternie. J’espère que celui qui prendra la relève pourra reconstruire la solide réputation que l’équipe de OneEleven s’était forgée en soutenant la technologie de Toronto ».



tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here