Opencare licencie un quart de son personnel alors qu’il se prépare à « affronter la tempête » de COVID-19

0
101


La semaine dernière, Opencare, une société de réservation de soins de santé basée à Toronto, a licencié 18 membres de son équipe, car son activité principale a été affectée par la fermeture de tous les services non essentiels pendant la pandémie COVID-19.

Les 18 employés représentent environ un quart de l’entreprise, a confirmé BetaKit.

Le fait que les cabinets dentaires aient interrompu tous les services non essentiels pendant la COVID-19 a affecté le cœur de métier d’Opencare.

BetaKit a également confirmé que les licenciements ont touché un certain nombre de départements, notamment les concepteurs, les spécialistes du marketing de croissance, les rédacteurs, les responsables de comptes, les représentants de l’habilitation des clients, les opérations de ressources humaines et les membres de l’équipe d’acquisition de talents.

Cameron Howieson, PDG d’Opencare, a déclaré que la décision de procéder à ces réductions était directement liée à l’impact économique de la pandémie de COVID-19 sur l’entreprise.

Opencare est un marché en ligne permettant aux consommateurs de trouver un dentiste au sein de son réseau. La plateforme ne recommande que les dentistes classés dans les 10 % des villes où elle opère. Ces villes comprennent Toronto, Vancouver, Calgary et Ottawa, ainsi que des villes américaines comme Chicago, San Francisco et Seattle.

Selon M. Howieson, le fait que les cabinets dentaires aient interrompu tous les services non essentiels pendant la COVID-19 a affecté le cœur de métier d’Opencare. Mike Bettley, directeur de l’acquisition des talents chez Opencare, a fait écho à cette déclaration en déclarant dans un post sur LinkedIn la semaine dernière qu’Opencare a été « significativement affecté » par la pandémie.

RELATIVES : PDG de sociétés technologiques canadiennes : Prêts de la BDC, la subvention salariale ne suffit pas à stopper les faillites de COVID-19

« Nous avons dû prendre cette décision difficile avec un cœur extrêmement lourd, de réduire nos opérations alors que nous nous préparons à affronter la tempête, » a écrit Bettley.

La start-up informe ses clients sur son site web que la suspension des services dentaires non essentiels pourrait entraîner une réduction ou une absence de disponibilité pour les rendez-vous. Selon M. Howieson, Opencare utilise également des ressources et des contacts pour essayer d’aider les personnes licenciées à obtenir de nouveaux rôles.

« Nous avons investi dans la mise en place d’une équipe et d’une culture très performantes qui nous ont permis de développer une entreprise prospère et nous leur sommes très reconnaissants du rôle qu’ils ont joué à cet égard », a déclaré M. Howieson à BetaKit. « Nous ferons tous ce que nous pouvons pour soutenir [laid off employees] autant que possible pendant cette période ».

La décision d’Opencare de procéder à des licenciements intervient alors que plusieurs start-ups technologiques canadiennes ont pris la décision de réduire leurs effectifs en raison de l’épidémie de COVID-19. Au cours des dernières semaines, Rangle.io a procédé à des licenciements temporaires de 78 employés, Ecobee a licencié 10 % de ses effectifs et Ritual a réduit ses effectifs de moitié.

La semaine dernière, le Premier ministre Justin Trudeau a annoncé que le gouvernement fédéral accorderait une subvention salariale de 75 % aux petites et moyennes entreprises admissibles. À l’époque, le premier ministre a exprimé l’espoir que cela signifierait moins de licenciements et permettrait aux entreprises de réembaucher.

Après l’annonce de la subvention salariale, M. Howieson a déclaré à BetaKit qu’il attendait de connaître tous les détails du programme avant de prendre une quelconque décision.

« C’est sans aucun doute un pas dans la bonne direction », avait alors fait remarquer M. Howieson.

RELATIVES : L’ICC demande au gouvernement fédéral d’étendre sa subvention salariale d’urgence pour soutenir les technologies canadiennes

Après que le ministre des finances Bill Morneau ait fourni plus de détails sur la subvention mercredi, Howieson a déclaré à BetaKit que la subvention salariale, telle qu’elle est actuellement, ne change rien pour le démarrage.

Des sentiments similaires ont été exprimés par d’autres membres de la communauté technologique canadienne, qui affirment que la majorité des start-ups ne seraient pas éligibles à la subvention. Jeudi, le Conseil des innovateurs canadiens (CCI) a envoyé une soumission au gouvernement demandant l’extension du programme de subvention.

L’impact financier de COVID-19 n’a cependant pas empêché Opencare de participer à la lutte contre la pandémie. Lundi, OpenCare a lancé un programme de ramassage d’équipements de protection individuelle pour la région du Grand Toronto. L’entreprise lance un appel aux dentistes qui souhaitent faire don d’équipements de première nécessité tels que des masques, des gants et des blouses, nécessaires aux travailleurs de la santé de première ligne. OpenCare organise un ramassage gratuit.

« Je suis très fier de la force de notre communauté technologique, et je ne doute pas que nous continuerons tous à travailler ensemble pour nous soutenir mutuellement de toutes les manières possibles », a déclaré M. Howieson.

Source de l’image OpenCare



tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here